Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 21:12


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 

Urgence
 

Genres/Catégories: télésérie dramatique se déroulant en milieu hospitalier
 
Réalisation: François Bouvier / Michel Poulette
 
Scénario: Fabienne Larouche / Réjean Tremblay
 
Pays: Canada, Québec
 
Langue: français
 
Année de sortie ou diffusion: 18 janvier 1996 (Canada) / Septembre 1998 (France)
 
Durée: 13 épisodes de 60 min
 
Nombre de saisons: 2 (Urgence II - 1997)
 
Direction artistique: Jules Ricard / Marc Ricard
 
Images: Allen Smith
 
Montage images: Yves Chaput / Louis Dupire / Lucie Fortier / Denis Papillon
 
Montage sonore: Philippe Scultéty
 
Musique: Jean-Marie Benoit
 
Prise de son: Philippe Scultéty
 
Producteur: Claude Godbout
 
Société de production: PRODUCTIONS PRISMA (QUÉBEC)
 
Télédiffuseur: RADIO-CANADA
 


Résumé: La télésérie Urgence dépeint les enjeux politiques, économiques, moraux et sociaux du système de santé au Québec. Gravitant autour de la vie des gens qui se trouvent mêlés de près ou de loin au service des urgences d'un hôpital universitaire, elle traite du pouvoir qu'exercent les gestionnaires du domaine de la santé, des guerres que se livrent les spécialistes, les rivalités entre les différents corps professionnels, mais aussi des motivations et exutoires de médecins et d'infirmières débordés, qui vivent au rythme des victoires et des défaites.
 


Interprétation:
 
(Personnages principauxMarina Orsini / Nathalie Gascon / David La Haye / Serge Postigo / Jean L'Italien / Marc Messier / Joëlle Morin / Sophie Lorain / Gilbert Sicotte)
 
Jacqueline Barrette
Richard Barrette
Valérie Blais
Geneviève Brouillette
Anne Casabonne
Pierre Chagnon
Tony Conte
Angèle Coutu
Yves Desgagnés
Caroline Dhavernas
Sébastien Dhavernas
Michel Dumont  (Dr. Yves Perras)
Chantal Fontaine
Rachel Fontaine
Nathalie Gascon  (Dr. Claire Alarie)
Emile Genest
Rémy Girard  (Maurice Giguere)
Luc Guérin
Maka Kotto  (Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer, 1989 / Mémoires affectives, 2004)
Jean L'Italien  (Dr Jacques Saucier)  (Sortie 234, 1988)
David La Haye  (Dr. Christian Richard)
Martin Larocque  (Maurice Brodeur, concierge d'hôpital)
Monique Lepage
Macha Limonchik
Sophie Lorain  (Hélène Côté, une ambulancière excentrique)
Marc Messier  (Dr. Brisebois)  (Tous pour un, 1991)
André Montmorency
Joëlle Morin
Guy Nadon
Caroline Néron
Patricia Nolin
Marina Orsini  (Dr. Michele Imbeault)
Serge Postigo  (Dr. Daniel Trudeau)
Guy Provost
Jacynthe René
Guy Richer
Gilbert Sicotte
Linda Sorgini
Monique Spaziani  (Million Dollar Babies, 1994)
Robert Toupin
 

Sources:


 



10 janvier 1996
 

«Urgence», la nouvelle mouture du couple Tremblay-Larouche, véhicule le cliché en série
 

Par Stéphane Baillargeon
 


La SRC a levé hier le voile sur Urgence la nouvelle télésérie du couple Réjean Tremblay et Fabienne Larouche. Elle sera à l'horaire le jeudi soir, à compter du 18 janvier.
 

Alors, c'est bon? Oui, si on veut, si on aime. Urgence est tout à fait dans le ton de ce qui se fait dans le genre, ici comme ailleurs. Comme dans les mille et une séries sur les avocats, les policiers ou les journalistes, le rythme est soutenu, l'action ne manque pas et les rebondissements non plus. Les personnages vivent de grands et de petits drames. Ils sont dessinés pour être attachants dès le départ. Et les plus beaux se mettent à moitié tout nus, une fois l'heure, sinon plus.
 

Dans Lance et Compte les héros de Tremblay jouaient de la rondelle et du gouret. Dans Scoop, ses héros (et ceux de Mme Larouche) faisaient leur chemin à coups de stylo et de micro. Cette fois, leur nouvelle télésérie est donc organisée autour de la vie des manieurs de seringues et de bistouris, en l'occurrence ceux de l'urgence de l'hôpital universitaire montréalais Coeur-de-Jésus.
 

Les quatre personnages principaux sont tous médecins: deux hommes (David La Haye et Serge Postigo) et deux femmes (Marina Orsini et Nathalie Gascon). Selon le modèle classique, on les suit dans leur vie professionnelle et sentimentale. Mais on côtoie aussi leurs collègues docteurs, les infirmières, les ambulanciers, les administrateurs et puis une infinité de patients, évidemment.
 

Dans le premier épisode, qu'on a donc pu voir hier, les héros en sarrau vont sauver un joueur de hockey, un homme victime d'une crise cardiaque et un enfant frappé par une voiture - qui se révèle être le fils de l'infirmière-chef. Une femme mourra par contre en couche, dans la cour de l'hôpital. Et une doctoresse nymphomane et un collègue iront au lit.
 

Dans le troisième épisode, le gars et la fille des vues ont décidé que l'ado du chef-coordonateur de l'urgence va subtiliser des blancs de prescriptions, contrefaire la signature de son papa et obtenir ainsi des drogues qu'elle revendra à un autre jeune qui ira poignarder un proprio de dépanneur. Il sera heureusement sauvé par les doigts de fée d'une chirurgienne. Le drogué, lui, mourra d'overdose dans les pattes d'un généraliste. Et la nymphomane et son collègue se feront réprimander pour être allés au lit à l'hosto, tandis qu'une autre sera interrompue dans ses élans lesbiens.
 

À Hollywood, on dit qu'un bon film se résume à la formule a girl and a gun. À la télé, la recette importée par Tremblay-Larouche veut maintenant qu'on mélange «le cul et le vécu». Urgence, c'est encore de la télé par numéro, une autre télésérie atteinte d'un mal incurable, la «vécuculite aiguë». C'est le Scoop V, quoi. Comme il y aura des Urgence II et III, où on suivra d'autres aventures vraisemblables assaisonnées de quelques coups d'oeil sur les fesses de Nathalie Gascon ou David La Haye.
 

Mais si ce n'était que ça! Le pire dans cette télé qui passe pour la meilleure, c'est la prétention des auteurs d'avoir encore décrit le vrai de vrai vécu. Le communiqué de la SRC dit d'ailleurs qu'ils «dépeignent avec l'éloquence qu'on leur connaît les enjeux politiques, économiques, moraux et sociaux du système de santé au Québec».
 

Dans cette nouvelle tranche de leur comédie humaine et québécoise - Réjean Tremblay a déjà déclaré que s'il ressuscitait, Balzac écrirait pour la télé... - le monde se divise toujours en deux. D'un côté, il y a les hauts fonctionnaires et les politiciens véreux qui coupent aveuglément dans le système; de l'autre, les bons médecins qui triment comme des forçats pour sauver le petit monde. D'un côté, on retrouve les hôpitaux défavorisés du secteur francophone; de l'autre, ceux des anglophones, choyés évidemment. «Quand je vois les Anglos qui se plaignent avec leurs Siemens et leur Goldberg qui se payent des départements complets pour avoir leur nom sur une petite plaque... », dit même un administrateur du Coeur-de-Jésus, dont la réflexion manichéenne est mille et cent fois reprise dans des dialogues qui volent à peu près à la hauteur des cors au pied. Ailleurs c'est la cardiologue qui vante les bienfaits de l'exercice au Nautilus. Ailleurs encore, c'est le médecin-administrateur qui se dit que «la vie du monde est entre nos mains» et que «c'est effrayant».
 

Cette télévision est une fenêtre ouverte sur les lieux communs. Si le poète est la mauvaise conscience de sa société, les scénaristes de ce genre petit écran jouent le plus souvent exactement le rôle inverse: ils se contentent de remâcher et de servir les clichés et les poncifs aux masses de téléspectateurs, au dos large, qui n'en pensent supposément pas moins.
 

Source:
Archives Le Devoir - www.ledevoir.com


 
 


1996-urgence
 


«À 32 ans, Roy Dupuis affiche une maturité fraîchement apprivoisée. Sa récente pause professionnelle lui a permis de prendre du recul et de faire de judicieux choix de vie. Depuis, il s’ajuste aux exigences du quotidien avec une sérénité nouvelle, où le bonheur se dépouille en toute simplicité. Et cet équilibre puise ses origines dans sa petite enfance, où il n’était qu’en devenir. Grâce à l’amour des siens, il a bâti l’homme à l’assurance tranquille qu’il est aujourd’hui. Paradoxalement, il se transformera en psychopathe pour les besoins de Urgence, la nouvelle télésérie que Fabienne Larouche et Réjean Tremblay ont signée pour le compte de la SRC et qui débutera dès janvier.
 

Roy, à l’origine, dans Urgence, on t’avait proposé d’interpréter un des personnages principaux, n’est-ce pas?
C’est vrai. Mais je n’ai pas pu accepter cette offre en raison d’engagements professionnels que j’avais déjà contractés. Je viens d’ailleurs tout juste de terminer deux films. Au Venezuela, dans le film de Luis Armando Roche, Aire Libre, j’ai tenu le rôle de Bonpland, un herboriste. Ce film est présentement en montage. Je viens de faire la post synchronisation la semaine dernière. J’ai également participé au film Screamers, de Christian Duguay; le personnage que j’y incarne est plutôt mystérieux, disons qu’il est de glace. C’est un film de science-fiction dont l’action se déroule à des années-lumière d’ici, et sa sortie est prévue pour janvier.
 

Dans Urgence, quel personnage joues-tu?
Celui de Barette, un psychopathe. Il doit être parent avec Michel! (rires)
 

Quelle est son histoire?
Je ne la connais pas vraiment… Ce pourrait être un acteur qui n’a pas réussi à décrocher de rôles intéressants… Un acteur dans la dèche, quoi! Et c’est un dépressif! Dans l’épisode où on le voit, il est en pleine crise. Ce pourrait être aussi, tout simplement, un plombier ou un électricien qui a toujours été fasciné par l’époque médiévale, qui est très instruit en ce domaine et qui, lorsqu’il traverse une crise, se réfugie dans ce monde.
 

Pendant ses crises, croit-il vraiment vivre à cette époque? 
Oui, si l’on veut. Il cherche peut-être aussi à se croire dans une autre époque parce qu’il est un peu tanné de la banalité de la société d’aujourd’hui, du manque d’honneur, du manque de grandeur.
 

Est-ce difficile de jouer la folie?
Pas vraiment… On est tous un peu sur le bord de la folie quand on le veut. On a tous une folie cachée dans le garde-robe.
 

Ce personnage est-il particulièrement intéressant à jouer?
Oui, parce qu’il me permet d’en mettre, de libérer un peu plus de folie. Il permet de pousser mon imaginaire un peu plus loin...»



(Christianne Chaillé / Extrait article Magazine 7 Jours du 13 janvier 1996 - La vie de famille de Roy Dupuis)





 

Partager cet article

Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans