Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 20:32


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/10 - Mémoires affectives / Sur les pistes du souvenir

 

23 octobre 2004 

Sur  les  pistes  du  souvenir
 

Par Odile Tremblay
 



Découverte  capitale
 

Mémoires affectives raconte l'histoire d'un homme (Roy Dupuis), longtemps déclaré cliniquement mort, qui émerge, amnésique, d'un long coma sans souvenirs de sa femme, de sa fille et de son passé. Des bribes de mémoire remontent peu à peu à la surface et il pénètre étrangement les souvenirs des autres, en courts circuits qui changent le cours de leur comportement.


La plongée de Francis Leclerc dans Mémoires affectives s'est faite dès l'étape de l'écriture. Avec Marcel Beaulieu, il a repris la piste du coma et des souvenirs, en choisissant un héros à mi-chemin de leurs âges respectifs. La quarantaine, un vétérinaire de campagne, avec en lui des relents d'homme des bois remontant d'une époque antérieure à sa propre vie: le personnage prenait vie avec bientôt les traits de Roy Dupuis.
 

Francis Leclerc n'a pas fait lire le scénario à un psychiatre. «Il y a eu des cas de transferts de mémoire, sous hypnose ou non, mais le film n'est pas basé sur un phénomène précis, explique le cinéaste. Le cinéma permet d'aller au delà de notre petite vie, alors on a utilisé l'idée du coma et des mémoires volées, pour y voir la métaphore de la quête de soi-même et des autres. Nous sommes face à un amnésique qui a perdu dix ans de sa vie et ne sait plus rien des rapports émotifs qu'il a connus. Mais ses proches aussi possèdent une mémoire sélective. Et ce ne sont pas toujours ceux qui disent vrai qui sont porteurs de vérité.»
 

Roy Dupuis est une vedette qui n'a pas à courir les rôles, mais il a attrapé celui-ci comme un cadeau. «J'aimais ce personnage en vase vide, qui se souvient de ses souvenirs mais capte également ceux des autres.» Vraisemblable, cette histoire? «Quelle importance? demande-t-il. C'est la quête du bonhomme qui me captive. J'ai aimé jouer quelqu'un qui va au bout de ce qu'il est, pour faire une découverte capitale en bout de ligne. Les spectateurs, en miroir, finissent par se demander en retour ce qu'ils connaissent d'eux-mêmes et ce qu'ils préfèrent ignorer.»
 

À ses yeux, le scénario appartient d'emblée au monde du cinéma et ne constitue pas un sous-produit d'une écriture littéraire. Jouer pour Hollywood, Roy Dupuis n'y tient plus. Il n'aime pas les valeurs mercantiles de Los Angeles. Son rêve ne rime pas avec paillettes, mais plutôt avec un voyage autour du monde en voilier avec sa blonde.
 

Rosa Zacharie, dans la peau d'une policière qui n'a pas connu le héros dans sa vie précédente mais le soutient et l'accepte tel qu'il est, dit avoir adoré cette aventure qui épouse le langage de l'esprit en sautant d'un flash à l'autre. Seule figure stable du film, fidèle, secourable, son personnage n'aura pas une aventure -- trop convenue -- avec l'amnésique. «Pauline, c'est un poteau, dit la comédienne. Le seul vrai témoin de cette histoire.»
 

Quatre ans après avoir conçu le scénario, avec un tournage en partie au parc des Grands Jardins, au nord de Baie-Saint-Paul, Mémoires affectives arrive en salle en réclamant une écoute attentive que sa finesse et sa complexité méritent.
 


Source:



 

Partager cet article

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives