Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 20:32


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.



 
2009/07 - Roy Dupuis: la capacité de changer


 


25 juillet 2009


Pour tout dire, c'est le cinéaste français Frédéric Berthe qui devait mettre en scène Les Doigts croches (une expression signifiant «des doigts de voleur»), mais de fil en aiguille, de divergences en changement de cap, Ken Scott a décidé de le diriger lui-même, et les droits de la coproduction française furent dûment rachetés, causant quelques délais supplémentaires à la mise en branle du projet.



Coproduction tout de même entre le Québec, la France -- l'actrice Aure Atika incarne la flamme du bandit en chef (Roy Dupuis) -- et l'Argentine, cadre du tournage. Ken Scott avait rencontré l'actrice française au Festival de Tokyo et appréciait son sens du comique, son charisme, son beau sourire. À elle donc le rôle de la femme plus futée que les cinq larrons. Le film a été tourné en partie en Argentine, dans la région de Cordoba ainsi qu'à Buenos Aires.



(Odile Tremblay)
Les cinq larrons de Ken Scott


 

 



25 juillet 2009



Roy  Dupuis:  la  capacité  de  changer




Si le réalisateur des Doigts croches émet de sérieuses réserves sur la capacité de l’humain à changer, son acteur principal se dit convaincu du contraire, se montrant du doigt comme preuve vivante.


Roy Dupuis, qui incarne Charles Favreau, cerveau d’un groupe de voleurs pas très futés, se rappelle comment il a tourné le dos à l’alcool et à la drogue, il y a maintenant quinze ans, et se dit que, oui, on peut changer.


«En plus, j’ai arrêté de fumer, il y a quatre mois. Je trouve ça facile. Il faut dire que j’ai arrêté de boire avant. Ça avait été plus difficile parce que ça demandait de changer de mode de vie. J’investissais beaucoup de temps et d’énergie dans les bars et les after hours. Après ça, il faut réapprendre à avoir du plaisir sans ça. C’est un peu plus complexe que d’arrêter de fumer», dit l’acteur, qui estime avoir pu s’en sortir parce qu’il a décidé de modifier ses habitudes pour les bonnes raisons.


«Il faut que tu changes pour toi et personne d’autre. Il faut que tu aies envie de le faire ainsi que la possibilité de t’en sortir. Quand tu viens d’un milieu défavorisé, ça peut être plus difficile de te sortir de là.»


«Quand j’ai arrêté de boire, je l’ai fait pour moi. J’avais le choix entre vivre et mourir. Je me suis dit que j’aimais vivre et je me suis arrangé pour rester en vie. Mais je n’ai pas de regrets d’être passé par où je suis passé. À un moment donné, ce n’était plus drôle. À la fin, je pouvais partir pendant quatre jours. Maintenant, je vais souvent puiser là-dedans, dans cette noirceur, pour nourrir les personnages que je dois jouer.» Qui plus est, Roy Dupuis affirme ne pas craindre du tout une rechute.


«Au niveau de l’alcool, je suis rendu à l’opposé. Quand je reçois à la maison, je vais ouvrir une bonne bouteille, y goûter, mais je ne finis pas mon verre. Je ne suis plus capable. Dès que je sens que ça m’engourdit, j’aime pas ça. J’ai peur de manquer quelque chose. Avant, j’aimais ça m’engourdir. Maintenant, ça me fait craindre de manquer un morceau de vie.»


Si l’acteur a effectué des changements draconiens dans sa vie, son personnage dans Les Doigts croches n’est pas en reste, estime-t-il.


«C’est probablement celui qui change le plus parmi les cinq personnages. En bout de ligne, c’est lui qui finit par dire qu’il va finir le chemin. Il ne finit pas pour l’argent, ni pour personne d’autre, il n’a plus de femme, plus rien. Il le finit pour lui. C’est ça le message que mon personnage transporte.»


 

COMIQUE  SANS  ÊTRE  CLOWN



De prime abord, associer le nom de Roy Dupuis à une comédie peut apparaître contre nature. Le principal intéressé affirme qu’il ne s’est pas posé la question, s’attardant surtout à la qualité du scénario qui lui a été présenté.


«De toute façon, c’est une comédie de situation. Ce n’est pas du Louis de Funès, du clown, de la commedia dell'arte. Ça n’a pas besoin d’être forcé», dit-il, rappelant le rôle qu’il a tenu dans Les États-Unis d’Albert, d’André Forcier.


«C’était un personnage plus léger, mais je n’ai jamais essayé de faire rire. Tu joues la situation. La rythmique du texte peut aider. Il faut juste que tu trouves l’authenticité là-dedans, rendre crédible le personnage.»




Source:
http://www.canoe.com/divertissement/cinema/dossiers/2009/07/24/10254286-jdq.html

 



 

Partager cet article

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Les Doigts croches
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROY DUPUIS EUROPE
  • ROY DUPUIS EUROPE
  • : ROY DUPUIS, exclusivement vôtre. Pour vraiment tout savoir sur cet extraordinaire acteur et comédien québécois.
  • Contact

Recherche