Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 12:11


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2006/08 - «Les beaux ailleurs» de Robert Budreau

 

28 août 2006
 

«LES  BEAUX  AILLEURS»  de  Robert  Budreau


Par Anabelle Nicoud



Pour son premier long métrage, le réalisateur canadien Robert Budreau s'est attaqué à une histoire sombre: celle de Conk Adams
(Roy Dupuis), un militaire souffrant de troubles psychiatriques, et de Catherine Nyland (Jane McGregor), jeune archéologue brillante mais dont la vie est gâchée par la maladie. Les deux apprendront à se connaître lorsque leurs routes croiseront celle du corps d'un Amérindien.
 

«J'ai beaucoup été intéressé par les thèmes de la rédemption, de la guérison et de l'amour contenus dans le film», explique Budreau. D'ailleurs, le jeune cinéaste, pressenti dans un premier temps comme réalisateur du film, n'a pas hésité à s'éloigner du roman Loon de Bill Plumstead.
 

Le résultat? Rien à voir avec le livre. Ou si peu. «Il n'y avait pas ces thèmes dans le roman», dit-il. Parce qu'il a revu presque complètement l'histoire, il est donc devenu scénariste et coproducteur du film. Pas mal pour un premier long métrage.
 

Il fait donc fi de certaines caractéristiques du personnage de Conk Adams dans le livre et le façonne pour celui qu'il considère comme le meilleur acteur du Canada, Roy Dupuis. Budreau a été impressionné par le jeu de l'acteur dans un autre premier long métrage, celui de Francis Leclerc, Mémoires affectives. «J'aime vraiment le fait que Roy soit expressif sans beaucoup parler», dit-il.
 

That Beautiful Somewhere est un film sombre qui oscille entre l'espoir et le désespoir de ses deux personnages principaux, des êtres blessés, lui désillusionné, elle condamnée à la solitude. On retrouve dans cette noirceur celle du court métrage de Budreau, Dry Whiskey, présenté l'an dernier au Festival des Films du Monde de Montréal.
 

Le jeune réalisateur entend-il faire des drames humains sa spécialité? Pas vraiment. Comme ceux qu'il admire, les Scorsese et Hawks, il se voit bien passer d'un registre à un autre. Les deux projets auxquels il travaille actuellement sont des comédies. Plus légères et plus commerciales, dit-il.
 

L'une d'elles, Jacques et Linda, sera tournée à Montréal. En français et en anglais. Il espère d'ici là retrouver un peu de son français, appris par sa mère quand il était jeune et tombé dans l'oubli depuis.
 


Source:
La Presse 

Partager cet article

Repost 0
Published by TeamRDE - dans That Beautiful Somewhere