Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 19:15


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2009/07 - «Les cinq cloches»

 

23 juillet 2009


Les  cinq  cloches


Par Manon Dumais




Les Doigts croches, premier long métrage de Ken Scott, raconte les tribulations de cinq voyous qui, au début des années 1960, deviennent à leur corps défendant des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle afin de mettre la main sur un gros butin.



Pour son premier film, Ken Scott en a vu de toutes les couleurs: «La première journée de tournage, s'esclaffe Roy Dupuison s'est perdus dans les montagnes! Ken a perdu une demi-journée de tournage parce que tous les acteurs avaient disparu!»



En riant, Claude Legault se souvient de cette aventure de deux mois où l'équipe a appris à tisser des liens serrés: «C'est la moitié de nos anecdotes de voyage. Les Argentins étaient hyper-sympathiques, mais s'ils travaillaient ici, ils se feraient mettre dehors! On arrivait toujours une heure avant tout le monde, alors que les acteurs sont normalement les derniers à se présenter sur le plateau. Les techniciens parlaient pendant nos scènes. Je devais gérer mes cheveux et ma moustache. Les costumes arrivaient en retard... Disons aussi que les règles de sécurité ne sont pas les mêmes. On perdait une heure et demie de tournage par jour faute d'efficacité, alors, on devait clencher!»



«Les Argentins ont peut-être raison de tourner ainsi, avance Dupuis. Lorsque j'ai tourné avec Anémone (NDLR: dans C'est pas moi, c'est l'autre! d'Alain Zaloum), elle m'a fait remarquer que les tournages d'ici allaient nous tuer. En Europe, c'est beaucoup plus slack. C'est propre au cinéma nord-américain de tourner 12 heures par jour. Il y avait des problèmes de communication, des surprises tous les deux jours, mais cela dit, je les ai trouvés adorables.»



Ayant vécu une partie de son enfance dans les années 1960, Roy Dupuis conclut: «Des fois, je m'ennuie d'une certaine naïveté qu'on avait à cette époque-là. Aujourd'hui, on a cette conscience environnementale de réparer les erreurs commises dans le passé. On a été élevés dans les années 1960 avec les désirs de l'époque et maintenant, il faut changer nos désirs, la façon dont on a été façonnés. Je m'ennuie de l'époque où on ne pensait pas aux sacs de plastique»....




Source:
http://www.voir.ca/publishing/article.aspx?zone=1&section=7&article=65764


 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Les Doigts croches