Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 20:53


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2005/02 - 7e Prix jutra / 4 trophées pour «Mémoires affectives»!
2005/02 - 7e Prix jutra / 4 trophées pour «Mémoires affectives»!
2005/02 - 7e Prix jutra / 4 trophées pour «Mémoires affectives»!
2005/02 - 7e Prix jutra / 4 trophées pour «Mémoires affectives»!


21 février 2005


Quatre  trophées  pour  «Mémoires  affectives»!


Par Stéphanie Bérubé




Le cinéaste Francis Leclerc a causé la surprise hier à la soirée des Jutra. Son thriller Mémoires affectives a remporté le prix dans quatre des cinq catégories où il était en lice, y compris celle du Meilleur film. Le fils de Félix est aussi reparti avec le trophée de la Meilleure réalisation.
 

«J'ai retrouvé cette semaine une claquette de film dans le bureau de mon père, a raconté le réalisateur, ému. Il y avait trois noms dessus: Félix Leclerc, Michel Brault et Claude Jutra.» Un bon présage pour le jeune cinéaste. Lorsque sa productrice, Barbara Shrier, est allée cueillir le prix du Meilleur film quelques minutes plus tard, elle a dit que c'était aussi une victoire pour les films à petit budget. Mémoires affectives a coûté 3 millions de dollars. C'est 10 fois moins que le budget de production du film Nouvelle-France.
 

Roy Dupuis a remporté le titre de Meilleur acteur, toujours pour Mémoires affectives«T'es un grand. T'es déjà un grand», a lancé Dupuis en regardant Francis Leclerc, qui n'avait pas encore gagné le gros lot de la soirée.
 

..... Sur scène, Roy Dupuis était visiblement très ému de repartir avec le Jutra du Meilleur acteur, surtout parce qu'il est très admiratif du travail de Francis Leclerc. «C'est l'un des films les plus importants que j'ai faits dans ma carrière», a-t-il confié.


Quant à l'idée d'être en nomination en même temps que son amoureuse, Céline Bonnier, il reste stoïque: «Ça ne change rien à la maison.»...
 

Source:
La Presse





La 7e Soirée des Jutra s'est tenue le dimanche 20 février 2005.
Elle était animée par
 Patrick Huard et fut télédiffusée par Radio-Canada en direct du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts (Montréal)



 

 


21 février 2005


«Mémoires  affectives»  rafle  les  grands  honneurs  aux  Jutra
 


Par Odile Tremblay




Pour sa septième édition, la soirée des Jutra dédiée aux artisans du cinéma québécois a zigzagué hier entre deux productions gagnantes, primant tantôt l’originalité, tantôt le consensus. Un point à l’envers, un point à l’endroit.


Mémoires affectives, troublant et brillant long métrage de Francis Leclerc, qui s’aventurait dans les eaux troubles du souvenir et de l’inconscient collectif, a remporté hier soir les prestigieux Jutra du Meilleur film et de la Meilleure réalisation. Ce film valait aussi à Roy Dupuis le laurier du Meilleur acteur, damant le pion à Michel Côté dans Le Dernier Tunnel, son grand concurrent.


Dupuis a remercié le cinéaste de lui avoir construit un aussi délicieux casse-tête. Mémoires affectives remportait également le Jutra du Meilleur montage image. Ce sont quatre statuettes (sur cinq nominations) qui sont venues primer une œuvre de finesse, lancée hors du circuit de la large audience.


Francis Leclerc s’en avouait même étonné, n’étant pas parti en haut de peloton et ayant réalisé une œuvre un peu obscure qui ne livrait pas tous ses codes. «Ça prouve que les gens sont prêts à voir des films comme ça.» La productrice Barbara Shrier y a décelé une victoire pour les petits budgets, les petites productions, les petites équipes...
 

Les sceptiques furent confondus. En effet, bien des journalistes et des observateurs du milieu du cinéma auraient parié leur chemise sur la victoire de Ma vie en Cinémascope de Denise Filiatrault, plus accessible et mieux commercialisé que le film de Leclerc. Les membres votants ont su couronner une audace de forme et une expérimentation, sans écouter les langages des recettes au guichet, si bruyants par les temps qui courent...
 

.... À l’encontre de 2003 où deux méga joueurs, Les Invasions barbares et La Grande Séduction, se tenaient au-devant du peloton, cette année plusieurs films avaient reçu en salle les faveurs du public, même si 2004 ne fut pas un millésime côté qualité. Les Jutra ont reflété cet éventail en distribuant, en dehors de ses largesses aux œuvres de Leclerc et Filiatrault (neuf statuettes à eux deux), des prix à droite et à gauche, un par ici, un par là....
 

.... Monica la mitraille (cinq nominations) et Dans une galaxie près de chez vous (six nominations) sont les perdants de la fête et repartaient les mains vides....
 

.... Si Camping sauvage de Sylvain Roy, Guy A. Lepage et André Ducharme récoltait le Billet d’or du long métrage le plus populaire, le Jutra du film qui s’est le plus illustré à l’étranger demeure pour une seconde année consécutive Les Invasions barbares de Denys Arcand en fin de course internationale....
 

.... L’année qui s’achève aura consolidé la part de marché des œuvres nationales à l’heure où, sur un autre front, les festivals de cinéma montréalais s’enlisent dans un embrouillamini pas croyable. Il ne peut y avoir le feu partout et en même temps. Ces 7èmes Jutra, à défaut de rouler sur une cuvée exceptionnelle, auront du moins su souligner le dynamisme de notre septième art et de ses artisans.



Source:
 




 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives Soirées de gala
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 23:30


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

Décembre 2004/Janvier 2005


Roy  Dupuis
Authentique



Par Stéphane Lépine 


 
2004/12 - Roy Dupuis / Authentique


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 


 
 
Source:
Article Magazine 24 Images - N° 120





 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Rencontres et entrevues Mémoires affectives
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 22:47


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


29 octobre - 16 décembre 2004


Mémoires  affectives

 

2004/10 - Mémoires affectives / Le Clap


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 




Source:
 
Article Magazine LE CLAP
 




 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 21:51


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/11 - Mémoires affectives / 23e Festival du Cinéma international en Abitibi-Témiscamingue
2004/11 - Mémoires affectives / 23e Festival du Cinéma international en Abitibi-Témiscamingue

Photos: http://festivalcinema.ca/index.asp?varLangue=FR&varPage=2004


 



1er novembre 2004 


Mémoires  affectives -  Une  belle  foule  pour  Francis  Leclerc




Francis Leclerc est de retour au Festival (23e Festival du Cinéma international en Abitibi-Témiscamingue) cette année avec son tout nouveau long métrage Mémoires affectives. En ce lundi après-midi, il présentait son film à de nombreux festivaliers.


«Mon dieu! La salle est pleine un lundi après-midi, s'est étonné le réalisateur. Vous ne travaillez pas? - On est en vacances», lui a répondu un spectateur. - Comme ça c'est vrai, vous prenez des vacances pendant le Festival», a dû admettre Francis Leclerc.


Le réalisateur était aussi accompagné sur la scène du Théâtre du Cuivre d'une belle délégation d'artisans de son œuvre: la comédienne Rosa Zacharie, les comédiens Guy Thauvette et Roy Dupuis, ainsi que la productrice Barbara Shier qui s'est dit très heureuse d'être au Festival.


«Même si le film est déjà en tournée, ça nous fait réellement plaisir d'être ici avec vous pour vous le présenter», a-t-elle confié d'entrée de jeu aux cinéphiles.
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 20:52


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/10 - Mémoires affectives - Le goût d’être bien chez soi
2004/10 - Mémoires affectives - Le goût d’être bien chez soi


23 octobre 2004

 

«Mémoires  affectives» - Le  goût  d'être  bien  chez  soi
 

Par Luc Perreault
                              



Un  «nous»  inclusif


Au moment de choisir l'interprète d'Alexandre, le choix de Roy Dupuis s'est vite imposé. Celui-ci avait l'âge du personnage; Leclerc par ailleurs s'ennuyait de l'interprète de Being at Home with Claude et de Cap Tourmente.


«Je cherchais un gars de 40 ans qui pouvait être autant cérébral qu'organique. Il y a quelque chose de très animal chez Roy. En même temps, il se passe quelque chose en haut du cou. Il ne joue jamais à être intéressant, à être plus fort que le film.»


Il le décrit comme un acteur généreux qui se livre complètement. C'est Dupuis qui a eu l'idée de faire bégayer Alexandre, une idée pas toujours facile d'application, étant donné qu'on tournait dans le désordre. Pendant deux jours, avant le tournage, le metteur en scène et son acteur ont lu le scénario ensemble, ce qui devait entraîner plusieurs changements. «Il me demandait tout le temps: "pourquoi ci, pourquoi ça?". J'ai pris l'acteur le plus questionneur de la planète.»
 

Aux yeux de Dupuis, présent lors de l'interview, son personnage se trouvait coupé d'une bonne partie de sa mémoire même avant l'accident. «Le film traite des relations père-fils, d'un homme qui se cherche, ce qui est le cas de beaucoup d'hommes d'aujourd'hui, mais aussi de la violence de certains hommes. C'est sûr, reconnaît l'acteur, que ce personnage est proche de moi. Il se situe entre l'enfant et l'adulte, bon vivant, proche de la nature, sportif.»
 

Parmi les autres personnages, il faut souligner la présence fort attachante d'une policière, Pauline. La performance de Rosa Zacharie rappelle celle de Frances McDormand dans Fargo des frères Coen, un rapprochement qui ne l'étonne guère puisqu'elle a joué dans une satire de ce film au théâtre, FrigoFargo, soit dit en passant, le dernier film ayant pour cadre l'hiver vu par Francis Leclerc. La présence de Rosa Zacharie, assure-t-il, n'est pas accidentelle. Fille d'un immigrant libanais, celle-ci a passé son enfance sur la Côte-Nord. Leclerc le pure laine tenait à faire une place dans son film à des néo-Québécois. «Dans ce film, ce sont des gens venus d'ailleurs, Rosa ou Maka Kotto, qui viennent en aide au pauvre Québécois.»
 

Il a aussi fait appel aux Premières Nations. Le monologue du chasseur dans le film est dit en innu, un clin d'oeil à notre héritage amérindien. Bien qu'il traite de ses racines, son «nous» est inclusif.


«Ce sont les racines, conclut-il, qui servent de lien entre Jeune fille à la fenêtre et Mémoires affectives. Ne croyez pas que ce dernier traite de politique ou incite à voter PQ. Il traite juste d'un Québec où l'on se sent chez soi. Cet été, j'ai tourné à Kamouraska. Je m'y sentais bien. Je suis bien partout au Québec où il y a le fleuve. À Montréal, les buildings le cachent. Beaucoup d'enfants ne le voient pas. J'ai un fils de presque 4 ans. Je ne manque jamais l'occasion de lui faire voir le fleuve. Ce goût d'être bien chez soi, j'ai dû l'hériter de mon père.»
 


Source:

 
 

 
 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 20:32


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/10 - Mémoires affectives / Sur les pistes du souvenir

 

23 octobre 2004 

Sur  les  pistes  du  souvenir
 

Par Odile Tremblay
 



Découverte  capitale
 

Mémoires affectives raconte l'histoire d'un homme (Roy Dupuis), longtemps déclaré cliniquement mort, qui émerge, amnésique, d'un long coma sans souvenirs de sa femme, de sa fille et de son passé. Des bribes de mémoire remontent peu à peu à la surface et il pénètre étrangement les souvenirs des autres, en courts circuits qui changent le cours de leur comportement.


La plongée de Francis Leclerc dans Mémoires affectives s'est faite dès l'étape de l'écriture. Avec Marcel Beaulieu, il a repris la piste du coma et des souvenirs, en choisissant un héros à mi-chemin de leurs âges respectifs. La quarantaine, un vétérinaire de campagne, avec en lui des relents d'homme des bois remontant d'une époque antérieure à sa propre vie: le personnage prenait vie avec bientôt les traits de Roy Dupuis.
 

Francis Leclerc n'a pas fait lire le scénario à un psychiatre. «Il y a eu des cas de transferts de mémoire, sous hypnose ou non, mais le film n'est pas basé sur un phénomène précis, explique le cinéaste. Le cinéma permet d'aller au delà de notre petite vie, alors on a utilisé l'idée du coma et des mémoires volées, pour y voir la métaphore de la quête de soi-même et des autres. Nous sommes face à un amnésique qui a perdu dix ans de sa vie et ne sait plus rien des rapports émotifs qu'il a connus. Mais ses proches aussi possèdent une mémoire sélective. Et ce ne sont pas toujours ceux qui disent vrai qui sont porteurs de vérité.»
 

Roy Dupuis est une vedette qui n'a pas à courir les rôles, mais il a attrapé celui-ci comme un cadeau. «J'aimais ce personnage en vase vide, qui se souvient de ses souvenirs mais capte également ceux des autres.» Vraisemblable, cette histoire? «Quelle importance? demande-t-il. C'est la quête du bonhomme qui me captive. J'ai aimé jouer quelqu'un qui va au bout de ce qu'il est, pour faire une découverte capitale en bout de ligne. Les spectateurs, en miroir, finissent par se demander en retour ce qu'ils connaissent d'eux-mêmes et ce qu'ils préfèrent ignorer.»
 

À ses yeux, le scénario appartient d'emblée au monde du cinéma et ne constitue pas un sous-produit d'une écriture littéraire. Jouer pour Hollywood, Roy Dupuis n'y tient plus. Il n'aime pas les valeurs mercantiles de Los Angeles. Son rêve ne rime pas avec paillettes, mais plutôt avec un voyage autour du monde en voilier avec sa blonde.
 

Rosa Zacharie, dans la peau d'une policière qui n'a pas connu le héros dans sa vie précédente mais le soutient et l'accepte tel qu'il est, dit avoir adoré cette aventure qui épouse le langage de l'esprit en sautant d'un flash à l'autre. Seule figure stable du film, fidèle, secourable, son personnage n'aura pas une aventure -- trop convenue -- avec l'amnésique. «Pauline, c'est un poteau, dit la comédienne. Le seul vrai témoin de cette histoire.»
 

Quatre ans après avoir conçu le scénario, avec un tournage en partie au parc des Grands Jardins, au nord de Baie-Saint-Paul, Mémoires affectives arrive en salle en réclamant une écoute attentive que sa finesse et sa complexité méritent.
 


Source:



 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 21:01



Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

21 octobre 2004
 

Mémoires  affectives  -  Passé  recomposé
 

Par Manon Dumais 

 
2004/10 - Mémoires affectives / Passé recomposé


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 





Source:
Article Journal VOIR
 




 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 18:42


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/10 - «Mémoires affectives» en trois visions

19 octobre 2004
 

«Mémoires  affectives»  en  trois  visions
 

Par Caroline St-Pierre




À l'occasion de la sortie du film Mémoires affectives, qui clôturera dimanche prochain le Festival du Nouveau Cinéma de Montréal avant de prendre l'affiche au cinéma Ex-Centris, Métro a rencontré les deux acteurs principaux, Roy Dupuis et Rosa Zacharie, ainsi que le réalisateur Francis Leclerc.
 

Dans Mémoires affectivesRoy Dupuis tient le rôle d'Alexandre, un homme dans la quarantaine qui, à la suite d'un accident l'ayant entraîné dans le coma, devient amnésique.
 

Métro: Pouvez-vous me parler un peu de votre personnage?
 

Roy Dupuis: Émotivement, c'est un bébé. Il a complètement oublié toute relation émotive. C'est encore un adulte au niveau technique: il sait c'est quoi une voiture, il sait comment ça marche une télé... mais tout ce qui est émotif a été évacué. Il l'a perdu dans son coma. C'est cette dualité-là qui était intéressante dans le personnage.
 

Métro: Croyez-vous qu'il est préférable d'oublier les souvenirs douloureux ou, au contraire, ce sont eux qui font ce que l'on est?
 

Roy Dupuis: Je pense que la nature nous a faits comme ça. C'est un système de protection spontané. C'est le cerveau reptilien qui prend le contrôle. Et le cerveau reptilien, il a une mémoire, mais il ne comprend pas les mots, donc tu ne peux pas l'exprimer. Mais je pense qu'à partir d'un certain point, on peut et on doit grandir de nos souffrances. Je pense qu'on ne peut faire autrement que de sortir grandi en acceptant la réalité, notre réalité. En affrontant qui on est.
 

Métro: Lorsqu'un film est fini de tourner et qu'il est sur le point de sortir, êtes-vous nerveux de voir l'accueil qu'il va recevoir ou vous en détachez-vous?
 

Roy Dupuis: Un peu des deux. Pour moi, c'est déjà un succès. Je suis déjà content d'avoir fait ce film-là. Je suis content du résultat et d'avoir rencontré les gens que j'ai rencontré, sur ce tournage-là. Je suis content d'un bout à l'autre. Mais aussi, à cause de ça, ça me tient plus à coeur. Donc oui, en même temps, tu veux que ça soit vu, que ça marche.
 

Rosa Zacharie se transforme en Pauline Maksoud pour les besoins du film Mémoires affectives. Son personnage est une policière qui se lie d'amitié avec un homme amnésique qu'elle aidera dans sa quête d'identité.
 

Métro: Qu'est-ce qui vous a attirée initialement dans le scénario?
 

Rosa Zacharie: D'abord, c'était le personnage. Je trouvais ça très intéressant de jouer un personnage qui va aider Alexandre à retrouver des traces de son passé. Je trouve qu'on voit souvent des rôles de femmes qui ne servent qu'à mettre un homme en appétit. Je trouvais ça intéressant parce qu'il n'était pas question d'amour dans ce film-là. C'est plus fraternel entre les deux, elle va l'aider parce qu'à ce moment, elle est émue par lui, elle le trouve vulnérable, perdu.
 

Métro: Je trouvais intéressant le fait qu'il n'y ait pas d'amour entre les deux personnages, parce que, justement, je m'attendais à ce qu'il y en ait...
 

Rosa Zacharie: Oui, mais il me semble qu'il ne pourrait pas tomber en amour comme ça. Parce que t'es trop défait quand t'es dans une situation comme celle-là. C'est quelqu'un qui se cherche.
 

Métro: Comment voyez-vous le personnage de Pauline?
 

Rosa Zacharie: C'est une personne plus terre à terre que moi. Elle est plus concentrée sur son travail et elle ne se laisse pas distraire comme moi je peux l'être. Je trouvais ça soulageant de devenir Pauline. Je trouve que c'est quelqu'un de généreux. Je ne voulais pas jouer la policière tough avec mon gun... J'avais envie de la rendre plus sensible, plus humaine. Et c'est sûr qu'en faisant une enquêteur, j'ai pensé un peu à Colombo.
 

Métro: Comment décririez-vous Francis Leclerc comme réalisateur?
 

Rosa Zacharie: Le premier mot qui me vient c'est facile. Il sait où il s'en va. Il voit les choses dans un ensemble et il aime travailler.
 

Avec Mémoires affectives, Francis Leclerc réalise son deuxième long métrage, après Une jeune fille à la fenêtre en 2001.......
 



Source:
Article Journal Métro (Montréal) - Arts et culture, p. 15
http://www.journalmetro.com/




 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 22:04


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

Septembre 2004
 

«Mémoires  affectives»  -  La  quête  d’un  passé  détourné
 

Par Stéphane Chartrand
 

 
Septembre 2004
 
«Mémoires  affectives»  -  La  quête  d’un  passé  détourné
 
Par Stéphane Chartrand
 
 
2004/09 - Mémoires affectives / La quête d’un passé détourné


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 




Source:
Article Magazine EN PRIMEUR

 



 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 21:47


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/01 - Mémoires affectives / Roy Dupuis a embarqué à fond

 

31 janvier 2004
 

Roy  Dupuis  a  embarqué  à  fond
 

Par Michel Therrien
 



Avant d'amorcer l'aventure commune de Mémoires affec­tives, Roy Dupuis et Francis Leclerc ne se connaissaient pas. Aujourd'hui, ils sont devenus de véritables complices dans un film en devenir. «Je voulais travailler avec quelqu'un qui a confiance en lui et qui a du talent.»
 

Après avoir fait la rencontre de Francis Leclerc et avoir vi­sionné avec intérêt son premier film, Une Jeune fille à la fenêtre, Roy Dupuis avoue qu'il venait de trouver un réalisateur avec lequel il avait le goût de faire un film. «Avec le recul, je peux vrai­ment dire que je suis privilégié d'avoir rencontré Francis parce que c'est un gars ouvert d'esprit.»
 

Premiers  pas
 

Si c'est le réalisateur qui a fait les premiers pas pour approcher Roy Dupuis, l'idée de lui offrir le premier rôle dans Mémoires affectives avait germé lors d'une dis­cussion avec son coscénariste Marcel Beaulieu. «Marcel le connaissait et, en travaillant le scénario, je me suis dit que Roy pourrait effectivement faire un bon Alexandre Tourneur
 

Vedettariat  secondaire
 

Faisant fi de l'impressionnant parcours cinématographique du comédien, Francis Leclerc est resté fidèle à lui-même lorsqu'est ve­nu le temps de présenter son pro­jet à Roy Dupuis. «Les stars, c'est la dernière affaire qui m'intéresse. Et ce n'est pas parce qu'il est une des plus importantes vedettes au Québec que j'ai appelé Roy. Je cherche d'abord des ac­teurs avec lesquels je veux tra­vailler.»
 

Dès leur premier rendez-vous, les deux hommes ont tout de suite senti le courant passer. «Je suis par­ti de chez Roy bien heureux et, à partir de ce moment-là, son image ne nous a plus jamais quittés pen­dant l'écriture du scénario.»
 

Participation  active
 

Depuis qu'il a accepté de s'intégrer à l'équipe de Mémoires affectives, Roy Dupuis n'a pas man­qué de s'engager personnelle­ment dans le film dont on a débuté le tournage le 22 janvier dernier. «Ça fait plus de deux ans qu'il est dans le processus de création et il nous a beaucoup ai­dés», reconnaît Francis Leclerc.
 

Avec humilité, Roy Dupuis avoue que, s'il aime participer aux idées et aux échanges, sa participation est demeurée d'un ordre qu'il préfère qualifier de mineur: «Quand j'accepte un rô­le, j'aime bien pouvoir prendre part au processus. Alors lorsque j'ai des idées, je les dis, même si c'est pas bon. Des fois dans le lot il y en a une bonne et elle demeu­re dans le film. Je prétends que c'est à ça que doit ressembler tout processus de création.»
 



Source:
Article LE JOURNAL DE QUÉBEC / WEEK-END

 


 
 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives