Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 14:41


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/10 - MÉMOIRES AFFECTIVES
2004/10 - MÉMOIRES AFFECTIVES
2004/10 - MÉMOIRES AFFECTIVES
2004/10 - MÉMOIRES AFFECTIVES


Mémoires  affectives

 

Genres/Catégories: Drame / Film fantastique / Thriller psychologique
 
Réalisation: Francis Leclerc
 

2004-MA-FLeclerc


Scénario: Francis Leclerc / Marcel Beaulieu
 
Pays: Canada, Québec
 
Langue: français
 
Durée: 110 min
 
Autres titres: Looking for Alexander
 
Dates et lieu de tournage: 22 février - 4 mars 2004 / Monntréal (Qébec)
 
Premières: 24 octobre 2004, Festival du Nouveau Cinéma de Montréal / 25 octobre 2004, Cinéma Parallèle (Montréal)
 
Sortie en salles: 29 octobre 2004 (Québec) / 8 avril 2005, Toronto (Canada) / 12 October 2005, Festival du Film de Saint-Jean-de-Luz (France) / 25 November 2005, Semaine du Cinéma du Québec (Paris, France) / 10 janvier 2007 (Belgique & Pays-Bas)
 
Direction artistique: Mario Hervieux
 
Images: Steve Asselin
 
Montage images: Glenn Berman
 
Musique: Pierre Duchesne
 
Costumes: Sophie Lefebvre
 
Photographe de plateau: Martin Leclerc / Sébastien Raymond
 
Prise de son: Christian Bouchard / Luc Boudrias / Marcel Pothier
 
Producteur: Barbara Shrier
 
Société de distribution: ALLIANCE VIVAFILM (Québec)
 
Société de production: PALOMAR (Québec)
 
 


Résumé: Pourtant déclaré cliniquement mort, Alexandre Tourneur (Roy Dupuis), 41 ans, vient de sortir d’un long coma. Quelques mois plus tôt, un véhicule le renversait en plein chemin de campagne alors qu’il s’était arrêté pour venir en aide à un chevreuil gisant en bordure de la route. La principale séquelle de cet accident est une grave perte de mémoire. Avec l’aide de Ba Khobio (Maka Kotto), son psychiatre, il essaie de recoller les morceaux du casse-tête. À l’hôpital où Alexandre est en réhabilitation, il revoit sa femme Michelle (Nathalie Coupal) et sa fille Sylvaine (Karine Lagueux) qui essaient tant bien que mal de lui venir en aide. Le retour à la vie est difficile pour Alexandre qui n’a aucun souvenir de son passé, ni de ceux et celles qui en faisaient partie. Une enquête policière, sous la supervision du détective Pauline Maksoud (Rosa Zacharie), est également amorcée pour retrouver le chauffard qui l’a renversé.
 
 
Une fois remis sur pieds, Alexandre quitte l’hôpital pour regagner sa maison, située dans Charlevoix, à la Malbaie. Il se met en quête de son passé et essaie de redécouvrir son identité. Il revoit son bon ami Patrick Boivin (Benoît Gouin), partenaire avec lui d’une clinique vétérinaire de la région. Mais les parcelles de son passé restent toujours absentes de sa mémoire. Toutes les personnes que rencontre Alexandre sont devenues des étrangers. Pourtant, au fur et à mesure qu’il revoit ses proches, quelques images viennent le hanter tout au long de sa convalescence. L’ennui, c’est que ces images ne semblent pas toutes lui appartenir...
 
 
Au-delà des mémoires oubliées, foisonnent dans la tête d’Alexandre celles d’un passé lointain et violent. Sa quête du souvenir l’amènera là où on lui avait pourtant fait jurer de ne jamais revenir. En remontant à la source, il va enfin découvrir la vérité.
 

