Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 07:39


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2013/03 - «Cyanure» / Déconstruire le mythe du gangster



14 mars 2013


 

Roy  Dupuis / Cyanure

Déconstruire  le  mythe  du  gangster

 


Par ALEXANDRE DUGUAY
 




Roy Dupuis n’en est pas à son premier rôle de bandit, mais dans Cyanure de Séverine Cornamusaz, il campe un criminel à mille lieues du modèle hollywoodien.

 

En plus d’avoir été interpellé par cette idée, exposée du point de vue de l’enfant, d’une réunion entre un ex-détenu et son fils qu’il n’a jamais connu, un des éléments du scénario ayant également donné envie à Roy Dupuis d’incarner Joe était de défaire cette image préconçue du gangster américain fantasmée par son fils Achille (Alexandre Etzlinger). Dans le récit coécrit par la Suissesse Séverine Cornamusaz et le Québécois Marcel Beaulieu, Achille, qui admire son père malgré tout, réalisera qu’il n’est en fait qu’un simple truand qui n’a rien d’extraordinaire.

 

«Joe est complètement mésadapté. Il a passé 15 ans de sa vie en dedans, il est incapable d’avoir des responsabilités et ne sait même plus comment vivre à l’extérieur. L’aspect plus réaliste de ces gens en milieu carcéral apporte une certaine dureté. Je pense qu’ici, on tombe dans quelque chose de beaucoup plus cru. Au départ, Joe s’en “câlice” de son fils. Il profite de lui, de sa naïveté pour tenter de reconquérir sa blonde. Personnellement, c’est un univers assez sombre que je n’avais jamais vraiment exploré.»

 

Malgré cette lourde réalité dépeinte dans le film et qui soulève, selon Roy Dupuis, plusieurs sujets importants tels que l’état du système carcéral, notre responsabilité envers les anciens détenus ou tout simplement la famille, l’acteur apprécie le ton plus poétique amené par la réalisatrice à travers le personnage d’Achille. «En voyageant entre la réalité et l’imaginaire de l’enfant et en ajoutant des séquences qui viennent de l’univers des mangas, Séverine allège ce qu’elle raconte. Pas que je n’aime pas faire des films plus lourds, mais là, je trouvais ça intéressant. Il y a aussi de l’espoir quelque part, parce que Joe est aimé.»

 

Si la relation tumultueuse entre Joe et la mère d’Achille, interprétée par Sabine Timoteo (finaliste pour la meilleure interprétation féminine au Prix du cinéma Suisse pour ce rôle), est une des pierres angulaires de cette histoire de famille déchirée, c’est d’abord la dynamique père-fils qui se retrouve au cœur du second long métrage de Séverine Cornamusaz. Roy Dupuis partage ainsi plusieurs moments avec Alexandre Etzlinger, qui en est à ses tout premiers pas au cinéma.

 

«Séverine m’a caché à Alexandre, dit-il d’emblée. La première fois qu’il m’a vu, c’est lors de la scène où je rentre à la maison. C’était le fun comme rapport», affirme Dupuis en se remémorant quelques moments partagés avec le jeune comédien. Il se souvient notamment de cette anecdote où Etzlinger, un peu inquiet avant de tourner une séquence intime se déroulant avec sa petite amie dans la piscine, est allé vers le comédien expérimenté afin de se faire rassurer au sujet de certains détails d’ordre technique. «On a eu de beaux échanges, renchérit-il. Il était curieux, très attentif et ne voulait pas se tromper, un peu comme ce qu’on observe de son personnage dans le film.»

 


Source:

http://voir.ca/cinema/2013/03/14/roy-dupuis-cyanure-deconstruire-le-mythe-du-gangster/

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Cyanure