Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 21:10

 

Décembre 2012

 

FONDATION  RIVIÈRES

UNE  GRANDE  PERFORMANCE  DE  ROY  DUPUIS

 

Par Catherine Huard



2012-12-idees-bio

L'acteur Roy Dupuis mériterait certes un oscar pour son rôle crucial dans la préservation de nos cours d'eau.




Tout le monde connaît l'acteur Roy Dupuis, qui joue au théâtre, à la télévision et au cinéma, ici et ailleurs. Depuis maintenant plus d'une décennie, il tient également un autre rôle, qu'il considère tout aussi important: celui de cofondateur et président de la Fondation Rivières.


L'organisme, qui a pour mission la préservation, la restauration et la mise en valeur du caractère naturel de nos cours d'eau, a célébré le 26 novembre dernier son 10e anniversaire. À cette occasion, Idée BIO! a rencontré son président pour discuter avec lui des raisons motivant son implication, des buts de la Fondation, du chemin parcouru.... et de celui qu'il reste à faire.


Tout  naturel  d'adopter  une  rivière!


C'est un fait connu, Roy Dupuis a passé la majeure partie de son enfance à Amos, en Abitibi. C'est là qu'est né son amour du grand air et de la nature. «Je n'habitais pas à la campagne, mais, en sautant sur ma bicyclette, j'étais au chalet en 10 minutes! La rivière Harricana coulait au milieu de la ville. L'hiver, je la traversais à pied, l'été, j'y nageais. J'ai de beaux souvenirs de pêche, aussi...», raconte l'acteur.


C'est donc depuis sa tendre enfance qu'il aime jouer dehors, profiter du plein air, vibrer au diapason des éléments. Et, au début de 2002, il a trouvé tout naturel de s'associer aux artistes qui s'impliquaient dans la première campagne Adoptez une rivière. «Quand tu connais quelque chose, tu y tiens davantage, c'est certain...», fait-il remarquer.


La campagne, mise sur pied par cinq organismes de préservation environnementale, a été parrainée à l'époque par près de 70 personnalités publiques. Leur implication a donné à la démarche une belle visibilité, et l'opération a connu un succès retentissant: elle a même poussé le Premier ministre Bernard Landry à abandonner 33 des 36 projets de petites centrales hydroélectriques privées sur 24 de nos rivières!


Parallèlement à cette campagne, deux de ses concepteurs, Alain Saladzius, ingénieur en traitement des eaux et lauréat de nombreux prix environnementaux, et Michel Gauthier, réalisateur du film Rivières d'argent, photographe et amoureux de la nature, décidaient d'unir leurs forces, leurs connaissances et leur passion pour les rivières à celles de Roy Dupuis afin de mettre sur pied la Fondation Rivières. «On était conscients qu'une action et une présence plus permanentes étaient nécessaires pour veiller à la protection de nos cours d'eau, explique Roy Dupuis. On voulait donner une voix aux rivières... L'eau, c'est la vie! Pour moi, rien ne représente mieux la vie que l'eau. Alors, j'ai choisi d'agir. Maintenant. Avant qu'il ne soit trop tard. Sinon, on attend de ne plus avoir le choix: c'est un peu paresseux, non?»



2012-12-IBioRoy Dupuis et Alain Saladzius



Un  président  on  ne  peut  plus  compétent


Au cours de ses 10 années à la tête de la Fondation, on a souvent mis en doute la crédibilité de Roy Dupuis, lui reprochant de ne pas avoir la formation nécessaire à ses prises de position. «Je connais les enjeux reliés à l'aménagement des rivières. Je m'y intéresse, et je m'intéresse également aux solutions. Je lis beaucoup, je m'informe sur les différents dossiers, je discute avec des scientifiques... J'aime creuser, aller au fond des choses, vérifier. J'ai toujours aimé les sciences», explique celui qui étudiait d'ailleurs en sciences pures avant de bifurquer vers le théâtre. «J'ai acquis des connaissances qui vont au-delà de mon métier, poursuit-il. À la Fondation, je suis entouré de gens très compétents dans leurs domaines respectifs. L'organisme se nourrit des connaissances de ces spécialistes de différents secteurs. Chacun a ses forces. Mais, au départ, nous sommes là essentiellement parce que c'est une cause en laquelle nous croyons profondement.»


Le  rôle  de  la  Fondation  Rivières


Ainsi, depuis 10 ans, forte de la collaboration de tous ces éminents spécialistes, la Fondation protège les rivières en informant, en rassemblant, en offrant son soutien à des groupes citoyens, en proposant des pistes de solutions... et en dérangeant. «À la Fondation, on passe souvent pour des durs. On ose remettre en question les façons de faire de gros joueurs. On leur tient tête. Depuis le temps qu'on se fait dire que l'hydroélectricité nationale est l'une de nos grandes réussites... Et je suis d'accord: à la base, c'est réellement l'une des plus grandes réussites de la social-démocratie. Mais, au fil du temps, la vocation d'Hydro-Québec a changé. Et de le dire tout haut, ça dérange! Malgré tout, on va continuer d'informer la population et de transmettre ce qu'on sait. De conscientiser. Mais pas seulement ça: on est là aussi pour regrouper les gens autour de leurs rivières. Pour appuyer les associations citoyennes dans leurs démarches. La Fondation Rivières, c'est un réseau», soutient le principal intéressé.


Outre ses batailles contre le harnachement des cours d'eau, la Fondation Rivières veille à la qualité de l'eau et au respect des normes pour le traitement des eaux usées, et s'oppose aux projets de construction en milieux humides.


Conscience,  le  mot  clé!


La Fondation mise sur la conscientisation de la génération montante: des guides pédagogiques sont mis à la disposition des enseignants du secondaire désireux de sensibiliser leurs élèves aux problématiques concernant les rivières québécoises. Elle encourage les citoyens à prendre des mesures afin de réduire leur consommation d'électricité, tout en proposant également des sources alternatives d'électricité propres et vertes. «On a le choix maintenant. Il faut à tout prix que la population soit consciente des options possibles pour éviter le saccage de l'une de nos plus belles richesses collectives. C'est un travail de longue haleine, mais je crois qu'aujourd'hui, encore plus qu'il y a 10 ans, les gens sont prêts à remettre en question leurs habitudes, et les dirigeants, leurs façons de faire. C'est clair qu'un vent de changement souffle», souligne Roy Dupuis.


Et ce courant de pensée qui prétend que la protection de l'environnement est utopique, qu'elle empêche l'économie de se développer et que, à la limite, elle bloque le progrès? «De préserver les rivières, c'est ça qui est une pensée moderne! On est rendu au stade où il faut préserver nos ressources. On a les outils et les connaissances pour le faire. Juste en ce qui concerne l'électricité, par exemple, les solutions sont là! Sur le plan économique, les répercussions seraient bénéfiques pour plus de gens, et ce, à plus long terme», réplique l'acteur, déplorant le fait qu'on vive dans une réalité artificielle. «Tout ce qu'on a bâti, tout ce qu'on consomme: on a l'illusion que ça peut continuer de cette façon, mais c'est faux. Il faut choisir de changer les choses pendant qu'il en est encore temps. Sinon, des ressources, il n'y en aura plus», explique-t-il, gardant toutefois espoir que l'Humanité fera les bons choix. «Avec les avancées technologiques du siècle dernier, nous nous sommes éloignés de notre environnement, de la nature, bref de ce qui nous a créés. Il faut se reconnecter avec nos racines. Le monde est davantage prêt à le faire que les dirigeants, c'est clair. Mais les grands mouvements de changement sont toujours venus de la volonté du peuple», rappelle-t-il.


L'engagement citoyen est d'ailleurs à la base des activités de la Fondation Rivières. Que l'on pense à ceux qui s'impliquent pour la protection de leur rivière ou aux spécialistes qui participent à l'élaboration des dossiers, tous agissent par conviction. «On a besoin du soutien de la population. On souhaite que de plus en plus de gens se sentent assez interpellés par notre mission et par le sort des rivières pour devenir membres», avance le président.


Sur le plan financier également, l'implication citoyenne est d'une importance cruciale pour la Fondation: celle-ci ne recevant aucune subvention gouvernementale, elle dépend entièrement, pour soutenir ses activités, de la générosité de ses membres et de ses partisans, dont certains admirateurs de l'acteur - admiratrices, en fait! -, qui envoient des dons et organisent des activités de financement depuis l'Europe, l'Asie et les États-Unis.


Dix  ans  plus  tard


Dix ans après sa création, la mission de la Fondation Rivières est toujours aussi pertinente. Ses enjeux restent d'actualité et les demandes de citoyens requérant son intervention se multiplient. Le travail à réaliser demeure titanesque, mais son président se réjouit de ce qui a déjà été accompli. «Je suis fier de la Fondation Rivières. Fier d'avoir participé à sa création. Fier du chemin parcouru. Fier de collaborer avec des gens qui travaillent fort pour informer la population et protéger nos rivières. Elles font partie de notre patrimoine, du bien commun. Elles nous appartiennent, à nous tous. De les protéger, c'est notre responsabilité à nous tous aussi.»


Roy Dupuis termine en évoquant le philosophe Noam Chomsky, qui lui inspire ces mots: «Il faut informer, conscientiser le plus de gens possible pour que les mentalités changent. Pour que les informations transmises fassent leur bout de chemin et se transforment en actions concrètes et, surtout, collectives. C'est l'un des avantages d'être organisés: seul, on se sent impuissant. Mais, ensemble, tout est possible!»


Source:
Article Magazine Idée BIO!

 

 

      Pour  une  consultation  facile  et  rapide,  je  vous  invite  à  naviguer  soit  par  Catégories,  soit  par  la  page  PLAN  DU  SITE.


Partager cet article

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Roy Dupuis et la Fondation Rivières