Source:
 




Interprétation:
 
Nathalie Coupal  (Michelle Tourneur)

Roy Dupuis  (Alexandre Tourneur)

Benoît Gouin  (Patrick Boivin)

Maka Kotto  (Ba Kobhio)
 
Karine Lagueux  (Sylvaine Tourneur)
 
2004-MA-Karine Lagueux


Robert Lalonde  (Drolet)
 
Guy Thauvette  (Joseph)  (Mesrine-L'Instinct de mort, 2008)
 
2004-MA-Josef


Rosa Zacharie  (Pauline Maksoud)
 
2004-MA-Pauline


Stéphane Archambault  (François)

Martin Héroux  (Détective Jobin)

Johanne-Marie Tremblay  (Infirmière)  (Les Filles de Caleb, 1990) 


 
 




 
Synopsis:
 

Alexandre Tourneur, ce personnage excellemment et sobrement interprété par Roy Dupuis, est à la merci des témoignages et souvenirs d’autrui, de notes griffonnées et d’articles épinglés sur les murs, pour reconstituer une réalité qui lui échappe: celle de sa propre vie avant un terrible traumatisme.
 
 
«Quand tu m’as débranché, tu m’as (re)mis au monde», confiera Tourneur à un certain personnage. Car c'est à une quête de mémoire qu’on assiste en suivant cet amnésique qui, longtemps déclaré cliniquement mort, se réveille du coma au moment précis où un inconnu débranche l’appareil qui le maintenait en vie à la suite d’un accident sur une route de campagne.
 
 
Tout en réapprenant à formuler des phrases complètes et à marcher sans aide, Alexandreapprendra qu’il avait une épouse (dont il était séparé), une fille adulte (avec laquelle il s’entendait plus ou moins bien), une maison près de La Malbaie, un associé (co-propriétaire avec lui d’une clinique vétérinaire), une maîtresse, et même un frère aîné, désormais introuvable.
 
 
Des bribes de mémoire remontent peu à peu à la surface, mais un portrait peu flatteur émergera de ce personnage qui porte en lui des relents d'homme des bois remontant d'une époque antérieure à sa propre vie. Il se découvre une nouvelle identité, celle d'un Tourneur alcoolique, infidèle, au caractère renfermé et emporté. La particularité de ses entretiens avec ses proches est, qu'en plus de pénétrer étrangement la mémoire des autres, à mesure qu’ils lui confient certains de leurs propres souvenirs, ils semblent - comme contaminés par son amnésie à lui - les perdre à leur tour, ce qui a pour effet de changer brusquement le cours de leur comportement.
 
 
«Nous sommes face à un amnésique qui a perdu dix ans de sa vie et ne sait plus rien des rapports émotifs qu'il a connus. Mais ses proches aussi possèdent une mémoire sélective. Et ce ne sont pas toujours ceux qui disent vrai qui sont porteurs de vérité», expliquera Roy Dupuis.
 
 
Autre particularité: à côté d’images d’enfance authentiques mais très fragmentaires, sa tête héberge des souvenirs qui ne devraient pas lui appartenir, comme ceux d’un Innu qui se traduisent par un poème récité en montagnais, une langue qu'Alexandre ne connaît pas.
 
 
Tout ceci au fil d’une enquête où Tourneur, aidé par une policière locale (Rosa Zacharie), cherche l’identité du chauffard qui l’a laissé pour mort au bord d’une route pendant qu'il cherchait à euthanasier un chevreuil blessé, et celle (la même?) de l’inconnu qui espérait le faire taire à jamais en débranchant le respirateur.
 
 
Il cherche aussi ce grand frère qui détient la clé d’un souvenir en quelque sorte fondateur, celui de la noyade de leur père, dont découle cette peur de l’eau (et des armes à feu...) qui hanteTourneur.
 
 
Certains critiques ont trouvé à redire à ce scénario gigogne, mais quiconque a fréquenté le fantastique et la science-fiction accueillera sans doute avec plus d’ouverture les aspects (rationnellement) inexplicables de cette amnésie apparemment contagieuse.
 


Source:
Adaptation personnelle de la page
 







 





 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle - dans Mémoires affectives