Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 11:52


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

28 février 2009


Roy  Dupuis  -  L'homme  libre  prendra  le  large


Par Michelle Coudé-Lord


 


2008-03-13



Il ne boit plus depuis quatorze ans. Il ne fume plus depuis deux semaines. À 45 ans, l’acteur vedette Roy Dupuis prend soin de lui. Parce que chaque minute compte, parce qu’il sait encore plus aujourd’hui que «la vie est courte».



Sa mère est décédée à la fin du tournage du film Je me souviens, d’André Forcier [le 17 février 2008]. Deux ans à peine après la mort de son père. [Sic! madame la journaliste: le père de Roy est mort en 2000...]



«Ça fait réfléchir sur le temps qui nous reste», confie Roy Dupuis. Il a d’ailleurs trouvé plus difficile de cesser de boire que d’arrêter de fumer.



«En cessant de boire, il y a 14 ans, j’ai dû changer mon mode de vie, ce qui n’est pas le cas avec la cigarette, et ce, même si je fumais beaucoup», admet-il.



Il parlera très peu de sa mère. La douleur est encore là. Ça se sent. Cette femme, qui lui a cousu un premier costume pour le rôle de Renard, alors qu’il jouait, à la maternelle, dans sa première pièce, tirée du Petit Prince.



«Ta mère, c’est ta mère. C’est compliqué, la mort, car ça te fait réfléchir sur la vie. La dernière partie du tournage avait lieu en Irlande, j’ai dû revenir pour les funérailles. Ce fut très dur», précise-t-il. Il réfléchit alors sur le temps qui passe trop vite.



«Quand tu perds tes parents, tu te dis, le prochain c’est moi. Perdre mes parents à deux ans d’intervalle (???) me donne une envie de vivre incroyable». Sa voix est dynamique, forte. On sent la vie, quoi.



RETOUR  AUX  SOURCES



Le tournage du film Je me souviens, d’André Forcier, dans lequel il joue avec justesse un révolutionnaire irlandais exilé en Abitibi, Liam Hennessy, fut un véritable retour aux sources pour l’acteur.



«Mon grand-père est même resté dans une des cabines utilisées pour le tournage du film. L’Abitibi, c’est là que tout a commencé pour moi. C’est aussi mon chez-moi. J’aime y retourner.»



FORCIER  LE  POÈTE



Roy Dupuis et le cinéaste André Forcier ne font qu’un. L’admiration est grande entre les deux hommes. Forcier dit ceci de Roy Dupuis: «Il est un des plus grands acteurs au monde». À son tour, Roy Dupuis n’a que des éloges pour un cinéaste unique: «Tous ses scénarios sont des poèmes. Tourner pour et avec lui est un cadeau. Et il est un historien extraordinaire.»



Dans Je me souviens, André Forcier nous replonge dans les années de Duplessis, la Grande Noirceur politique, le syndicalisme, la religion.



Roy Dupuis parle alors de ce virage à droite du Québec actuel qui l’inquiète. «Il faut faire attention de ne pas retomber dedans. On sent un retour de la religion en ce moment, des valeurs de droite qui paralysent un peuple. Juste pour cela, ce film-là est important. Pour se rappeler de la dureté de ce passé et le refuser.»



Adulé, populaire, Roy Dupuis a le choix de ses créations. Il avoue dire oui à un rôle «si le sujet vient le chercher; lui apporte vraiment quelque chose».



NON  AU  GLAMOUR  DE  LOS  ANGELES



Il aurait pu avoir une carrière internationale. Il a refusé de s’installer à Los Angeles. La raison en est toute simple. La réponse est claire, à la manière de Roy Dupuis«Tout simplement parce que chez nous c’est ici. Je le sais encore plus aujourd’hui.»



Il optera toujours pour des rôles qui «le surprennent complètement.»



ENGAGEMENT



Il est toujours fier de son engagement auprès de la Fondation Rivières. Il sent que le message peut faire changer les choses.



Le guide, qui sera fourni d’ici quelques semaines à la population, aidera les gens désireux de le faire, à mieux agir pour préserver l’environnement et contribuera à la sauvegarde des rivières.



Il est encouragé par la venue du nouveau parti, Québec Solidaire, au gouvernement. «Ce n’est que le début, je crois. C’est une bonne nouvelle. Cela nous donne l’énergie de continuer à nous battre. Car certains politiciens écoutent notre message, d’autres non. Il faut que le peuple s’aperçoive encore plus du pouvoir qu’il a sur ses rivières, sur l’environnement.»



PRENDRE  LE  LARGE



Roy Dupuis affirme qu’il a trop travaillé l’an dernier, accumulant six films et une pièce de théâtre, Blasté, très exigeante.



Depuis quatre ans, il prépare son bateau pour faire son tour du monde. Un rêve qu’il concrétisera bientôt. «À l’automne 2010, je prends le large. J’amènerai ma caméra et je parlerai de ce que m’inspire chaque pays. Peut-être que je ferai un documentaire», lance-t-il, en homme libre.



Libre d’agir, libre de penser. C’est pourquoi l’acteur veut des rôles qui le surprennent, qui le font réfléchir, qui dénoncent, qui dévoilent et qui touchent la réalité de la vie.



C’est aussi pour toutes ces raisons qu’il ne dira jamais non au cinéaste-poète André Forcier.



Roy Dupuis, l’homme, n’a jamais autant aimé la vie.




Source:
Le Journal de Montréal

http://www.canoe.com/divertissement/cinema/entrevues/2009/02/26/8545231-jdm.html





 

Partager cet article

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Rencontres et entrevues