Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 12:00


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 

Juillet 2008


Sur les plateaux de «Un été sans point ni coup sûr»


Par Anne-Christine Schnyder

 

2008/07 - Sur les plateaux de Un été sans point ni coup sûr


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 


 

Source:

Article Magazine Star Inc.



 

 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Un été sans point ni coup sûr
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 11:30


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
Magazine Star Inc.

Magazine Star Inc.


18 juin 2008


Avant-première  d'«Un été sans point ni coup sûr»


Par Anabelle Nicoud 



Plus d'un mois avant sa sortie, Un été sans point ni coup sûr, de Francis Leclerc, a été projeté en avant-première hier soir à l'AMC Forum, au bénéfice de la Fondation Rivières.
 


En tournage en Argentine pour le prochain film de Ken Scott, Les doigts croches, le comédien Roy Dupuis, vice-président et cofondateur de la Fondation, faisait pour l'occasion un aller-retour de 48 heures à Montréal.


«Tous les étés on fait un événement avec des fans qui viennent de partout dans le monde pour passer une journée avec moi. Cette année, on leur montre ce film que j'ai fait», explique le comédien.
 


Source:
La Presse
2008/06 - Avant-première de Un été sans point ni coup sûr

 

18 juin 2008
 


UN  ÉTÉ  SANS  POINT  NI  COUP  SÛR
À  la  défense  des  lacs  et  des  rivières


Par Bruno Lapointe



Le septième art vient porter mainforte aux lacs et rivières du Québec. L'acteur Roy Dupuis et le réalisateur Francis Leclerc ont présenté leur film Un été sans point ni coup sûr en grande première hier soir afin d'amasser des fonds pour l'organisme Rivières.
 

Hier soir, un peu après 18 heures, Roy Dupuis entre dans le Forum AMC, lunettes de soleil sur les yeux, presque incognito.
 

L'acteur allait rejoindre le réalisateur Francis Leclerc pour la première projection d'Un été sans point ni coup sûr devant quelque 250 spectateurs. Dans la salle, les gagnants d'un concours, mais aussi des gens qui avaient payé 30 $ leur billet pour voir le film plus d'un mois avant sa sortie en salle, prévue pour le 1er août.
 

La totalité des recettes allait être versée à la Fondation Rivières, cofondée par Roy Dupuis, qui a pour mandat de protéger les rivières dans leur état naturel.
 

«On essaie d'informer les gens des dangers et de trouver des solutions de rechange à des menaces telles que les barrages privés. Je viens de l'Abitibi, alors j'ai toujours été entouré par la nature. Elle a beaucoup d'importance pour moi, et ça devrait être la même chose pour tout le monde», explique l'acteur de passage dans la métropole pour quelques jours. Il tourne présentement Les Doigts croches, de Ken Scott, en Argentine.
 

Quant au réalisateur Francis Leclerc, son implication auprès de la Fondation Rivières coule de source. Lui qui connaît bien Roy Dupuis n'a pas hésité à se prêter au jeu.
 

Permission


«La productrice Barbara Shrier m'a appelé pour avoir ma permission, c'était important pour elle. Je n'ai pas hésité. En plus, je me suis dit que si le film pouvait servir à quelque chose de plus, c'était tant mieux», explique-t-il.
 

La soirée d'hier permettait également à Francis Leclerc de tâter le pouls du public, puisqu'il s'agissait de la première fois où le film allait être présenté devant des cinéphiles. Le réalisateur s'avouait nerveux à quelques minutes du début de la projection.
 

«C'est sûr que ce film-là, je l'ai fait pour que les gens l'apprécient. Mais je sais que mon fils de sept ans en est fou, alors je suis déjà content», dit le réalisateur en ricanant.
 

Il est tout de même bien confiant que son dernier film puisse trouver sa place sur les écrans de la province et, du même coup, dans le coeur des cinéphiles.
 

Basé sur le roman du même nom de Marc Robitaille, Un été sans point ni coup sûr transporte les cinéphiles au début des années 1960, alors qu'un enfant rêve de joindre les rangs des Expos, son équipe de baseball préférée.
 



Source:
Le Journal de Montréal






 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Un été sans point ni coup sûr
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 10:47


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

2 - 8 août 2007


À LA UNE
 

Dans le sport comme ailleurs, Roy Dupuis se révèle un honnête compétiteur.
 

Par Eric Tudel

 

2007/08 - Roy Dupuis, un honnête compétiteur


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 


 

Source:
Article Journal ICI




 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Un été sans point ni coup sûr
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 10:31


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2007 - Un été sans point ni coup sûr / Stand-by: on tourne!

11 juillet 2007

 

«Stand-by: on tourne!»
 

Par Isabelle Desmarais
  



Cet été, le cinéma québécois se tourne vers le réalisateur Francis Leclerc qui, depuis deux semaines environ, nous mijote un film en plein cœur du parc Gilles-Forest, à Mascouche. Mais attention: rien à voir avec sa toute dernière production, Mémoires affectives, dont le style original avait grandement surpris le public. Afin d’en savoir davantage, nous nous sommes rendus sur le plateau de tournage de Un été sans point ni coup sûr, où nous avons rencontré le grand manitou....


.... Comédien  fétiche

 

Bien qu’il ne tienne pas le rôle principal, Roy Dupuis travaillera sur ce nouveau projet, lui qui avait livré une solide performance dans le dernier film de Francis Leclerc: «Roy est devenu un grand ami depuis Mémoires affectives. Je me suis dit: «Je le connais, je sais qu’il est bon, alors pourquoi ne pas retravailler avec lui? Pourquoi me compliquer la tâche et chercher quelqu’un d’autre pour ce rôle?» Alors je lui ai fait lire le scénario et il a accepté de faire le film....
 


Source:
http://www.larevue.qc.ca/fr/detail_nouvelle.asp?ID=12364

      


  
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Un été sans point ni coup sûr
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 22:43


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

5 juin 2007

 

Patrice Robitaille et Roy Dupuis passionnés de baseball
 



Roy Dupuis renouera avec le fils de Félix Leclerc, le réalisateur Francis Leclerc, au cours de l’été. Après avoir travaillé ensemble sur le long métrage Mémoires affectives en 2004, les deux hommes uniront leurs forces pour Un été sans point ni coup sûr, un film sur les joies du baseball. Patrice Robitaille, Jacinthe Lagüe et Guy Thauvette tiendront aussi chacun un rôle dans cette aventure.
 
 

Pour sa troisième œuvre au grand écran, Francis Leclerc s’est tourné vers le roman du même nom de Marc Robitaille qui, en 1969, met en scène Martin, un enfant de 13 ans passionné de baseball dont le rêve est de pouvoir faire partie des Expos de Montréal, nouvelle franchise du baseball majeur. Après avoir appris qu’il n’a pas été retenu pour joindre les rangs de l’équipe de sa paroisse, Martin va former sa propre équipe avec ses amis pour défaire celle de la paroisse. Patrice Robitaille sera le père de l’enfant et Jacinthe Lagüe, sa mère. Roy Dupuis sera l’entraîneur de la formation adverse.
 
 

C’est grâce à environ 4 millions $ et avec plusieurs caméos qu’Un été sans point ni coup sûr verra le jour. De la fin du mois à la mi-août se tiendra le tournage de cette production sur des terrains de baseball de Montréal. Déjà, les scènes d’hiver ont été filmées.
 
 

Source:
 



 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Un été sans point ni coup sûr
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 18:46


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

21 mars 2008


La 10ème soirée des Jutra

Pleins  feux  sur  le  cinéma

 

2008/03 - 10e Jutra / Pleins feux sur le cinéma


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 




Source:
Article Magazine 7 JOURS 





 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Shake Hands with the Devil
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 17:00


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


«Roy Dupuis, pour son interprétation du général Roméo Dallaire dans Shake Hands with the Devil (J'ai serré la main du diable), a reçu le trophée du meilleur acteur. Très ému, l'acteur a tenu à dédier son Jutra au peuple rwandais, au général Dallaire et à sa mère, décédée récemment.»

 

Mars 2008

 

ROY  DUPUIS

Il  dédie  son  Jutra  à  sa  mère

 

Par Patrick Delisle-Crevier

 

2008/03 - Roy Dupuis dédie son Jutra à sa mère


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 


 


Source:

Article Magazine 7 JOURS




 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
Repost 0
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 16:32


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2008/04 - EMOTIONAL ARITHMETIC/L'Automne de mes souvenirs»
Photos © Films Séville

Photos © Films Séville

2008/04 - EMOTIONAL ARITHMETIC/L'Automne de mes souvenirs»
2008/04 - EMOTIONAL ARITHMETIC/L'Automne de mes souvenirs»
2008/04 - EMOTIONAL ARITHMETIC/L'Automne de mes souvenirs»
2008/04 - EMOTIONAL ARITHMETIC/L'Automne de mes souvenirs»

Emotional  Arithmetic

 
 
Genres/Catégories: Drame
 
Réalisation: Paolo Barzman
 
Scénario: Jefferson Lewis / Paolo Barzman (d'après le roman Emotional Arithmetic de Matt Cohen)
 
Pays: Canada / Québec
 
Langues: V.O. en anglais / Doublée et sous-titrée en français
 
Durée: 90 min
 
Autres titres: Aritmetica emocional / Automn Hearts: A New Beginning / L'Automne de mes souvenirs
 
Lieu et dates de tournage: Magog (Estrie, Québec) / Octobre 2006 (5 semaines)
 
Première: 15 septembre 2007 (32e Festival International du Film de Toronto)
 
Sortie en salle: 18 avril 2008 (Canada)
 
Costumes: Nicoletta Massone
 
Direction artistique: Jean-François Campeau
 
Images: Luc Montpellier (direction photo)
 
Scripte: France Lachapelle
 
Mixage: Lou Solakofski
 
Montage images: Arthur Tarnowski
 
Musique: Normand Corbeil
 
Photographe de plateau: Attila Dory
 
Prise de son: Dimitri Médard
 
Producteurs: Suzanne Girard (Productions BBR) / Anna Stratton (Triptych Media)
 
Producteur délégué: Paolo Barzman (coproducteur délégué) / Robin Cass (Triptych Media)
 
Société de distribution: FILMS SÉVILLE (QUÉBEC)
 
Société de production: ARITHMETIC ONTARIO PRODUCTIONS (CANADA) / PRODUCTION ARITHMETIC QUÉBEC / PRODUCTIONS BBR (QUÉBEC) / TRIPTYCH MEDIA (CANADA)

 
 

Résumé: L'Automne de mes souvenirs nous renvoie aux retrouvailles de trois rescapés de Drancy, un camp de détention «pré-Auschwitz» situé en banlieue parisienne durant la Seconde Guerre mondiale. En 1945, Jakob Bronski, un jeune écrivain dissident polonais détenu au camp et chargé du recensement, prend sous son aile deux petits orphelins, Mélanie Lansing Winters et Christopher Lewis.


Quarante ans plus tard, Mélanie découvre que Jakob a survécu à Auschwitz et aux hôpitaux psychiatriques soviétiques pour ensuite devenir poète. Elle l'invite alors à venir habiter chez elle, en Estrie (Québec), dans une ferme au cadre enchanteur où elle vit avec son mari David - un professeur à la retraite beaucoup plus âgé qu'elle - et leur fils Benjamin qui y élève seul son propre enfant. Mais lorsqu'elle se rend à l'aéroport pour accueillir Jakob, une surprise troublante l'attend: il est accompagné de Christopher qui, de son côté, s’est enfermé dans la solitude et étudie les insectes! Réunis pour la première fois depuis leur libération, ils se remémorent un passé qu'ils n'ont jamais vraiment oublié; les affres de la guerre ressurgissent et l'atmosphère de cette journée peu ordinaire se charge de tensions. Les liens qui unissent Christopher et Mélanie sont forts, leur tendre histoire d'amour ne pourra que venir bouleverser la vie de tout leur entourage...
 



Interprétation:
 
Domini Blythe  (Jane Ridley)
 
Gabriel Byrne  (Christopher Lewis)
 
EA-Seville-11
 

Roy Dupuis  (Benjamin Winters)
 

Dakota Goyo  (Timmy Winters)
 
EA-Seville-14
 

Christopher Plummer  (David Winters)
 
EA-Seville-08
 

Susan Sarandon  (Mélanie Winters)
 
EA-Susan Sarandon
 

Max von Sydow  (Jakob Bronski)
 
EA-Seville-13
 

Kristen Holden-Reid  (jeune Jakob)

Regan Jewitt  (jeune Mélanie)

Alexandre Nachi  (jeune Christopher)



Source principale:




 

VOIR  TOUTES  LES  PHOTOS  DU  FILM

EN  DIAPORAMA  GRAND  FORMAT  SUR:

EA-14https://picasaweb.google.com/EMOTIONALARITHMETIC




«Le temps n’efface pas toujours les mauvais souvenirs. Même que, depuis toute petite, Mélanie (Susan Sarandon) a cultivé un immense jardin de douleur.


L’automne de mes souvenirs marque en quelque sorte le temps du grand ménage de la mémoire, 40 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mélanie retrouve Jakob Bronski (Max Von Sydow), l’homme qui a été son protecteur lorsqu’elle s’est retrouvée jeune orpheline à Drancy, camp transitoire d’Auschwitz. Maintenant qu’elle sait que son père de substitution a survécu, elle l’invite à s’installer chez elle, en Estrie. Mais Jakob arrive avec Christopher (Gabriel Byrne), l’autre orphelin qu’il avait pris sous son aile au temps de Drancy. 


La réunion de cette «famille» de guerre, qui ne s’était jamais recomposée depuis, crée beaucoup de tensions, qui vont exploser à l’occasion d’un dîner qui réunit aussi le mari, le fils et le petit-fils de Mélanie. C’est alors qu’on constate que la guerre a fait des victimes au-delà de sa durée et en dehors des pays où elle a fait rage. Jakob a été prisonnier pendant des années, Mélanie, obsédée par le souvenir des horreurs du monde, compose avec une santé mentale fragile, Christopher, lui, ne s’est jamais remis de son amour de jeunesse sur fond de guerre. David, le mari, regarde la réunion d’un œil inquiet, amer et jaloux, pendant que leur descendance étouffe sous le poids de la douleur....»



(Valérie Lesage - Le Soleil)



http://moncinema.cyberpresse.ca/nouvelles-et-critiques/critiques/critique-cinema/4471-ilautomne-de-mes-souvenirsi-la-douleur-en-heritage.html 

 
 

 



 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Emotional Arithmetic
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 16:07


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


«Le film Shake Hands With The Devil du Canadien Roger Spottiswoode devient québécois puisqu'il a été retenu deux fois aux Jutra, soit pour le Meilleur acteur (Roy Dupuis) et pour le Meilleur montage. La cérémonie aura lieu le 9 mars prochain.»

 


10 mars 2008


LA 10e SOIRÉE DES JUTRA
GLAMOUR... AU SOUS-SOL!


Par Anabelle Nicoud / La Presse




Dans un sous-sol de la tour de Radio-Canada, au détour de couloirs marrons et beiges, le tapis rouge de la Soirée des Jutra a été dressé hier à l'entrée du studio 42, où la cérémonie était organisée cette année. Parmi les personnalités présentes sur le tapis rouge, on a pu apercevoir Roy Dupuis, Luc Picard, Isabel Richer, Hélène Florent, Caroline Dhavernas, Nicolas et Érik Canuel, ainsi que Gilles Duceppe. Il y a eu quelques robes flamboyantes du côté des dames (Mahée Paiement), mais pour les hommes, la sobriété était de mise.


.... ROY DUPUIS, FIDÈLE À LUI-MÊME


Le meilleur acteur de la cuvée masculine des Jutra 2008, Roy Dupuis, a fait une arrivée sur le tapis rouge habillé en Roy Dupuis: en noir, du jean à la veste en cuir, en passant par les bottes, l'acteur dit tranquillement «s'arranger pour que ça passe»....


.... GUYLAINE TREMBLAY, FÉBRILE ET ENJOUÉE


Couvée du regard par Bernard Émond, Guylaine Tremblay, récompensée par le Jutra de la Meilleure actrice pour sa performance dans Contre toute espérance, se disait fébrile, mais enthousiaste, peu avant le gala: «On se connaît tous, c'est presque une fête de famille!» ....
 

 





Les  10èmes  Prix  Jutra


9 mars 2008
 

 
 

 «Volet Interprétations, c'est sans grande surprise que Roy Dupuis et Guylaine Tremblay ont été sacrés Meilleurs acteur et actrice; le premier pour sa performance dans la peau du général Roméo Dallaire dans J'ai serré la main du diable, la seconde pour son rôle dans Contre toute Espérance, de Bernard Émond.


Pour Dupuis, c'est le second Jutra de sa carrière. L'acteur de 44 ans l'avait déjà gagné il y a trois ans, grâce à son jeu dans Mémoires affectives

 

*

 

 Roy Dupuis, qui a été très touché par son interprétation du général Dallaire, parle de grande responsabilité devant un film aussi fort. «J’ai, dès le départ, senti l’importance qu’un tel film existe. C’est sûr que ça nourrit un acteur, un film comme celui-là.»


L’acteur, très engagé socialement, notamment pour la protection des rivières québécoises, croit que les richesses sont définitivement mal réparties en ce bas monde. «Je suis touché par la surconsommation et l’exploitation que les grandes corporations et certains pays font des ressources naturelles et humaines, par la pollution aussi. C’est important que les gens sachent que la plupart des crises sont en grande partie dues à l’Occident

 
 

*

 

Ils ont dit:

«Ce projet-là existe parce que c'est lui (Roméo Dallaire), qui l'a lancé. Ce film fait partie de sa mission, et sa mission ne s'est jamais terminée. Moi j'ai fait ma part pour faire en sorte que le film soit le plus vu possible

  


2008-03-Jutra-01

 

Roy Dupuis, meilleur acteur pour son incarnation du général Dallaire

dans Shake Hands with the Devil. 

http://moncinema.cyberpresse.ca/ 



 

«Autre bon choix de la profession: Roy Dupuis, remarquable en général Dallaire au Rwanda dans Shake Hands with the Devil de Roger Spottiswoode, a gagné le Prix du Meilleur acteur, Jutra qu’il a voulu partager avec le général Dallaire. Il a aussi dédié la statuette à sa mère, récemment disparue.» 

 http://www.ledevoir.com/



 

 

2008/03 - Shake Hands with the Devil / 10e Prix Jutra
2008/03 - Shake Hands with the Devil / 10e Prix Jutra
2008/03 - Shake Hands with the Devil / 10e Prix Jutra
2008/03 - Shake Hands with the Devil / 10e Prix Jutra
2008/03 - Shake Hands with the Devil / 10e Prix Jutra
2008/03 - Shake Hands with the Devil / 10e Prix Jutra
2008/03 - Shake Hands with the Devil / 10e Prix Jutra


«Roy Dupuis, pour son interprétation du général Roméo Dallaire dans Shake Hands with the Devil (J'ai serré la main du diable), a reçu le trophée du meilleur acteur. Très ému, l'acteur a tenu à dédier son Jutra au peuple rwandais, au général Dallaire et à sa mère, décédée récemment.»

 
 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Shake Hands with the Devil Soirées de gala
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 14:57


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.
 


EA-DVD


 


Avril 2008
 

L'AUTOMNE  DE  MES  SOUVENIRS
Séquelles  de  l'Holocauste  dans  les  Cantons-de-l'Est
 

Par Louise Jalbert
 



Entièrement tourné dans de beaux paysages d'automne du Québec, Emotional Arithmetic (en version originale) est réalisé par Paolo Barzman (Time Is Money), d'après le roman de Matt Cohen. L'action se déroule dans un coin paisible des Cantons-de-l'Est, au bord d'un lac tranquille. Mais les person­nages en scène n'ont pas le calme intérieur des lieux et cachent tous une blessure ou une colère.
 

Christopher Plummer incarne David Winters, un professeur à la retraite, et Susan Sarandon, sa femme, Mélanie Winters, mentalement instable et souvent traitée pour dépression. Roy Dupuis est leur fils Benjamin, aussi père du petit Timmy (Dakoto Goyo). Max von Sydow joue Jakob Bronski, et Gabriel Byrne, Christopher Lewis, deux visiteurs qui vont brasser bien des souvenirs. En 1943, ces derniers étaient avec Mélanie au centre de détention transitoire de Drancy, d'où les Juifs étaient envoyés vers les camps de la mort. C'est la première fois qu'elle les retrouve depuis leur cruelle séparation, il y a plus de 40 ans.
 

D'abord, Mélanie attend la venue du vieux Jakob à qui elle doit la vie. Ce dernier arrive toutefois avec Christo­pher qui, lui, est de son âge. Le mari de Mélanie et leur fils Benjamin s'inquiètent, chacun à leur manière.
 

La solide distribution donne de la crédibilité à cette mise en scène lente, bien menée, mais un peu terne par moments. Malgré les flash-back en noir et blanc qui alimentent le récit, ce scénario manque un peu de relief. L'aspect dramatique de l'histoire de Mélanie passe bien grâce à sa magnifique interprète. Toutefois, son vis-à-vis Gabriel Byrne est un peu froid dans le personnage de Christo­pher, censé être amoureux d'elle depuis l'enfance. Toujours charisma­tique, Roy Dupuis est sobre dans ce rôle secondaire du bon gars que l'on voit beaucoup faire la cuisine. Quant aux deux vieux routiers Plummer et Von Sydow, ils apportent beaucoup à leurs personnages complexes, tout en retenue. Un film austère sur un sujet toujours sensible.
 
 

Source:
Article Magazine Échos Vedettes





 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Emotional Arithmetic