Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 21:09


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


 

29 janvier 2003

 

«Séraphin»  domine  la  course  aux  Jutra
 

Par Odile Tremblay 
 



Déjà enfant chéri du public, Un Homme et son Péché, de Charles Binamé, se révèle aussi comme le préféré de l'industrie cinématographique québécoise. Les associations professionnelles ont mis Séraphin dix fois en nomination pour les prix Jutra, avant Québec-Montréal, Le Marais et La Turbulence des fluides.
 

Rappelons que la soirée des Jutra, qui couronne les artisans du cinéma québécois et qui compte cinq ans bien sonnés, se déroulera le dimanche 23 février au théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. Elle sera diffusée en direct sur les ondes de Radio-Canada et rendra hommage à Rock Demers. Le président de la Grande Nuit du cinéma, le réalisateur Jean-Claude Labrecque, a tenu à rendre hommage au public québécois pour son soutien. «Il y a peu d'années, le cinéma québécois n'arrivait pas facilement sur les écrans», se souvient-il. En 2002, la part de marché du cinéma québécois a augmenté à 12,5 % alors qu'elle se situait à 9,6 % en 2001, en grande partie à cause du film de Binamé, qui recevra d'ailleurs le Billet d'or du film québécois le plus populaire.
 

Binamé  ignoré
 

Il a beau dominer le peloton, Séraphin avait l'air d'un navire sans capitaine hier aux nominations des Jutra. De fait, le nom de Charles Binamé n'a pas été retenu pour la course au Meilleur réalisateur. Atom Egoyan a vécu la même chose aux prix Génie, où son Ararat, pourtant parti en tête, est aussi exclu de la section du Meilleur réalisateur. Bizarre!
 

Un Homme et son Péché atterrit dans les catégories Meilleurs film, son, direction artistique, direction de la photographie, musique, actrice (Karine Vanasse), acteur (Roy Dupuis et Pierre Lebeau), actrice de soutien (Céline Bonnier) et acteur de soutien (Rémy Girard).
 

Les longs métrages qui convoitent le titre du Meilleur film québécois sont, outre Séraphin, Le Collectionneur de Jean Beaudin, Le Marais de Kim Nguyen et Québec-Montréal de Ricardo Trogi...
 
 

Source:
Article Le Devoir - www.ledevoir.com
 
 
 
Photo: http://agencequebecpresse.photoshelter.com/

Photo: http://agencequebecpresse.photoshelter.com/


24 février 2003
 

«Séraphin»  reçoit  six  Jutra
 

Par Odile Tremblay 
 



Deux grands vainqueurs se partagent les prix du cinéma québécois de l'année. Les autres productions se contentent des restes. Luc Picard remporte tout de même le prix du Meilleur acteur de soutien pour Le Collectionneur, de Jean Beaudin.
 

Fallait-il s'en étonner? Le champion québécois des recettes au guichet, le héros assis sur son or, Séraphin lui-même (qui d'autre?), a remporté le gros des statuettes hier soir lors de la 5e soirée des Jutra animée par Sylvie Moreau au Théâtre Maisonneuve et diffusée à Radio-Canada.
 

La fête du cinéma québécois (qui rendait hommage au producteur Rock Demers) a couronné l'avare favori du public (7,7 millions en recettes au guichet), mais aussi Québec-Montréal, comédie de moeurs aigre-douce, vrai coup de fraîcheur de l'année, repartant avec de prestigieux trophées (dont Meilleur film, Meilleure réalisation). Ces deux films ont dominé la course, raflant à quatre mains 10 des 18 statuettes et ne laissant que des miettes aux concurrents...
 

.. Six statuettes (sur dix nominations) sont allées à Séraphin - Un Homme et son Péché, par lequel Charles Binamé a revisité l'épopée des Pays-d'en-Haut: celle de la Meilleure actrice à Karine Vanasse en Donalda la sacrifiée; celle du Meilleur acteur à Pierre Lebeau en hargneux Séraphin; et celles de la Meilleure direction artistique, des Meilleures images, de la Meilleure musique (à Michel Cusson, méritée) et du Meilleur son.
 

À lui aussi le billet d'or Desjardins couronnant le film ayant récolté les plus fortes recettes au guichet en 2002. Séraphin, le favori de la foule, désormais avalisé par les votes de l'industrie, peut lancer un sonore «Viande à chien!» de contentement, en engrangeant les prix et les recettes...
 


Source:
Archives Le Devoir - www.ledevoir.com



 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché