Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 16:05


4 novembre 2006
 
La  Fondation  Rivières  décidée  à  faire  tomber  des  barrages

Par Ariane Lacoursière



La construction de 30 barrages hydroélectriques privés menacera autant de rivières québécoises dès l'an prochain. Mais la Fondation Rivières, qui tenait sa soirée bénéfice annuelle hier soir, n'a pas l'intention de rester sans rien faire.
 

«Nous avons déjà réussi à stopper l'implantation de 33 barrages privés, nous le ferons encore une fois», prévient le cofondateur et directeur de l'organisme,
Michel Gauthier. «D'autant plus que ces ouvrages ne sont pas nécessaires. Ils ne font qu'augmenter l'offre d'électricité, mais nous n'avons pas plus de demande», affirme l'autre fondateur de l'organisme, Alain Saladzius.


Pour cette troisième soirée bénéfice en quatre ans d'existence, la Fondation Rivières avait invité plusieurs personnalités publiques. Marc Déry, Paul Piché, Geneviève Brouillette, Emmanuel Bilodeau et le coprésident de l'organisme, Roy Dupuis, étaient du nombre.
 

Yann Perreault, qui parraine la rivière l'Assomption depuis deux ans, y était également. Il a offert une prestation aux quelque 300 personnes présentes. Il a d'ailleurs tenu à féliciter les artistes qui s'étaient déplacés: «Il y a une mode présentement de critiquer les artistes engagés. On dit qu'ils font ça pour se faire voir. Moi, je leur dis de continuer. Épouser une cause demande beaucoup de temps et d'énergie. On ne fait pas ça pour être populaire.»
 

Depuis la création du programme «Adoptez une rivière» par la fondation, plusieurs personnalités publiques ont décidé de se porter à la défense des 4500 rivières de la province. Ils sont aujourd'hui près de 100 artistes engagés dans cette cause.
 

Selon les estimations de
Michel Gauthier, environ 20.000 $ devaient être récoltés hier soir. Un objet ayant appartenu à Roy Dupuis, mis à l'encan, devait contribuer à ces recettes. «Je pense qu'on va avoir 10.000 $ pour ça», prévoyait Michel Gauthier en début de soirée.
 

Selon lui, les sommes amassées seront plus que nécessaires, car la lutte pour la préservation des rivières est encore longue. La pollution agricole et les projets de barrages menacent les cours d'eau. «En plus d'enlever des attraits touristiques aux régions, cela met en péril plusieurs espèces végétales et animales du Québec», dit-il.
 

La publication cette semaine d'un rapport favorable à la dérivation du fleuve Rupert à la Baie-James est un autre exemple de bataille à mener. «C'est le projet le plus destructeur de l'histoire d'Hydro-Québec. Près de 85 % de l'eau sera détournée sur une distance plus grande que celle qui sépare Montréal et Québec», illustre
Alain Saladzius.
 

L'acteur Roy Dupuis a quant à lui précisé que la bataille n'est pas finie: «Trois villages Cris affectés par ce projet tiendront des référendums dans les prochaines semaines. Ce n'est pas parce qu'un comité dit qu'un projet est bon qu'il se fera automatiquement», affirme-t-il.
 

Roy Dupuis
, qui appuie la Fondation Rivières depuis sa création, a répété que le but de l'organisme est d'inciter la population à «arrêter d'empiéter sur la nature à moins que ce ne soit absolument nécessaire»«J'aimerais aussi que le Québec devienne un exemple à suivre dans le monde pour sa conscience écologique. Je suis optimiste. On va y arriver», a lancé l'acteur.
 

Source:
La Presse

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle - dans Roy Dupuis et la Fondation Rivières