Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 21:01



Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

21 octobre 2004
 

Mémoires  affectives  -  Passé  recomposé
 

Par Manon Dumais 

 
2004/10 - Mémoires affectives / Passé recomposé


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 





Source:
Article Journal VOIR
 




 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 18:42


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/10 - «Mémoires affectives» en trois visions

19 octobre 2004
 

«Mémoires  affectives»  en  trois  visions
 

Par Caroline St-Pierre




À l'occasion de la sortie du film Mémoires affectives, qui clôturera dimanche prochain le Festival du Nouveau Cinéma de Montréal avant de prendre l'affiche au cinéma Ex-Centris, Métro a rencontré les deux acteurs principaux, Roy Dupuis et Rosa Zacharie, ainsi que le réalisateur Francis Leclerc.
 

Dans Mémoires affectivesRoy Dupuis tient le rôle d'Alexandre, un homme dans la quarantaine qui, à la suite d'un accident l'ayant entraîné dans le coma, devient amnésique.
 

Métro: Pouvez-vous me parler un peu de votre personnage?
 

Roy Dupuis: Émotivement, c'est un bébé. Il a complètement oublié toute relation émotive. C'est encore un adulte au niveau technique: il sait c'est quoi une voiture, il sait comment ça marche une télé... mais tout ce qui est émotif a été évacué. Il l'a perdu dans son coma. C'est cette dualité-là qui était intéressante dans le personnage.
 

Métro: Croyez-vous qu'il est préférable d'oublier les souvenirs douloureux ou, au contraire, ce sont eux qui font ce que l'on est?
 

Roy Dupuis: Je pense que la nature nous a faits comme ça. C'est un système de protection spontané. C'est le cerveau reptilien qui prend le contrôle. Et le cerveau reptilien, il a une mémoire, mais il ne comprend pas les mots, donc tu ne peux pas l'exprimer. Mais je pense qu'à partir d'un certain point, on peut et on doit grandir de nos souffrances. Je pense qu'on ne peut faire autrement que de sortir grandi en acceptant la réalité, notre réalité. En affrontant qui on est.
 

Métro: Lorsqu'un film est fini de tourner et qu'il est sur le point de sortir, êtes-vous nerveux de voir l'accueil qu'il va recevoir ou vous en détachez-vous?
 

Roy Dupuis: Un peu des deux. Pour moi, c'est déjà un succès. Je suis déjà content d'avoir fait ce film-là. Je suis content du résultat et d'avoir rencontré les gens que j'ai rencontré, sur ce tournage-là. Je suis content d'un bout à l'autre. Mais aussi, à cause de ça, ça me tient plus à coeur. Donc oui, en même temps, tu veux que ça soit vu, que ça marche.
 

Rosa Zacharie se transforme en Pauline Maksoud pour les besoins du film Mémoires affectives. Son personnage est une policière qui se lie d'amitié avec un homme amnésique qu'elle aidera dans sa quête d'identité.
 

Métro: Qu'est-ce qui vous a attirée initialement dans le scénario?
 

Rosa Zacharie: D'abord, c'était le personnage. Je trouvais ça très intéressant de jouer un personnage qui va aider Alexandre à retrouver des traces de son passé. Je trouve qu'on voit souvent des rôles de femmes qui ne servent qu'à mettre un homme en appétit. Je trouvais ça intéressant parce qu'il n'était pas question d'amour dans ce film-là. C'est plus fraternel entre les deux, elle va l'aider parce qu'à ce moment, elle est émue par lui, elle le trouve vulnérable, perdu.
 

Métro: Je trouvais intéressant le fait qu'il n'y ait pas d'amour entre les deux personnages, parce que, justement, je m'attendais à ce qu'il y en ait...
 

Rosa Zacharie: Oui, mais il me semble qu'il ne pourrait pas tomber en amour comme ça. Parce que t'es trop défait quand t'es dans une situation comme celle-là. C'est quelqu'un qui se cherche.
 

Métro: Comment voyez-vous le personnage de Pauline?
 

Rosa Zacharie: C'est une personne plus terre à terre que moi. Elle est plus concentrée sur son travail et elle ne se laisse pas distraire comme moi je peux l'être. Je trouvais ça soulageant de devenir Pauline. Je trouve que c'est quelqu'un de généreux. Je ne voulais pas jouer la policière tough avec mon gun... J'avais envie de la rendre plus sensible, plus humaine. Et c'est sûr qu'en faisant une enquêteur, j'ai pensé un peu à Colombo.
 

Métro: Comment décririez-vous Francis Leclerc comme réalisateur?
 

Rosa Zacharie: Le premier mot qui me vient c'est facile. Il sait où il s'en va. Il voit les choses dans un ensemble et il aime travailler.
 

Avec Mémoires affectives, Francis Leclerc réalise son deuxième long métrage, après Une jeune fille à la fenêtre en 2001.......
 



Source:
Article Journal Métro (Montréal) - Arts et culture, p. 15
http://www.journalmetro.com/




 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 22:04


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

Septembre 2004
 

«Mémoires  affectives»  -  La  quête  d’un  passé  détourné
 

Par Stéphane Chartrand
 

 
Septembre 2004
 
«Mémoires  affectives»  -  La  quête  d’un  passé  détourné
 
Par Stéphane Chartrand
 
 
2004/09 - Mémoires affectives / La quête d’un passé détourné


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 




Source:
Article Magazine EN PRIMEUR

 



 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 21:47


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/01 - Mémoires affectives / Roy Dupuis a embarqué à fond

 

31 janvier 2004
 

Roy  Dupuis  a  embarqué  à  fond
 

Par Michel Therrien
 



Avant d'amorcer l'aventure commune de Mémoires affec­tives, Roy Dupuis et Francis Leclerc ne se connaissaient pas. Aujourd'hui, ils sont devenus de véritables complices dans un film en devenir. «Je voulais travailler avec quelqu'un qui a confiance en lui et qui a du talent.»
 

Après avoir fait la rencontre de Francis Leclerc et avoir vi­sionné avec intérêt son premier film, Une Jeune fille à la fenêtre, Roy Dupuis avoue qu'il venait de trouver un réalisateur avec lequel il avait le goût de faire un film. «Avec le recul, je peux vrai­ment dire que je suis privilégié d'avoir rencontré Francis parce que c'est un gars ouvert d'esprit.»
 

Premiers  pas
 

Si c'est le réalisateur qui a fait les premiers pas pour approcher Roy Dupuis, l'idée de lui offrir le premier rôle dans Mémoires affectives avait germé lors d'une dis­cussion avec son coscénariste Marcel Beaulieu. «Marcel le connaissait et, en travaillant le scénario, je me suis dit que Roy pourrait effectivement faire un bon Alexandre Tourneur
 

Vedettariat  secondaire
 

Faisant fi de l'impressionnant parcours cinématographique du comédien, Francis Leclerc est resté fidèle à lui-même lorsqu'est ve­nu le temps de présenter son pro­jet à Roy Dupuis. «Les stars, c'est la dernière affaire qui m'intéresse. Et ce n'est pas parce qu'il est une des plus importantes vedettes au Québec que j'ai appelé Roy. Je cherche d'abord des ac­teurs avec lesquels je veux tra­vailler.»
 

Dès leur premier rendez-vous, les deux hommes ont tout de suite senti le courant passer. «Je suis par­ti de chez Roy bien heureux et, à partir de ce moment-là, son image ne nous a plus jamais quittés pen­dant l'écriture du scénario.»
 

Participation  active
 

Depuis qu'il a accepté de s'intégrer à l'équipe de Mémoires affectives, Roy Dupuis n'a pas man­qué de s'engager personnelle­ment dans le film dont on a débuté le tournage le 22 janvier dernier. «Ça fait plus de deux ans qu'il est dans le processus de création et il nous a beaucoup ai­dés», reconnaît Francis Leclerc.
 

Avec humilité, Roy Dupuis avoue que, s'il aime participer aux idées et aux échanges, sa participation est demeurée d'un ordre qu'il préfère qualifier de mineur: «Quand j'accepte un rô­le, j'aime bien pouvoir prendre part au processus. Alors lorsque j'ai des idées, je les dis, même si c'est pas bon. Des fois dans le lot il y en a une bonne et elle demeu­re dans le film. Je prétends que c'est à ça que doit ressembler tout processus de création.»
 



Source:
Article LE JOURNAL DE QUÉBEC / WEEK-END

 


 
 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 21:19


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/01 - Mémoires affectives / Francis Leclerc poursuit le tournage
2004/01 - Mémoires affectives / Francis Leclerc poursuit le tournage
2004/01 - Mémoires affectives / Francis Leclerc poursuit le tournage
2004/01 - Mémoires affectives / Francis Leclerc poursuit le tournage

 

7 janvier 2004


Francis  Leclerc  poursuit  le  tournage  de  son  deuxième  film

 
 
Le cinéaste québécois Francis Leclerc poursuit le tournage de son deuxième film intitulé Mémoires affectives, portant sur la quête des souvenirs.
 

Après Québec, où Leclerc a tourné jeudi et vendredi, on se retrouve depuis samedi dans le décor naturel de Charlevoix. En fin de semaine, toute l'équipe était réunie pour des séquences dans le parc des Grands Jardins. Puis l'équipe de production se déplacera dans la grande région de Montréal, jusqu'au 4 mars.


Le film met en vedette Roy Dupuis, Rosa Zacharie, Maka Kotto et Nathalie Coupal. Il raconte l'histoire d'Alexandre Tourneur, interprété par DupuisTourneur sort d'un long coma mais doit composer avec une grave perte de mémoire.
 


Source:
Presse Canadienne (PC) 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Mémoires affectives
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 19:21


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 

​26 août 2004



Un  livre  sur  Roy  Dupuis  lancé  par  une  admiratrice...  à   temps  plein


Par Agnès Gaudet

 
2004/08 - Un livre sur Roy Dupuis


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 




Source:
Article Le Journal de Montréal
 


____________________________________________________________________
 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
 
14 août 2006


Dans les peaux de Roy Dupuis



écrit par Danièle St-Denis

 


  Éditions internationales Alain Stanké, 2004, 288 pages



Il ne s’agit pas ici d’une biographie de l’acteur, qui aborde les rives de la quarantaine, mais plutôt d’une analyse des hommes qu’il a incarnés. «On découvre un acteur uniquement à travers ses personnages. Le reste, n’en déplaise à plusieurs, n’appartient qu’à lui.» (p. 11)


Chaque chapitre consacré à quatorze personnages débute par un extrait dit par celui-ci. L’auteure nous livre ensuite la mise en situation personnelle de ses rencontres avec les pièces, les téléséries, les films... avant de faire l’analyse du personnage proprement dit. C’est avec fougue et passion, et dans une belle écriture, qu'elle nous livre ses impressions et – surtout – ses émotions. D’ailleurs, le rappel de certaines pages est bien émouvant.
 

Adrien. Un oiseau vivant dans la gueule, pièce québécoise de Jeanne-Mance Delisle, 1990. C’est la première rencontre de l’auteure avec l’acteur, dont elle n’oubliera plus jamais le nom. Elle compare le théâtre et la scène à un grand navire, toutes voiles dehors (le rideau), se lançant à la conquête des océans...


Ovila. Les Filles de Caleb, télésérie québécoise réalisée par Jean Beaudin, d’après le roman d’Arlette Cousture, 1990. Elle résume ainsi l’incontestable talent de l’acteur: «Lorsque je le regarde, je ne le vois pas jouer mais vivre.» (p. 42)


Yves. Being at Home with Claude, film québécois réalisé par Jean Beaudin, 1992. Selon l’auteure, il s’agit du «plus grand et [du] plus beau rôle de sa vie jusqu’à présent.» (p. 54) Et je ne suis pas loin de la croire!


Michel. Scoop, télésérie québécoise réalisée par Georges Milkaha, Pierre Houle, Johanne Prégent et Alain Chartrand, 1992-1995. Comme je ne regarde presque jamais la télévision, j’ai bien apprécié le résumé de l’histoire, dont la fin semble révéler une constante: les «personnages interprétés par Roy: ils disparaissent tous en abandonnant derrière eux une femme qu’ils aiment mais avec laquelle ils sont incapables de vivre.» (p. 74)


Alex. Cap Tourmente, film québécois écrit et réalisé par Michel Langlois, 1993. «Comme bien des personnages interprétés par Roy, celui-ci allume le désir des autres.» (p. 93)


Pierre-Paul. C’était le 12 du 12 et Chili avait les blues, film québécois réalisé par Charles Binamé, 1994. Une rencontre qu’elle compare à celle du renard (Roy) et du Petit Prince (Chili): (...) «si l’essentiel est invisible pour les yeux, cet essentiel et toutes ses splendeurs passent parfois, sinon souvent, par les mots et l’inestimable don du temps que l’on consacre à l’autre et dont il [Roy Dupuis] nous fait, lui aussi, la faveur.» (p. 135)


Maurice. Maurice Richard, télésérie canadienne réalisée par Jean-Claude Lord et Pauline Payette, 1999. «Roy a rejoint Maurice dans l’essentiel, dans ce qui leur est commun à tous les deux: la satisfaction du devoir accompli, le contentement après la performance [d’acteur ou de joueur de hockey], le bien-être dans l’achevé et la victoire.» (p. 173)


Michael. La Femme Nikita, série canado-américaine, 1997-2001. Ici, l'auteure fait un intéressant parallèle entre le personnage de Michael et celui de Lancelot.


Ross. Le Dernier Chapitre, télésérie canadienne réalisée par Richard Roy, 2002-2003. L’auteure compare les gangs de motards criminalisés aux preux chevaliers du Moyen-Âge: «La quête est moins noble, mais […] la règle et le cérémonial sont les mêmes.» (p. 224)


Elle aborde également les personnages suivants: Ovila. Blanche, télésérie québécoise réalisée par Charles Binamé, 1993. Lee. True West, pièce de l’Américain Sam Shephard, 1994. Oliva. Million Dollars Babies, télésérie canadienne réalisée par Christian Duguay, 1994. Dominique. J’en suis!, film québécois de Claude Fournier. Alexis. Séraphin – Un Homme et son Péché, film québécois réalisé par Charles Binamé, 2002. Dix photos occupent les pages centrales.


C’est sur le fabuleux regard de Roy que l'auteure conclut — après l’avoir tant de fois décortiqué! Évidemment une inconditionnelle de l’acteur, elle nous livre de bien belles analyses des divers personnages qu’il a incarnés, dans une écriture du cœur, enthousiaste et spontanée, parfois même un brin naïve... On relève malheureusement, dans ce premier livre, plusieurs fautes d’accord de participe.



Source:
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Publications
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 13:11

Historique complet du film (Articles / Contenus officiels / Photos & Vidéos)



Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
Septembre 2003

Septembre 2003

 
 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 2001-2005
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 11:37


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/04 - MONICA LA MITRAILLE
2004/04 - MONICA LA MITRAILLE
2004/04 - MONICA LA MITRAILLE
2004/04 - MONICA LA MITRAILLE

 





 

 

 

Monica  la  Mitraille




Genres/Catégories: Fiction / Film de gangsters
 
Réalisation: Pierre Houle
 
Scénario: Luc Dionne / Sylvain Guy
 
Pays: Canada, Québec
 
Langue: français
 
Durée: 122 min
 
Autres titres: Machine Gun Molly
 
Source originale: Georges-Hébert Germain (D'après son roman SOUVENIRS DE MONICA)
 
Dates et lieux de tournage: 15 septembre/4 novembre 2003 - Montréal (Canada, Québec)
 
Première: 28/04/2004, Théâtre Maisoneuve, PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL (QUÉBEC)
 
Sortie en salle: 30 avril 2004
 
Assistant réalisation: Carole Dubuc / Sébastien Pelland
 
Musique: Michel Cusson
 
Photographe de plateau: Véro Boncompagni
 
Montage images: Gaétan Huot
 
Effets spéciaux: Louis Craig / Mario Rachiele
 
Maquillage: Christine Larocque / Cécile Rigault / Diane Simard / Giorgio Tucci (Prothésiste)
 
Producteur: Luc Martineau / Lorraine Richard
 
Société de distribution: ALLIANCE ATLANTIS VIVAFILM (QUÉBEC)
 
Société de production: CITÉ-AMÉRIQUE (QUÉBEC)
 
 






Résumé: Fille aînée d'une famille pauvre vivant dans le Red Light de Montréal, Monique Sparvieri parvient à s'extirper de la misère et de la prostitution lorsqu'elle épouse Michael Burns, un habile cambrioleur d'origine écossaise. Mais peu avant la naissance de leur deuxième enfant, Michael l'abandonne. Monique refait alors sa vie avec Gaston Lussier, un voleur de banques dont elle devient la complice, jusqu'au jour où il se retrouve en prison. La jeune femme poursuivra sa carrière criminelle aux côtés de Gérald Simard, son nouvel amant. Avec leur complice Bob, le couple cambriole plusieurs banques et devient ainsi activement recherché. Monique, désormais surnommée Monica-la-mitraille, est abattue par la police en 1967 à la suite du braquage d'une caisse populaire dans le nord de Montréal. (officecom.qc.ca)

 
 

Interprétation:
 
Alexis Belec  (Maréchal)

Émilie Bibeau  (Thérèse Vigor)
 
Céline Bonnier  (Monica Sparvieri)
 
2004-MLM-Celine
 

Anne Casabonne  (Paula Sparvieri) 

Isabelle Blais  (Sylvana Sparvieri)  (Les Invasions barbares, 2003) 

MLM-Isabelle Blais
 

Deano Clavet  (Scoop I, II, III, 1992-94 / Mesrine - L'Instinct de mort, 2008)
 
Rémy Girard  (Maurice Morissette) 

MLM-Capture-9

 

Hugolin Chevrette  (Mario Sparvieri)

Hugo Dubé  (L'enquêteur Allaire)  (Les Filles de Caleb, 1990 / Being at Home with Claude, 1992 / Blanche, 1993 / C'était le 12 du 12 et Chili avait les blues, 1994)

Roy Dupuis  (Gérald Simard) 
 
Patrick Huard  (Gaston Lussier)  (J'en suis!, 1997)
 
MLM-Huard
 

Marie-Josée Gauthier  (Marie-Ange)

David Gow  (Gordon)
 
Mario Jean  (Bob Simard) 

MLM-Capture-7
 
 
Sylvain Massé  (Larry)

Onil Melançon  (L'enquêteur Boisvert)

Marc Labrèche  (Théo Sparvieri) 

MLM-Capture-6
 

Julien Poulin  (L'enquêteur Loignon)  (Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer, 1989)

Frank Schorpion  (Michael Burns)  (Le Dernier Chapitre, 2002)
 
MLM-Capture-12
 

Source:
 

 
 

VOIR  TOUTES  LES  PHOTOS  DU  FILM

EN  DIAPORAMA  GRAND  FORMAT  SUR:

MLM-01
https://picasaweb.google.com/MONICALAMITRAILLE



Synopsis:



Montréal, 1967. Une jeune femme embrasse ses enfants avant de monter dans son véhicule. Elle enfile une perruque blonde, des verres fumés et elle roule en direction d’une banque. Monique Sparvieri se prépare à entrer dans la légende.


Criminelle, crient les uns. Héroïne, pensent les autres. Depuis des mois, les hold-up incroyablement audacieux de Monique Sparvieri, alias Monica la mitraille (Céline Bonnier), font la une des journaux. Même si les policiers resserrent inexorablement leur étau sur elle, Monique continue à voler beaucoup, passionnément, à la folie. Elle n’a peur de rien. Sauf de retourner dans l’enfer où elle est née.


27 ans plus tôt, Monique voit le jour dans le Red Light, un quartier rongé par la pauvreté et la criminalité. À l’est de ce territoire délimité par la Main, Morissette fait la loi. À l’ouest, les Anglais règnent. Pendant que les bulldozers démolissent les immeubles en ruines, faisant fuir leurs habitants comme des rats, les Sparvieri luttent pour survivre. Monique constate très jeune qu’elle a le choix entre la misère ou la prostitution. Idem pour sa cousine et meilleure amie Sylvana, avec qui elle rêve de jours meilleurs. Les nuages se dissipent momentanément lorsque Monique rencontre Michael, un cambrioleur avec qui elle vit un amour fou jusqu'à ce qu'il l’abandonne, alors qu’elle attend leur deuxième enfant. Désormais, seule la volonté de se sortir des «vidanges» anime Monique Sparvieri.



Malgré l’opposition de Gaston, qui l’a prise sous son aile, elle s’implique dans les vols de banque orchestrés par ce dernier jusqu’au jour où il est condamné à 10 ans de prison. Monique est déçue par les hommes de sa vie: son père qui lui refile le rôle de soutien de famille, Michael qui l’abandonne et Gaston avec sa malchance font qu’elle décide de mener ses affaires à sa manière. Désormais elle contrôle et organise les coups. Grisée par le danger, le succès et la rage, Monica la mitraille rencontre son dernier amant Gérald (Roy Dupuis), son alter ego. Ensemble ils choisissent l’impossible.
 


Source:

http://www.radio-canada.ca/television/notre_cinema/nos_films/synopsis.asp?film=29

 
 
 



 



 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 2001-2005
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 13:39


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/04 - Tapis rouge pour Monica-la-mitraille
2004/04 - Tapis rouge pour Monica-la-mitraille
En conférence de presse pour la sortie de Monica la Mitraille

En conférence de presse pour la sortie de Monica la Mitraille


29 avril 2004

 

Tapis  rouge  pour  le  Red  Light  de  Monica
 

Par Chantal Guy 


Une rafale de flashes attendait les vedettes de Monica la MitrailleCéline BonnierRoy DupuisFrank Schorpion et Patrick Huard, ainsi que le réalisateur Pierre Houle à la première du film à la Place des Arts hier (28/04).
 


 
On s'en doute, Monica la Mitraille, légende du monde interlope québécois des années 60, entrait toujours par la grande porte. Des bars ou des banques, certes, de gré ou de force, soit! Mais personne n'aurait pensé qu'un jour on lui déroulerait le tapis rouge à la Place des Arts...


Près de 40 ans après sa mort, c'est pourtant ce qui arrive à Monica Proietti, maintenant immortalisée sous les traits de Céline Bonnier au grand écran dans le film Monica la Mitraille de Pierre Houle, dont la première avait lieu hier au Théâtre Maisonneuve. On se demande ce qu'aurait pensé la vraie Monica de tout ce faste médiatique. C'est sa fille, Ginette, présente pour l'événement, qui répond à sa place: «Pensez-vous vraiment que tout ça se serait fait si elle vivait encore?»
 

Effectivement, c'est le destin tragique de cette mère atypique qui continue de fasciner. Cela ne surprend guère le chroniqueur judiciaire Claude Poirier, qui a bien connu la braqueuse de banques, dont il a appris la mort en direct: «C'est la seule femme criminelle de ma carrière et c'est la première qui a eu son procès dans la rue. Elle avait plus de cran que bien des hommes. Elle m'a déjà engueulé à propos d'un de mes articles sur ses vols!»
 

Mais hier, c'était plutôt le show-business qui faisait s'agglutiner les caméras. Pratiquement toute la distribution du film était là, et elle compte des noms parmi les plus en vue du milieu: Rémy GirardPatrick HuardFrank SchorpionIsabelle Blais...


2004-MLM-TRL'attention était plus particulièrement braquée sur le couple Céline Bonnier et Roy Dupuis, dont le look rock stars a fait tourner bien des têtes lors de son arrivée. On sait que Roy Dupuis est plus rompu à ce genre d'attention que sa compagne, et celle-ci s'accrochait gentiment à son ami Pierre Houle. «Tu ne m'abandonnes pas!» lui a-t-elle lancé en riant dans la cohue au foyer Maisonneuve.
 

«C'est sûr que les premières au Théâtre de Quat'sous sont un peu plus calmes, a souligné la comédienne. Mais j'ai du fun. Le buzz autour du film est bon». «On a hâte que le film soit en salle, afin de le sortir de notre tête pour le laisser aux gens», a poursuivi Pierre Houle.
 

2004-MLM08Après quelques séances d'autographes accordées à ses fans, Roy Dupuis, qui interprète le dernier amant de Monica, a commenté ce qui arrivait à Céline, dont tout le monde loue la performance dans le film. «Ça fait longtemps que je connais Céline et son travail, que j'ai toujours énormément respecté. Ça ne change rien pour moi! Il y a un côté positif à être connu, mais il n'y a pas que du positif...»
 

Probablement. En tout cas, Pierre Houle en a connu les effets, puisqu'il a raconté cette anecdote avant la projection de son film: «D'habitude, je fais des séries télé que je regarde dans le salon avec mes fils. Maintenant, mon garagiste me parle de cinéma. Il m'a souhaité bonne chance pour ce soir et m'a demandé si j'avais vu le film!»
 

Patrick Huard, qui incarne le deuxième chum de Monica, n'était pas encore en mesure d'offrir son verdict sur Monica la Mitraille. «Je dois visionner plusieurs fois un film pour savoir ce que je ressens», a-t-il confié, tout en laissant transparaître qu'il avait aimé Monica la Mitraille bien plus que ce qu'il en disait. «Ça va au-delà de ça!» Ce qui est certain, c'est qu'il a adoré son expérience avec l'équipe. «Même si je me levais à 4 h, ce n'était pas un fardeau. Et puis, travailler avec Céline Bonnier, c'est un plus!»
 

Guy A. Lepage était des nombreuses personnalités présentes hier soir. Il n'était pas tant curieux de la vie de Monica que du travail de Pierre Houle et du scénariste Luc Dionne, dont il n'a rien raté depuis leurs débuts avec Omertà. «C'est un film de Houle et Dionne. Peu importe le sujet, je serais venu!»
 

Enfin, un certain parfum de la Main flottait sur la soirée, puisque Claude Blanchard avait été engagé pour présenter Monica la Mitraille aux invités qui ont fait salle comble au Théâtre Maisonneuve. «Chaque fois qu'on fait un film sur la mafia, on me téléphone, a cabotiné l'ancien habitué du Red Light. Pourtant, je n'ai pas connu Monica-la-mitraille. Mais j'ai rencontré plusieurs Monica dans ma vie!»
 

Juste avant sa présentation, plein de gentillesse, Claude Blanchard racontait à Ginette le monde de sa mère, qui a fait entrer sa fille, pour un soir, dans le grand monde des stars.
 
 

Source:
La Presse 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 2001-2005
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 13:04


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/04 - Monica-la-Mitraille à l’attaque des cinémas


5 avril 2004

 
Monica  la  Mitraille  à  l’attaque  des  cinémas  le  30  avril
 


Après avoir fait vibrer le Québec dans les années ‘60, l’histoire de la légendaire Monica-la-Mitraille sera de retour dans le paysage québécois le 30 avril prochain avec le premier long-métrage de Pierre Houle. 
 

Tiré du roman de Georges-Hébert Germain qu’ont adapté les scénaristes Luc Dionne et Sylvain Guy, Monica la Mitraille met notamment en vedette Céline BonnierRoy DupuisPatrick Huard, Frank Schorpion, Marc Labrèche, Rémy Girard, Isabelle Blais et Mario Jean.


La musique du film, signée Michel Cusson, ainsi que la chanson-thème interprétée par Nanette Workman, transporteront les cinéphiles de tout le Québec dans l’univers de la célèbre braqueuse de banques.
 

Monica la Mitraille est produit par Lorraine Richard et Luc Martineau de Cité-Amérique et distribué par Vivafilm, la même équipe ayant présenté Séraphin - Un Homme et son Péché au grand écran en 2002. Le film prendra l’affiche partout au Québec le 30 avril dans près d’une centaine de salles, dont une version avec sous-titres anglais au Forum AMC.
 

Fille aînée d’une famille démunie du Centre-Sud de Montréal, Monique Sparvieri jure de trouver le moyen de sortir de la misère. Abandonnée par l’amour de sa vie, Monique se retrouve à nouveau seule lorsque son second conjoint est condamné à dix ans de prison. Alors que la plupart des femmes de son époque rêvent encore au prince charmant, Monique prend son propre destin en main. C’est ainsi qu’elle passera à l’histoire avec une série de hold-ups audacieux qu’elle orchestre avec son dernier amant, son âme sœur. Grisée par la passion et le succès, Monique Sparvieri n’a peur de rien. Elle est prête à tout pour s’assurer que ses enfants ne se retrouvent jamais dans le milieu sordide de la Main.
 

La production de ce long-métrage a été rendue possible grâce à la participation financière de Téléfilm Canada, la Sodec, le Programme de crédit d’impôt du Québec, la Société Radio-Canada, Astral Média, le Programme de crédit d’impôt fédéral et le Fonds Harold Greenberg.


Produit par Cité-Amérique, une compagnie FRV Media, Monica la Mitraille est distribué par Vivafilm au Québec.

 
 

Source:
 

 
2004/04 - Monica-la-Mitraille à l’attaque des cinémas


18 avril 2004

 
MONICA  LA  MITRAILLE
 
(Traduction française de l'article paru dans «The Gazette of Montreal»)



Les réalisateurs du film ont décidé de raconter l'histoire de Monica au travers des trois hommes-clé de sa vie, son mari, Michael Burns (Frank Schorpion), et ses deux derniers petits amis, Gaston (Patrick Huard) et Gérald (Roy Dupuis).


Burns fut l'homme qui aida Monica à se sortir de sa misérable existence des taudis des bas-quartiers du Boulevard St-Laurent, et ses deux autres amoureux lui firent découvrir les montées d'adrénaline des braquages de banque, à une époque où Montréal en était indiscutablement la capitale en Amérique du Nord.


Dupuis dit qu'il n'a pas eu à fournir beaucoup d'efforts pour aller rechercher les détails de la vraie vie de Gérald, qui était le conjoint et le complice de Monica Proietti au cours des derniers mois de sa vie. C'est avec Gérald qu'elle commença à prendre une part beaucoup plus active dans «le métier».


«Gérald n'est pas un personnage célèbre», nous dit Dupuis«Personne ne le connaît. Et je vais de pair avec le scénario. Je savais pertinemment bien ce qui était intéressant en lui, d'où il venait et comment il a fini. Mais c'est toujours un film. Ce n'est pas la vraie vie. Dans l'histoire, il est le type avec qui elle a le plus de complicité. Ils nourrissent tous deux la même passion (celle de braquer des banques). C'est avec lui qu'elle a pris sa vie en main».


Dupuis précise aussi qu'il n'a jamais pensé un seul instant que le public puisse s'identifier à de violents bandits tels que Monica Proietti et toute sa gang d'amants/criminels. «Ça ne m'inquiète pas du tout que les gens sympathisent avec eux», dit-il. «Tout ce qu'elle veut, c'est devenir quelqu'un. C'est sortir de ce quartier nommé Red Light. Ils ne sont pas de mauvaises gens. Ils sont juste des «baisés» (par la vie). Et ils avaient la vie dure.»


Source:
 




 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 2001-2005

Présentation

  • : ROY DUPUIS EUROPE
  • ROY DUPUIS EUROPE
  • : ROY DUPUIS, exclusivement vôtre. Pour vraiment tout savoir sur cet extraordinaire acteur et comédien québécois.
  • Contact

Recherche