Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 15:04

2006-05-Journal-Vert-2


Printemps 2006
 

LA  MISSION  DE  
ROY  DUPUIS
Le héros de la croisade des rivières contre les harnacheurs


Par 
Jean Serge Turcot
 


Porte-parole de la 
Fondation RivièresRoy Dupuis s'est découvert depuis quelques années une vocation écolo-sociale, et les gouvernements qui s'imaginent faire ce qu'ils veulent une fois élus, devront compter avec la force médiatique de celui qui a incarné en Maurice Richard la révolte d'un peuple. Ce peuple qui oubliait son aliénation dans ce jeu de rôles, qu'est le hockey. Ils auront affaire avec l'inoubliable Ovila, sur qui ont fantasmé des millions de femmes - et quelques hommes sans doute - des Filles de Caleb. Sa façon de jouer, - physique, presque animale - disent les critiques, approuvés en cela par nombre de metteurs en scène ainsi que les comédiennes qui ont partagé avec lui un plateau de tournage, emporte l’adhésion du public.
 

Avec 
Roy Dupuis sur l


a scène des barrages, les administrateurs d'Hydro-Québec n’ont qu'à bien se tenir. Le beau Roy risque de mobiliser tout le Québec féminin. Comme le disait sa partenaire dans NikitaPeta Wilson: «Il est très dominant; lorsque je ne pouvais accepter certaines choses, il me prenait la main, me regardait droit dans les yeux et me survoltait (grounded)».


Le chargé du casting pour la série 
Nikita le décrit quant à lui comme «un secret bien gardé, une combinaison inusitée de machisme mâle à la Mel Gibson combiné à la grâce romantique d'un Brad Pitt». Bref, si Jean Charest s'entête à harnacher les rivières, il devra tout d'abord se défaire de l'emprise de l'étalon des Filles de Caleb.
 

Dans une lettre récente au premier ministre, le comédien n'a pas hésité à demander carrément de stopper le développement de petites centrales privées sur les grandes rivières du territoire québécois. Selon lui, des promoteurs veulent ni plus ni moins s'approprier les richesses collectives que sont les rivières, et n'hésitent pas pour ce faire à acheter le consentement des élus locaux afin de réaliser leurs projets. C'est ainsi que dans le cas du projet de centrale privée de 40MW sur la rivière à saumon Magpie, sur la Côte-Nord, le promoteur Hydromega Services et le groupe Aecon (Laval) ont offert secrètement 300.000$ à la municipalité en échange de son appui. Au moins sept projets de barrages d'une puissance de moins de 50MW sont en phase d'évaluation. Le projet sur la rivière Trois-Pistoles, présenté par Gestion-Conseil SCP était en 2001 actionnaire de Grade Trois-Pistoles, avec comme associés l'homme d'affaires Jean-Marc Carpentier et André Boulanger, président d'Hydro-Québec Distribution depuis juillet 2003 et auparavant vice-président de Gaz Métropolitain. Le projet de la rivière Batiscan, qui a été contesté jusqu'en Cour Suprême, doit passer à travers d'éventuelles audiences publiques avant d'obtenir l'approbation gouvernementale. Un autre projet, celui d'Axor à Saint-Adelphe, et qui vise à transformer 13 km de cours d'eau en réservoir hydro-électrique, a vu le chanteur Paul Piché venir appuyer le groupe de citoyens qui s'y sont opposés. Il y a également les deux projets des autochtones de la bande innu de Betsiamites, sur la rivière Sault-aux-Cochons, à la hauteur de Forestville. Rappelons que la tête de cette rivière a déjà été détournée vers les turbines de Bersimis, derrière la réserve.
 

Selon
Alain Saladzius, président de la 
Fondation Rivières, le projet de la Magpie contrevient à la Politique nationale de l'eau, élaborée sous l'ancien patronage du chef actuel du Parti Québécois, André Boisclair, et il faudrait démolir l'ancienne centrale d'Hydro-Québec afin de faciliter la remontée des saumons dans ce qui est considéré comme l'un des plus beaux sites de kayak et de rafting.
 

UN  SAUVAGE?
 

Roy Dupuis
 a la réputation de quelqu'un qui ne parle pas beaucoup... et qui ne veut ni n'aime parler de lui. Il donne ses rendez-vous aux représentants de la presse chez son agent, Hélène Mailloux, qui veille au grain...


Georges Privet, qui l'a interviewé pour le magazine 
Elle Québec, mentionne que la vedette (Roy, pas Mailloux) est «une montagne de contradictions.» Ainsi, à l'exemple d'autres artistes qui ont épousé une cause, il consent à jouer le jeu et admet sans ambages que la Fondation Rivières vit des objets (photos des séries et de films, T–shirts, etc...) qu'il autographie et qui sont vendus afin de procurer le financement nécessaire. Bref, la vedette qui refuse souvent de répondre à des questions qualifiées de «personnelles» ne ressent aucune gêne à jouer sur son charme personnel et sur le mythe attaché à sa personne afin de procurer des fonds à la fondation dont il est vice-président.
 

Pas un mot donc sur ses séances de psychanalyse, sur ses ruptures dont celles avec l'alcool et les drogues, de même que sur sa dernière passion: la voile (il s'est acheté un voilier). Pas un mot non plus sur sa maison à la campagne, qui date de 1840 et est située quelque part «près de la frontière américaine», et qu'il partage avec la femme de sa vie: 
Céline Bonnier, autre membre de l'écurie Mailloux. Ce fils de commis voyageur, d'Amos en Abitibi, aurait été joueur de hockey si l'arrivée en ville à l'âge de 14 ans n'avait pas changé sa vie, s'il n'était pas entré à l'École nationale de théâtre en remplaçant à pied levé l'ami d'une copine lors d'une audition. Il a depuis finalement incarné des personnages stéréotypés, lesquels ont peu à peu façonné l'image publique de son propre personnage: Maurice Richard, Alexis Labranche, dans Un Homme et son Péché, Ovila dans Les Filles de Caleb. Et quoi de mieux que le regard hypnotique de ces yeux bleus verts pour ce nouveau rôle de celui de défenseur de grandes rivières sauvages et tumultueuses...
 

Il est de plus en plus courant que des artistes se mobilisent pour une cause. Marcel Leboeuf milite pour la santé mentale, Dan Bigras appuie le Refuge des jeunes, Luc Picard Amnistie International, Chantal Fontaine combat la violence conjugale, Serge Postigo parraine le Chaînon! Céline Dion la fibrose kystique etc... Mais, l'engagement de certains artistes est parfois considéré par certains comme discutable comme c'est le cas au Canada de Brigitte Bardot, Pamela Anderson et Sir Paul McCartney dans le cas de la chasse aux phoques, de Clémence Desrochers qui s'est élevée contre les «maudits condos» du Mont-Orford et de Richard Desjardins qui a soulevé une véritable vague de fond contre l'exploitation abusive des forêts, véritable tsunami médiatique dont la fureur ne se dément pas et qui a été récupérée par les compagnies qui viennent d'obtenir près d'un milliard de dollars pour les aider à traverser la «crise»...


Roy Dupuis
, lui, a eu droit aux honneurs du quotidien La Presse. Dans son éditorial, Alain Dubuc n’y est pas allé avec le dos de la cuiller: l’action de la Fondation Rivières, écrit-il, «repose lourdement sur l’image de Roy Dupuis» et il trouve déplorable que si certains artistes parrains de rivières gagnent et que tous ces projets sont abandonnés, voilà «un showbusiness qui nous coûterait très cher»...
 

Alors qu'en entrevue avec le 
Journal VERTRoy parle surtout de sensibiliser la population à d'autres formes d'énergie: «Les technologies alternatives existent, dit-il, appuyé en cela par Jean-François Blain, analyste en ressources énergétiques pour la Fondation Rivièresl'éolien, le solaire et surtout les économies d'énergie»...


Bien sûr, il admet que son rôle principal est bien sûr, de 
«faire passer le message», mais que, c'est une longue bataille «qu'on n'a pas le choix de mener». Et qu'à tout prendre, «c'est sa façon à lui de rendre quelque chose à la société québécoise.»



Source:
Article Journal VERT
 

2006-Journal-Vert
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle - dans Roy Dupuis et la Fondation Rivières