Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 14:51


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2009/08 - Première de «The Timekeeper»
2009/08 - Première de «The Timekeeper»
2009/08 - Première de «The Timekeeper»
2009/08 - Première de «The Timekeeper»
2009/08 - Première de «The Timekeeper»

 

20 août 2009


Première  de  «The  Timekeeper»
Tapis  rouge  pour  un  gang  de  gars


Par Yves Boudreau




Le film The Timekeeper de Louis Bélanger présentait sa première au théâtre Impérial ce jeudi. Comme le film, où il n’y a que des acteurs masculins, le tapis rouge a surtout fait place à des gars. 


Roy Dupuis, Gaston Lepage, le réalisateur Louis Bélanger et le comédien principal, Craig Olejnik étaient tous présents pour la première de The Timekeeper. Ce film qui se déroule dans la nature, loin de la civilisation (il a été tourné à la rivière aux Rochers dans Port-Cartier) met en vedette uniquement des hommes qui doivent construire un chemin de fer dans une région aride. 


L’amitié était palpable sur ce tapis rouge puisque tous ces hommes ont vécu près de deux mois dans des conditions quelquefois difficiles. D’ailleurs, comme nous disait Louis Bélanger, même si le tournage s’est parfaitement déroulé, il y avait toujours un risque: «Nous étions loin de tout et, comme on dit en langage cinématographique, nous n’avions pas de «cover set», c’est-à-dire la possibilité d’aller tourner des scènes différentes ailleurs si jamais la température ou un autre problème nous empêchaient de travailler. En plus, le soir, quand nous avions terminé la journée, nous étions tous ensemble et on se permettait de faire la fête, ce qui solidifie l’équipe.» Cette solidarité était évidente sur le tapis rouge. 


Quelques vedettes dont Sylvie Moreau et François Papineau, de grands amis de Louis Bélanger, Marie-Chantal Perron qui s’apprête à jouer dans le film Le Poil de la Bête et grande amie depuis 20 ans de Roy Dupuis, étaient présents à cette première discrète mais très chaleureuse. Marc-André Grondin a fait aussi une rapide apparition avant de s’engouffrer dans la salle pour aller voir The Timekeeper.
 


Source:

 


 

21 août 2009



Roy  Dupuis  -  Un  rôle  violent  et  moderne


Par Michelle Coudé-Lord


 

Première, hier soir, du film de Louis Bélanger, The Timekeeper, mettant en vedette Roy Dupuis. Un Roy Dupuis qui vante la qualité du cinéma québécois. 


On sait qu'avec la série Nikita, les Américains ont voulu l'adopter. Il a dit non au rêve américain et ne le regrette pas. «Los Angeles n'était pas une ville pour moi. Et au Québec, même avec de petits moyens, on fait de bien belles choses. Notre cinéma présente une qualité internationale. Je suis un acteur gâté, à qui on offre de beaux rôles. Je n'ai pas besoin d'aller ailleurs», confiait-il hier au Journal de Montréal


The Timekeeper a été tourné sur la Côte-Nord. Roy Dupuis y tient le rôle d'un homme violent prêt à tout pour défendre sa peau sur ce chantier de construction où le patron, un vrai tyran, divise pour régner. 


«Ce scénario, c'est l'image de notre civilisation. Il y a ce boss, ses préférés, ceux qui se battent pour la justice et des dirigeants qui essaient de régner. Dans cette pyramide, des hommes essaient de survivre. C'est un peu l'image de notre société.» 


Il dit avoir aimé travailler une première fois avec le réalisateur Louis Bélanger. «Un homme sensible», précise Roy Dupuis.
 

Un  père  au  petit  écran


Ce dernier n'aime pas nécessairement les tapis rouges, mais comprend leur nécessité. «Il faut bien le vendre, ce film-là. Et les cinéphiles québécois sont fidèles à notre cinéma, donc, en faire la promotion fait partie de la game», souligne sur un ton convaincu Roy Dupuis


Il tourne présentement pour Radio-Canada la série télévisée Les Rescapés, dans laquelle il joue un rôle de père. «Je suis habitué, j'en avais onze dans Les Filles de Caleb», précise-t-il. Un retour attendu au petit écran au Québec, après une absence de sept ans. Sa dernière série télévisée date de l'époque du Dernier Chapitre
 

Un  citoyen  engagé


Puis, il agit toujours comme porte-parole de sa Fondation Rivières qui lui tient très à coeur. En septembre, une vaste campagne de sensibilisation sera annoncée. 


«Le but premier de la fondation est de donner des outils aux citoyens pour agir et savoir réagir. Pour nous, choisir l'hydro-électricité pour développer est un dinosaure. Il y a des moyens plus modernes et intelligents. Pour ça, toutefois, il faut que le citoyen soit renseigné, d'où l'importance de cette campagne de sensibilisation», précise Roy Dupuis, le citoyen engagé. 


Il est pressenti pour d'autres tournages cet automne, mais il attend après le financement. «Encore là, il faut apprendre à être patient. Mais je me sens encore très choyé par le métier», dit-il. 


Et il a toujours comme objectif son tour du monde, qu'il aimerait entreprendre dans un an. «C'est mon but», conclut Roy Dupuis, qui nous confirme continuer à être fièrement un non-fumeur. «Je tiens le coup depuis des mois»


The Timekeeper arrive en salle aujourd'hui. Le film, en version française, s'appelle L'Heure de vérité. C'est une adaptation du roman de Trevor Ferguson.

 

Source:
Le Journal de Montréal

Partager cet article

Repost 0
Published by TeamRDE - dans The Timekeeper