Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 20:16


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2005/11 - «Maurice Richard», la plus grande des premières
 

24 novembre 2005
 

Le  film  «Maurice  Richard»  a  droit  à  une  grande  première officielle
 


Même s'il a déjà été présenté en quelques endroits du Québec, au cours des derniers jours, le film Maurice Richard, de Charles Binamé, a eu droit à une grande première officielle, hier soir, à la Place des Arts et au cinéma Impérial, à Montréal.
 

De nombreuses vedettes des milieux sportif et culturel étaient présentes, à commencer par celui qui revêt le chandail du Rocket dans le film, Roy Dupuis. La famille de Maurice Richard était également présente.
 
Maurice Richard prend l'affiche demain dans 150 salles de cinéma du Québec, un record. Sa sortie dans le reste du pays n'est prévue qu'après les Fêtes....
 


Source:
Presse canadienne
24 novembre 2005
 

Le  film  «Maurice  Richard»  a  droit  à  une  grande  première officielle
 


Même s'il a déjà été présenté en quelques endroits du Québec, au cours des derniers jours, le film Maurice Richard, de Charles Binamé, a eu droit à une grande première officielle, hier soir, à la Place des Arts et au cinéma Impérial, à Montréal.
 

De nombreuses vedettes des milieux sportif et culturel étaient présentes, à commencer par celui qui revêt le chandail du Rocket dans le film, Roy Dupuis. La famille de Maurice Richard était également présente.
 
Maurice Richard prend l'affiche demain dans 150 salles de cinéma du Québec, un record. Sa sortie dans le reste du pays n'est prévue qu'après les Fêtes....
 

Source:
Presse canadienne
24 novembre 2005
 

Le  film  «Maurice  Richard»  a  droit  à  une  grande  première officielle
 


Même s'il a déjà été présenté en quelques endroits du Québec, au cours des derniers jours, le film Maurice Richard, de Charles Binamé, a eu droit à une grande première officielle, hier soir, à la Place des Arts et au cinéma Impérial, à Montréal.
 

De nombreuses vedettes des milieux sportif et culturel étaient présentes, à commencer par celui qui revêt le chandail du Rocket dans le film, Roy Dupuis. La famille de Maurice Richard était également présente.
 
Maurice Richard prend l'affiche demain dans 150 salles de cinéma du Québec, un record. Sa sortie dans le reste du pays n'est prévue qu'après les Fêtes....
 

Source:
Presse canadienne
Photo © Robert Mailloux / La Presse

Photo © Robert Mailloux / La Presse

2005/11 - «Maurice Richard», la plus grande des premières


24 novembre 2005
 

«Maurice  Richard»,  la  plus  grande  des  premières
 

Par Isabelle Massé
 



Joueurs du Canadien autographiant des chandails ici, journalistes jouant du coude là... Jamais première de film n'aura été si courue au Québec! Il y avait de l'électricité dans l'air quelques minutes avant la projection de Maurice Richard, hier, au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. «Le star system ici, c'est vraiment Hollywood!» a lancé le Néo-Brunswickois Randy Thomas, interprète de Toe Blake dans le film de Charles Binamé.
 

«Il y a deux fois plus de journalistes que d'habitude, à cause de la présence des gens affectés à la couverture des sports, mais aussi des médias du Canada anglais», confirme la relationniste Brigitte Chabot.
 

Voir Binamé répondre aux questions d'un journaliste de RDS est plutôt rare! Reporters, photographes et cameramen se sont agglutinés devant les acteurs du film (Roy Dupuis, Stephen McHattie, Patrice Robitaille, Michel Barrette, Diane Lavallée, Mario Jean, Rémy Girard...), plusieurs actuels et anciens joueurs de hockey (José Théodore, Stéphane Quintal, Jean Béliveau, Yvan Cournoyer, Mike Bossy) et enfants du Rocket (Huguette, Suzanne, Normand). «Quand j'ai su que j'allais être assis derrière plusieurs joueurs, j'ai dit à mon père d'amener son appareil photo!» a lancé François Langlois Vallières, qui incarne Maurice Richard à 16 ans.
 

Dominique Michel, Denys Arcand, Roch Voisine, Mario Clément, Pierre Curzi, Michel Côté, Pauline Marois, Lucien Bouchard et Line Beauchamp ont aussi pris part à la fête, hier soir. «Je voulais voir le film, comme tout le monde, pour comprendre pourquoi Maurice Richard a été celui qu'il a été, dit l'ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard. Maurice Richard est au centre d'une émotion collective. Il y en a des héros, mais Maurice c'est le nôtre. Il n'avait pas d'artifices, pas d'image making. Il était profondément authentique.»
 

Deux  premières  en  une
 

Inutile de dire qu'on a fait salle comble. Deux fois plutôt qu'une: les producteurs et distributeurs du film ont également accueilli leurs invités au cinéma Impérial, hier soir. «On invite toujours 200 ou 300 personnes de plus qu'il y a de sièges, à une première, explique Guy Gagnon, président d'Alliance Atlantis Vivafilm. Mais cette fois, tout le monde a décidé de venir! On s'est dit qu'il y aurait une émeute si on refusait des gens.»
 

Les comédiens, réalisateur et producteurs ont donc fait la navette entre l'Impérial et le Théâtre Maisonneuve pour présenter le long métrage de 8,3 millions, lancé demain sur 150 écrans au Québec. «Je salue le pif des distributeurs qui lancent le film au moment où le hockey est en pleine renaissance», note Normand Chouinard, interprète du commentateur sportif Michel Normandin.
 

Un film qui bénéficie de la plus grosse mise en marché jamais planifiée dans la province. «Près de 1,9 million», affirme Guy Gagnon.
 

Dépenser une telle somme était-il justifié pour un film sur la vie d'une étoile du hockey et qui a pour vedette Roy Dupuis«J'ai tendance à dire que non, répond l'acteur. Mais j'ai l'impression que les gens imaginent que ça va être meilleur parce que tout le monde est là! C'est de la promo à l'américaine, parce que c'est gros comme film.»
 

«Il ne faut jamais tenir pour acquis le succès d'un film, ajoute Guy Gagnon. On se bat pour remplir les salles les deux premiers week-ends, car les gens courent après la nouveauté.»
 

Les distributeurs n'ont pu résister à l'envie d'en faire plus pour afficher les couleurs de la production partout. Ces dernières semaines, la bouille de Roy Dupuis s'est retrouvée sur onze panneaux géants, le long des routes. Coût de l'opération? 290.000 $. «On a dépensé 50.000 $ pour des chandails de hockey destinés aux employés des cinémas et 30.000 $ pour des sacs de maïs soufflé à l'effigie du film», énumère Guy Gagnon.
 

Il n'y a pourtant rien de plus vendeur que le simple résumé du long métrage... Maurice Richard s'attarde aux premières années du Rocket au sein du Canadien. L'histoire se termine en 1955, le soir de la célèbre émeute, rue Sainte-Catherine, à Montréal, provoquée par la suspension prolongée du numéro 9 après qu'il eut frappé un arbitre. «Il est celui qui nous a ouvert le chemin, estime Jean Béliveau. Il n'a jamais réalisé l'ampleur de ce qu'il représentait.»
 

Nombreux sont ceux, en effet, qui croient que les succès sur la glace de Maurice Richard ont contribué à l'éveil des Canadiens français qui devaient, à l'époque, faire avec une élite anglophone. «Tout le monde a une histoire sur Maurice Richard, mentionne le scénariste Ken Scott. Mettre une anecdote dans le film, c'est une redite, et ne pas la mettre, c'est une déception. L'idée était donc de raconter l'histoire du Rocket avec un angle nouveau.»
 

«La réaction de la famille nous inquiétait, ajoute la productrice Denise Robert. On ne devait pas seulement représenter un mythe, mais aussi un père, un époux.»
 

Les inquiétudes se sont estompées, il y a quelques jours, après que les enfants du Rocket eurent visionné le long métrage. «C'est venu nous chercher, affirme Normand Richard. C'est assez conforme à la réalité... d'après ce qu'on m'avait raconté, comme je n'étais pas né! Roy a les yeux et les airs de mon père quand il était fâché. Et ce n'était pas beau à voir quand il se fâchait!»
 


Source:
La Presse
Avec la collaboration de Chantal Guy





 

Partager cet article

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Maurice Richard