Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 18:42


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/10 - «Mémoires affectives» en trois visions

19 octobre 2004
 

«Mémoires  affectives»  en  trois  visions
 

Par Caroline St-Pierre




À l'occasion de la sortie du film Mémoires affectives, qui clôturera dimanche prochain le Festival du Nouveau Cinéma de Montréal avant de prendre l'affiche au cinéma Ex-Centris, Métro a rencontré les deux acteurs principaux, Roy Dupuis et Rosa Zacharie, ainsi que le réalisateur Francis Leclerc.
 

Dans Mémoires affectivesRoy Dupuis tient le rôle d'Alexandre, un homme dans la quarantaine qui, à la suite d'un accident l'ayant entraîné dans le coma, devient amnésique.
 

Métro: Pouvez-vous me parler un peu de votre personnage?
 

Roy Dupuis: Émotivement, c'est un bébé. Il a complètement oublié toute relation émotive. C'est encore un adulte au niveau technique: il sait c'est quoi une voiture, il sait comment ça marche une télé... mais tout ce qui est émotif a été évacué. Il l'a perdu dans son coma. C'est cette dualité-là qui était intéressante dans le personnage.
 

Métro: Croyez-vous qu'il est préférable d'oublier les souvenirs douloureux ou, au contraire, ce sont eux qui font ce que l'on est?
 

Roy Dupuis: Je pense que la nature nous a faits comme ça. C'est un système de protection spontané. C'est le cerveau reptilien qui prend le contrôle. Et le cerveau reptilien, il a une mémoire, mais il ne comprend pas les mots, donc tu ne peux pas l'exprimer. Mais je pense qu'à partir d'un certain point, on peut et on doit grandir de nos souffrances. Je pense qu'on ne peut faire autrement que de sortir grandi en acceptant la réalité, notre réalité. En affrontant qui on est.
 

Métro: Lorsqu'un film est fini de tourner et qu'il est sur le point de sortir, êtes-vous nerveux de voir l'accueil qu'il va recevoir ou vous en détachez-vous?
 

Roy Dupuis: Un peu des deux. Pour moi, c'est déjà un succès. Je suis déjà content d'avoir fait ce film-là. Je suis content du résultat et d'avoir rencontré les gens que j'ai rencontré, sur ce tournage-là. Je suis content d'un bout à l'autre. Mais aussi, à cause de ça, ça me tient plus à coeur. Donc oui, en même temps, tu veux que ça soit vu, que ça marche.
 

Rosa Zacharie se transforme en Pauline Maksoud pour les besoins du film Mémoires affectives. Son personnage est une policière qui se lie d'amitié avec un homme amnésique qu'elle aidera dans sa quête d'identité.
 

Métro: Qu'est-ce qui vous a attirée initialement dans le scénario?
 

Rosa Zacharie: D'abord, c'était le personnage. Je trouvais ça très intéressant de jouer un personnage qui va aider Alexandre à retrouver des traces de son passé. Je trouve qu'on voit souvent des rôles de femmes qui ne servent qu'à mettre un homme en appétit. Je trouvais ça intéressant parce qu'il n'était pas question d'amour dans ce film-là. C'est plus fraternel entre les deux, elle va l'aider parce qu'à ce moment, elle est émue par lui, elle le trouve vulnérable, perdu.
 

Métro: Je trouvais intéressant le fait qu'il n'y ait pas d'amour entre les deux personnages, parce que, justement, je m'attendais à ce qu'il y en ait...
 

Rosa Zacharie: Oui, mais il me semble qu'il ne pourrait pas tomber en amour comme ça. Parce que t'es trop défait quand t'es dans une situation comme celle-là. C'est quelqu'un qui se cherche.
 

Métro: Comment voyez-vous le personnage de Pauline?
 

Rosa Zacharie: C'est une personne plus terre à terre que moi. Elle est plus concentrée sur son travail et elle ne se laisse pas distraire comme moi je peux l'être. Je trouvais ça soulageant de devenir Pauline. Je trouve que c'est quelqu'un de généreux. Je ne voulais pas jouer la policière tough avec mon gun... J'avais envie de la rendre plus sensible, plus humaine. Et c'est sûr qu'en faisant une enquêteur, j'ai pensé un peu à Colombo.
 

Métro: Comment décririez-vous Francis Leclerc comme réalisateur?
 

Rosa Zacharie: Le premier mot qui me vient c'est facile. Il sait où il s'en va. Il voit les choses dans un ensemble et il aime travailler.
 

Avec Mémoires affectives, Francis Leclerc réalise son deuxième long métrage, après Une jeune fille à la fenêtre en 2001.......
 



Source:
Article Journal Métro (Montréal) - Arts et culture, p. 15
http://www.journalmetro.com/




 

Partager cet article

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives