Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 18:26


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 




 
 


Les  Invasions  barbares

 

Réalisation/Scénario: Denys Arcand
 
Pays: Canada, Québec / France
 
Langue: V.O. français
 
Production: Denise Robert / Daniel Louis / Fabienne Vonier (coproduction)
 
Durée: 112 min
 
Autres titresThe Barbarian Invasions / Le Invasioni barbariche / Las Invasiones bárbaras / Die Invasion der Barbaren
 
Premières: 5 mai 2003 (Théâtre Maisonneuve, Montréal - Québec) / 21 mai 2003 (Festival de Cannes, France) / 4 septembre 2003 (Toronto International Film Festival, Canada) / 29 octobre 2003 (London Film Festival, UK)

 
2003/05 - LES INVASIONS BARBARES
2003/05 - LES INVASIONS BARBARES
Montréal, 5 mai 2003 - Première des Invasions barbares / Photos http://agencequebecpresse.photoshelter.com/

Montréal, 5 mai 2003 - Première des Invasions barbares / Photos http://agencequebecpresse.photoshelter.com/

 

Sorties en salles: 9 mai 2003 (Québec) / 24 septembre 2003 (France) / 1er octobre 2003 (Belgique)
- Liste complète disponible sur http://www.imdb.com/title/tt0338135/releaseinfo
 
Direction artistique: François Séguin 
 
Directeur de la photographie: Guy Dufaux
 
Photographe de plateau: Attila Dory
 
Montage: Isabelle Dedieu
 
Costumes: Denis Sperdouklis
 
Musique: Pierre Aviat
 
Son: Patrick Rousseau / Marie-Claude Gagné / Michel Descombes / Gavin Fernandes
 
Sociétés de production: Cinémaginaire International (QUÉBEC) / Pyramide Productions (FRANCE)
 
 


Résumé: Rémy, divorcé, la cinquantaine, est à l'hôpital. Son ex-femme Louise rappelle d'urgence leur fils Sébastien, installé à Londres. Sébastien hésite: son père et lui n'ont plus rien à se dire depuis longtemps. Finalement, il accepte de revenir à Montréal pour aider sa mère et soutenir son père. Dès son arrivée, Sébastien remue ciel et terre, joue de ses relations, bouscule le système de toutes les manières possibles pour adoucir les épreuves qui attendent Rémy. Il ramène aussi à son chevet la joyeuse bande qui a marqué son passé: parents, amis et anciennes maîtresses. Que sont-ils devenus à l'heure des «invasions barbares»? L'irrévérence, l'amitié et la truculence sont-elles toujours au rendez-vous? L'humour, l'épicurisme, le désir peuplent-ils toujours leurs rêves? À l'heure des Invasions barbares, le Déclin de l'Empire américain continue...
 

«Rémy, c'est quelqu'un qui a aimé la vie, qui l'aime encore, qui flirte avec les infirmières. Jusqu'à la fin, jusqu'au dernier moment, c'est un pécheur impénitent. Je me retrouvais avec un scénario qui était autant un hommage à la vie qu'un film sur la mort et ça me satisfaisait.» (Denys Arcand)

 
 


Interprétation:
 
Stéphane Rousseau  (Sébastien)

Marie-Josée Croze  (Nathalie)

Rémy Girard  (Rémy)  (Dans le Ventre du Dragon, 1989 / Jésus de Montréal, 1989 / Scoop, 1992-95 / Million Dollar Babies, 1994 / L'Homme idéal, 1996 / Free Money, 1998 / Séraphin - Un Homme et son Péché, 2002 / Monica la mitraille, 2004 / Maurice Richard, 2005 / Je me souviens, 2009)

Marina Hands  (Gaëlle)

Dorothée Berryman  (Louise)  (Jack Paradise, 2004)

Johanne Marie Tremblay  (Sœur Constance) (Les Filles de Caleb, 1990)

Pierre Curzi  (Pierre)  (Dans le Ventre du Dragon, 1989 / Les Filles de Caleb, 1990 / C'était le 12 du 12 et Chili avait les blues / Million Dollar Babies, 1994)

Yves Jacques  (Claude)

Louise Portal  (Diane)

Dominique Michel  (Dominique)

Sophie Lorain  (1ère ex-maîtresse)

Roy Dupuis  (Inspecteur Gilles Levac)

Toni Cecchinato  (Alessandro)

Mitsou Gélinas  (Ghislaine)

Isabelle Blais  (Émilie)   (Monica la Mitraille, 2004)

Markita Boies  (Suzanne)

Micheline Lanctôt  (Carole)

Denis Bouchard  (Duhamel)

Sylvie Drapeau  (2ème ex-maîtresse)

Jean-Marc Parent  (Délégué syndical)

Dominic Darceuil  (Maxime)

Yves Desgagnés  (Oleg)

Gilles Pelletier  (Leclerc)  (Jésus de Montréal, 1989)

Jean-René Ouellet  (Médecin)

Lise Roy  (Mme Pelletier)

Macha Grenon  (Estelle)  (Scoop, 1992-95 / L'Homme idéal, 1996 / Maurice Richard - Histoire d'un Canadien, 1999)

Gaston Lepage  (Gardien)   (Gaspard et fils, 1988 / Being at home with Claude, 1992 / Je me souviens, 2009 / Coteau Rouge, 2011)

Daniel Brière  (Alain)

Sébastien Huberdeau  (Vincent)

Rose-Maïté Erkoreka  (Gabrielle)
 
 


Récompenses:

Liste complète disponible sur http://www.imdb.com/title/tt0338135/awards



 

2003-Inv-barbares

 

Synopsis:

 

Montréal 2002. Début cinquantaine et divorcé, Rémy (Rémy Girard) est à l’hôpital. Son ex-femme Louise (Dorothée Berryman) rappelle d’urgence leur fils Sébastien (Stéphane Rousseau), qui fait une brillante carrière à Londres. Sébastien hésite - son père et lui n’ont plus rien à se dire depuis longtemps - puis finit par accepter de venir avec sa fiancée française donner un coup de main à sa mère.
 

 

Dès son arrivée, Sébastien remue ciel et terre pour obtenir un diagnostic clair sur l’état de santé de son père et pour adoucir les épreuves qui attendent Rémy. Il usera de son imagination, jouera de ses relations, bousculera le système de toutes les manières possibles et aura recours aux pots-de-vin, entre autres tactiques illégales, pour procurer à son père de meilleures conditions… et un peu de bonheur.


Entre temps, parents, amis et amantes affluent au chevet de Rémy pour lui offrir leur soutien ou régler leurs comptes… et réfléchir à leur propre existence. Au nombre des visiteurs, on retrouve plusieurs membres de la joyeuse bande qui a marqué le passé de Rémy. Que sont-ils devenus? Divorcée de Rémy depuis une quinzaine d’années, Louise est-elle parvenue à l’oublier et à refaire sa vie? Pierre, dont le peu d’amour-propre lui interdisait de se reproduire, s’est-il enfin rangé? Jusqu’où les pulsions charnelles de Diane l’ont-elle menée? Contre qui se love désormais Dominique, qui n’avait aucun scrupule à réchauffer son lit avec les maris de ses amies? Et Claude, l’homosexuel, est-il toujours soumis à son irrépressible instinct de chasseur?


Quel que soit le chemin qu’ils ont suivi, ces intellectuels n’ont pas perdu leur goût pour la conversation habile et délicieusement irrévérencieuse.


Quant à Rémy, l’heure du bilan a sonné. Au cours de scènes touchantes et de dialogues vifs et pénétrants - notamment avec sa nouvelle amie droguée avec qui il entretient une relation de symbiose (Marie-Josée Croze) et avec une religieuse attachante et pleine d’esprit - Rémy porte un regard candide sur ses excès et ses lacunes. Mais cette introspection sera-t-elle suffisante pour provoquer la réconciliation de Rémy avec son fils, qui représente tout ce qu’il méprisait chez son propre père?

 


Source: 

http://www.radio-canada.ca/television/notre_cinema/nos_films/synopsis.asp?film=43

 


 




 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 2001-2005
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 17:39


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2003/04 - «Les Invasions barbares», la mort rêvée


«Rémy Girard tient ici son plus grand rôle, tour à tour roublard, lucide, sentimental, tendre, fanfaron, fantastique, vraiment. Stéphane Rousseau se révèle très juste en fils pragmatique. Louise Portal et Dominique Michel, les anciennes maîtresses, sont criantes de vie et de générosité. Dorothée Berryman demeure bien soudée à son rôle d'épouse, désormais divorcée mais toujours attachée au roi des coureurs. Le couple Mitsou-Pierre Curzi se défend à merveille. Marie-Josée Croze en jeune droguée est fort émouvante, et Isabelle Blais en fille des mers apporte un moment de vraie transe sentimentale au dénouement. Lumineuse aussi la présence de Johanne Marie Tremblay en soeur charité et celle de Gilles Pelletier qui brade les biens du culte.»


(Odile Tremblay - Archives Le Devoir)

2003/04 - «Les Invasions barbares», la mort rêvée


«Les  Invasions  barbares»  -  La  mort  rêvée


Par Jocelyne Depatie 
 


Denys Arcand a réussi l'impossible: nous faire passer du rire aux larmes en nous racontant l'histoire d'une mort annoncée. À voir absolument: Les Invasions barbares.
 
 
Défier la mort
 

Le cinéaste s'est demandé pendant 25 ans comment faire un film sur la mort qui soit à la fois grave et rempli d'humour. Après l'écriture de quatre ou cinq scénarios, jugés trop déprimants à son goût, Arcand a eu l'idée de faire revivre la joyeuse bande du Déclin de l'Empire américain. Dix-sept ans plus tard, il allait faire mourir Rémy, «ce jouisseur impénitent, celui qui avait le plus grand appétit de vivre», et réunir à son chevet ses vieux amis. Avec ces personnages, des intellectuels capables de défier la mort en continuant de fêter, de boire et de fumer, Arcand était certain que l'humour parviendrait à éclipser le désespoir.
 
 
Les retrouvailles du père et du fils
 

Rémy (Rémy Girard), divorcé, début de la cinquantaine, est cloué sur un lit d'hôpital, se mourant d'un cancer en phase terminale. Son ex-femme, Louise (Dorothée Berryman), rappelle d'urgence son fils Sébastien (Stéphane Rousseau), qui mène une brillante carrière de courtier à Londres. Même s'il s'est éloigné de son père depuis des années, il accepte de venir à Montréal avec sa fiancée.
 
 
Le pouvoir de l'argent
 

Sébastien, qui roule sur l'or, ne reculera devant rien pour adoucir les derniers jours de Rémy. Il lui fera aménager une chambre luxueuse à l'hôpital, le conduira aux États-Unis pour passer des examens, réunira ses amis Claude (Yves Jacques)Diane (Louise Portal)Dominique (Dominique Michel) et Pierre (Pierre Curzi), organisera un séjour à la campagne, ira jusqu'à trouver de l'héroïne pour calmer ses douleurs.
 
 
La mort idéale
 

Denys Arcand, qui a tourné plusieurs scènes dans un hôpital désaffecté, brosse un portrait plutôt négatif du système de santé. «J'ai toujours été habité par la peur des hôpitaux, dira-t-il, sans doute parce que j'y ai accompagné mon grand-père, mon père et ma mère, tous morts du cancer.» Aussi a-t-il voulu que son film soit réaliste, même s'il contient une grande part de fantaisie. Il ne s'en cache pas, avec ces Invasions barbares, c'est sa propre mort qu'il a voulu décrire, la mort idéale, celle à laquelle il rêve.

 
 
Source:
 


 
2003/04 - «Les Invasions barbares», la mort rêvée


«Dans "Les Invasions barbares", Denys Arcand fait à nouveau preuve de l’esprit et du cynisme qui sont sa marque de commerce, tant à travers le regard sans complaisance que posent ses personnages sur leur propre vie que par le tableau implacable qu’il brosse de certaines de nos institutions: les systèmes de santé, d’éducation et de justice, les syndicats, l’Église.

Malgré l’humour et la satire qui s’en dégagent, le film Les Invasions barbares aborde avec délicatesse et sensibilité des sujets comme la mort, l’amour, l’amitié, et la complexité des liens qui unissent les êtres humains».

2003/04 - «Les Invasions barbares», la mort rêvée


16 avril 2003



Denys  Arcand  au  pays  des  barbares



Par Odile Tremblay




Irritant exercice que celui d'atterrir à Ex-Centris au milieu de la faune médiatique docile devant une conférence de presse de Denys Arcand. Il accompagne son dernier film, Les Invasions barbares, lequel apporte une suite, comme chacun l'a compris, au désormais classique Déclin de l'Empire américain. Pressenti pour atterrir en compétition officielle au prochain Festival de Cannes, Les Invasions barbares prendra d'abord l'affiche chez nous le 9 mai sur 120 écrans....



.... Dans ce film, les générations s'affrontent, les baby-boomers y vieillissent, Rémy (le tombeur de ces dames) agonise sur un lit d'hôpital, la religion est de la cérémonie des adieux. Aussi au menu: l'amour, la famille, l'argent, les idéaux de gauche, la culture et la non-culture, la drogue, l'euthanasie....


.... En cours de tournage, Denys Arcand avoue avoir versé des larmes. Ému par son propre texte, par l'interprétation des comédiens? Ému, en tout cas. «Dans les films, il faut un peu rêver, et j'ai voulu écrire ma mort rêvée»...



.... Denys Arcand avait envie depuis 20 ou 25 ans de faire un film qui aborderait la maladie et la mort, mais il trouvait déprimants les divers scénarios qu'il pondait sur la question. «Puis, un jour, par une grâce du ciel, je me suis demandé: "Et si ça arrivait au personnage de Rémy Girard dans Le Déclin?"»....



C'est Stéphane Rousseau qui incarne le fils de Rémy, riche et inculte, si différent de papa. En plus d'avoir épaté le cinéaste en audition, l'humoriste, aux yeux d'Arcand, possédait l'aisance issue du succès et de l'argent dont le personnage se nourrit....



.... Mais qu'est-ce qu'un barbare? Le fils inculte, mais encore? «Ceux qui appartiennent à une autre civilisation: les Irakiens, les immigrants, ceux qui ont attaqué le World Trade Center», répond Arcand. L'autre, en quelque sorte.



Le cinéaste révélait hier à quel point les idéologies ont été importantes pour les intellectuels de sa génération, non seulement dans un Québec qui émergeait de sa noirceur mais pour tous les Occidentaux des années 60. Dans son film, si les idéaux se sont avérés des écrans de fumée, les personnages, au moins, le reconnaissent. Arcand voulait leur opposer la génération d'en dessous, plus straight que ses aînés. «Ils veulent se marier, faire de l'argent. Le contraire de nous.»



Marie-Josée Croze incarne la fille (droguée) du personnage joué par Louise Portal. Aux yeux du cinéaste, elle est aussi une sorte de légataire, créature symbolique appelée à garder l'appartement rempli de livres du défunt, comme les moines conservaient jadis les manuscrits, sans les lire, pour la suite du monde.



Et si ce film qui invite à une mort paisible et entourée allait changer la perception d'Arcand face à la mort? Il est trop tôt pour le dire, répond le cinéaste. Sans doute, mais il faudra décanter.



Allez savoir...



Source:
Archives Le Devoir - www.ledevoir.com




 

Repost 0
Published by Michèle - dans Films 2001-2005
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 16:00


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2004/05 - «Les Invasions barbares» / Prix Génie à Toronto



«Les  Invasions  barbares»  remporte  l'Oscar  du  meilleur  film  en  langue  étrangère!
 


1er mars 2004

Vivafilm rafle un total de 15 statuettes dont celle du meilleur film!

Après une présence record du Québec aux Academy Awards cette année, Vivafilm félicite Denys Arcand, Denise Robert et Daniel Louis d'avoir remporté l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. Les Invasions barbares devient le premier film canadien à gagner une statuette dans cette prestigieuse catégorie, la plus haute distinction internationale dans le domaine du cinéma. Cette grande victoire s'ajoute donc aux nombreuses reconnaissances que Denys Arcand a reçues depuis la sortie en salles des Invasions barbares.




1er mai 2004



PRIX  GÉNIE  À  TORONTO  -  Soirée  faste  pour  le  cinéma  québécois
 
Presse Canadienne 
Toronto



Le film Les Invasions barbares et le cinéma québécois ont connu la consécration à la soirée des Prix Génie, récompensant les films canadiens, à Toronto.
 

Les Invasions barbares de Denys Arcand a décroché 6 prix, soit Meilleur film, Meilleur scénario, Meilleur réalisateur, Meilleure interprétation masculine dans un premier rôle à Rémy Girard, Meilleur rôle de soutien masculin à Stéphane Rousseau, et Meilleure actrice de soutien à Marie-Josée Croze, qui avait déjà obtenu un prix d'interprétation dans la même catégorie l'an dernier au Festival de Cannes.


À la remise du prix du Meilleur film, Denys Arcand et sa productrice Denise Robert ont été longuement ovationnés par l'assistance. «Il y a exactement un an que nous parcourons le monde avec le film, on ne se lasse pas de recevoir des prix, mais c'est une façon formidable de conclure ce grand tour», a déclaré Mme Robert.
 

Denys Arcand en est à son troisième Génie pour Meilleur réalisateur. Il avait décroché le prix du Meilleur réalisateur pour Le Déclin de l'Empire américain - qui avait pour suite Les Invasions barbares - ainsi que pour Jésus de Montréal. «Ce n'est qu'une question d'opportunisme, il suffit de ne pas compétitionner la même année qu'Atom (Egoyan, un autre grand réalisateur canadien)», a lancé avec ironie M. Arcand en recevant son prix.
 

À l'attribution du prix du Meilleur scénario, il avait affirmé: «nous avons un sérieux problème à la maison avec la tablette de notre cheminée, qu'il faut renforcer, nous nous en occupons en ce moment.»
 

Le meilleur acteur canadien 2004, Rémy Girard, pour sa prestation émouvante dans Les Invasions, a tenu à rendre hommage à son réalisateur par une capsule enregistrée, puisqu'il était retenu à Montréal pour un engagement au théâtre.
 



Source:
 




 

1er mars 2004
 

«Les  Invasions  barbares»  remporte  l'Oscar  du  meilleur  film  en  langue  étrangère!
 
Vivafilm  rafle  un  total  de  15  statuettes  dont  celle  du  meilleur  film!
 


Après une présence record du Québec aux Academy Awards cette année, Vivafilm félicite Denys Arcand, Denise Robert et Daniel Louis d'avoir remporté l'Oscar du meilleur film en langue étrangèreLes Invasions barbares devient le premier film canadien à gagner une statuette dans cette prestigieuse catégorie, la plus haute distinction internationale dans le domaine du cinéma. Cette grande victoire s'ajoute donc aux nombreuses reconnaissances que Denys Arcand a reçues depuis la sortie en salles des Invasions barbares…….
 
……. «Denys Arcand et toute l'équipe des Invasions barbares ont permis au cinéma québécois de faire le tour du globe, et un Oscar vient une fois de plus démontrer le talent de ce cinéaste de renommée internationale», soulignent Guy Gagnon et Patrick Roy de Vivafilm.
 
«Nous tenions à assister à la cérémonie et vivre avec Denys, Denise et Daniel ce moment historique dans notre cinématographie, un exploit qui ne peut qu'enrichir la reconnaissance internationale que Les Invasions barbares ont pu apporter au cinéma québécois. De toute l'équipe de Vivafilm, merci et félicitations pour cette belle aventure!», précisent-ils.
 

Source:
Alliance Atlantis Vivafilm
 


2003-IB-affiche-03

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 2001-2005
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 13:38


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

30 novembre 2002
 

À  la  recherche  de  l'équilibre
«Je  veux  fonder  une  famille»  -  Roy  Dupuis
 

Par MICHEL BEAUDIN 

 
2002/11 - Roy Dupuis: «Je  veux  fonder  une  famille»


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 


 
 
Source:
Article Magazine 7 Jours




 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Rencontres et entrevues
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 12:02


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

29 novembre 2002
 

RENCONTRE  AVEC  L’ÉQUIPE  DE  «SÉRAPHIN»
(Pierre  Lebeau)  et...  Roy  Dupuis
 

Par Anne Corriveau 
 
 


2002-Roy

 


…..… Sur ces paroles de Pierre Lebeau, je me dirige vers la conclusion de mon devoir professionnel. Consciencieuse, mon mandat ne serait pas complet sans une rencontre avec Alexis Labranche.


Où est-il? Dans cette suite magnifique qui me fait face. Bon! Il s'agit de frapper, puis d'entrer. Simple non! Ouais! Mais, c'est tout de même la chambre de Roy Dupuis!
 

Un coup d'oeil rapide à la chambre, au lit, au bain thérapeutique pour finalement remarquer l'acteur debout, bien droit, portant le béret qui raffine son look. Un regard, une poignée de mains et c'est parti. Je laisse tomber ma timidité face à ce beau Brunel et je pose enfin, ma première question.
 

Sans doute à cause des rumeurs, des ragots, j'ai envie de vous demander s'il est plus facile de travailler avec vous à l'aube de la quarantaine qu'au début de votre carrière?
«C'est intéressant ça. (petit sourire en coin). Euh! Je ne sais pas, il faudrait le demander aux gens qui ont travaillé avec moi. J'ai peut-être l'impression que oui. C'est sûr, j'ai eu une période un peu volage, mais je n'ai pas fait trop de gaffes, même dans cette période-là. À l'École nationale, tu apprends la rigueur du métier, l'importance de chaque maillon de la chaîne, l'importance du travail d'équipe, donc du respect de l'autre.»
 

J'ai lu, quand on vous a présenté le rôle d'Alexis, que vous n'étiez pas convaincu de revenir sur une histoire passée?
«En fait, j'ai juste eu un léger doute. Je ne connaissais pas cette histoire-là, j'avais un vague souvenir. Mais, en lisant le scénario, j'ai trouvé que l'histoire avait beaucoup plus de profondeur et qu'elle était beaucoup plus tragique que la série télévisée.»
 

À part Nikita, on vous offre encore des rôles d'hommes romantiques irrésistibles. Est-ce que vous êtes un peu rébarbatif par rapport à ces rôles?
«Pour ce film-là, ça a été plus simple que ça. Je revenais de travailler ailleurs et après Nikita, j'avais eu besoin d'un break. J'ai accepté par plaisir. Ce n'est pas important pour moi d'essayer de faire quelque chose de différent. Ce qui compte c'est que l'histoire et le personnage me plaisent et, que les gens avec qui je vais travailler m'intéressent. Pour l'instant, ce n'est pas quelque chose qui m'achale ou me tourmente.»
 

Il existe un James Bond, mais aussi un Austin Powers. Lequel aimeriez-vous jouer?
(sourire) «Hum! C'est dur à dire! J'aime bien James Bond, mais pour moi, le rôle appartient encore à Sean Connery. Euh! C'est sûr que si on me l'offrait, j'y penserais, mais tu vois, ça me surprendrait beaucoup qu'on me propose James Bond(rires) Et ça me surprendrait beaucoup qu'on me propose Austin Powers aussi.» (rires)
 

Avec ce film vous renouez avec la grande famille du public québécois. Est-ce un bonheur de revenir au grand écran après des années de télé?
«Le travail au cinéma est un peu le même travail qu'à la télé, sauf qu'en général, on a plus de temps. Toutefois, il y a une ampleur différente qu'à la télé. C'est un honneur, un plaisir.»
 


Le personnage d'Ovila a été très présent, peut-on dire qu'il vous a hanté?
«Il me hante encore car, tout le monde fait des rapprochements entre Alexis et Ovila. Par contre, c'est aussi un personnage qui a changé ma vie.»
 

Qui a aussi apporté la popularité. Étiez-vous prêt à embarquer de nouveau dans cette vague médiatique? Vivez-vous mieux avec ça?
«Par rapport aux médias?»


Les deux, les médias et le public?
«Oui, j'étais prêt, car, il y a des moments où je suis fier du travail accompli. Toutefois, la célébrité, c'est curieux. Je ne baigne pas comme un poisson dans l'eau là-dedans. Pas encore! Je suis timide de nature, je ne changerai pas. Ma mère m'a tout le temps tordu un bras pour que j'aille jouer du violoncelle devant la visite. J'apprends à dealer avec ça. Dans le fond, c'est ça qui est beau dans le monde. Y'a de toutes sortes de monde! » (rires)
 

Qu'est-ce que vous allez faire pour faire oublier Alexis, un peu comme vous avez dû faire pour faire oublier Ovila?
«Je ne pense pas à faire oublier Alexis. Tant mieux si on ne l'oublie pas, tant mieux si on n'oublie pas Ovila non plus. Si on les compare, tant mieux et tant pis. Ce n'est plus à moi, j'ai fait ce que j'avais à faire.»
 

Est-ce que votre projet de documentaire prend forme?
«Presque, l'idée c'est de savoir si ce qu'on est en train de fouiller est filmable. Présentement la recherche est très large. On est parti de quelque chose d'assez précis, mais je ne peux pas en parler. J'espère qu'un jour je pourrai en parler, ça serait l'fun
 

Et votre implication pour les rivières québécoises: est-ce que l'un est aussi important que l'autre?
«Disons que ça va dans le même sens, mais, ça ne parle pas de la même chose. Ce n'est pas les mêmes sujets. On a l'impression que oui, parce que, ça va dans le même sens. Je ne peux pas.» (sourire)
 

C'est fini, une autre collègue aura la chance de voir ce regard bleu totalement irrésistible pendant cinq minutes. Vivement une autre rencontre avec cet être timide et fragile!
 


Source:

 


 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Rencontres et entrevues
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 10:16


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

Novembre 2002


CHERCHE  ROY  DÉSESPÉRÉMENT


Par Aline Pinxteren 



2002-11-CD


Observer 
Roy Dupuis sur le tournage d’ Un Homme et son Péché, puis, les yeux dans les yeux, tenter vaillamment de l’apprivoiser? Je relève le défi! Mais, attention, l’homme est sauvage, le climat rude et les pièges nombreux...


 
2002/11 - Cherche Roy désespérément


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 


 
 
Source:
Article Magazine Clin d'Oeil 




 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Rencontres et entrevues
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 18:00

Historique complet du film (Articles / Contenus officiels / Photos & Vidéos)



Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 22:56


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.
 


2002-UHP-Donalda  2002-UHP-Seraphin 



- Séraphin -

Un  Homme et  son  Péché

 
 



 


 

Genres/Catégories: Drame / Film d'époque
 
Réalisation: Charles Binamé
 
Scénario: Pierre Billon / Charles Binamé / Antonine Maillet (collaboration) / Lorraine Richard (collaboration)
 
Pays: Canada, Québec
 
Langue: français

Lieu et dates de tournage: Saint-Charles-de-Maindeville (Québec), du 10 septembre au 10 novembre 2001 (4 semaines à l'extérieur, 4 semaines en studio)
 
Année de sortie ou diffusion: 29 novembre 2002  / V.O. française sous-titrée en anglais: mars 2003
 
Durée: 128 min
 
Autres titresSeraphin-Heart of Stone / Séraphin-Un homme et son péché
 
Titre de travailLes Belles histoires des Pays-d'en-Haut / Séraphin / Séraphin Poudrier
 
Direction artistique: Jean Bécotte / Ronald Fauteux (concepteur visuel)
 
Direction de production: Mario Nadeau
 
Interprète musiqueIsabelle Boulay (chanson DEPUIS LE PREMIER JOUR)
 
Mixage: Bernard Gariépy-Strobl / Hans Peter Strobl
 
Images: Jean Lépine

Costumes: Michèle Hamel
 
Montage images: Michel Arcand
 
Montage sonore: Patrick Rousseau
 
MusiqueMichel Cusson / Luc Plamondon (paroles de la chanson DEPUIS LE PREMIER JOUR interprétée par Isabelle Boulay)
 
Photographe de plateauMichel Gauthier
 
Producteur: Guy Gagnon / Louis Laverdière / Viviane Morin / Lorraine Richard (produit par) / Patrick Roy
 
Producteur délégué: Luc Martineau
 
Société de distribution: ALLIANCE ATLANTIS (CANADA)
 
Société de production: CITÉ-AMÉRIQUE (QUÉBEC)
 
Source originale: Claude-Henri Grignon (d'après son roman UN HOMME ET SON PÉCHÉ)
 


Résumé: Sainte-Adèle, Québec, en 1889. Donalda Laloge et Alexis Labranche sont amoureux. Avant le départ d’Alexis pour les chantiers, ils se promettent de s’épouser au printemps suivant. Mais le destin frappe la famille Laloge. Le père de Donalda se retrouve acculé à la faillite. Séraphin Poudrier, le maire du village, avare notoire, propose une solution au marchand général: en échange de son aide, il demande la main de Donalda. Cette dernière accepte d’épouser Séraphin pour sauver l’honneur de son père et sortir les siens de la misère. Le printemps ramène un Alexis pressé de retrouver sa bien-aimée. Mais le choc de la terrible nouvelle provoque les pires colères et les plus amères déceptions. Pourtant, rien ne saura éteindre l’amour de Donalda et Alexis...
 


Interprétation:

Pierre Lebeau  (Séraphin Poudrier)

 
UHP 01
 


Roy Dupuis  (Alexis Labranche) et Karine Vanasse  (Donalda Laloge)
 




 

 


Rémy Girard  (Père Laloge)

UHP 05



Robert Brouillette  (Bidou Laloge)

UHP 10



Céline Bonnier  (Nanette Laloge)

UHP 11



Benoît Brière  ( Jambe de bois)

UHP 09



Anne-Marie Cadieux  (Olympe Le Potiron)

UHP 07



Yves Jacques  (Notaire Le Potiron)

UHP 06



Pierrette Robitaille  (Mme Malterre)

UHP 16



Julien Poulin  (Père Ovide)

UHP 08



Normand Chouinard  (Curé Raudin)

UHP 12



Robert Lalonde  (Docteur Cyprien)

UHP 14



Louise Portal  (Delphine Lacoste)

UHP 15



Marie Tifo  (Délima Greenwood)

UHP 13



Marie-Michelle Garon  (Arthémise)

Arthémise



Catherine Trudeau  ( Simone)

Luc Proulx  ( Hector Brochu)

 

 
Source:



 

VOIR  TOUTES  LES  PHOTOS  DU  FILM
EN 
 DIAPORAMA  GRAND  FORMAT  SUR:

 



Synopsis:


Tiré du célèbre roman de Claude-Henri Grignon, l’un des grands classiques de la littérature québécoise, UN HOMME ET SON PÉCHÉ met en scène des personnages devenus de véritables figures mythiques de l’inconscient collectif québécois: Séraphin Poudrier (Pierre Lebeau), l’avare rongé par l’amour dévorant qu’il voue à son or maudit; Donalda Laloge (Karine Vanasse), sa jeune et belle épouse, soumise mais prise au piège d’un amour impossible pour un autre homme; Alexis Labranche (Roy Dupuis), l’amoureux éconduit, déchiré de voir sa bien-aimée mariée par devoir à son ennemi juré et condamnée à une vie de misère malgré la richesse de son époux. A travers le drame de ces trois personnages, Charles Binamé brosse aussi le portrait de toute une époque difficile, faite d’interdits, où la bienséance, le respect des traditions et la charité chrétienne comptaient plus que tout.
 


Sainte-Adèle, Québec, 1889. Donalda Laloge tombe amoureuse d'Alexis Labranche, un séduisant et romantique défricheur qui promet de l'épouser lorsqu'il sera de retour des chantiers dans quelques mois. Mais le destin frappe la famille Laloge. Le père de Donalda se retrouve acculé à la faillite. Séraphin Poudrier, le maire du village, avare notoire, propose alors une solution au commerçant malheureux: en échange d'une solide aide financière, il lui demande la main de sa fille. Tous les efforts du Père Laloge pour sauver sa cadette de ce mariage sont vains et, la mort dans l'âme, Donalda, ne peut qu'accepter d'épouser cet homme vieux, laid et sans coeur - qui profite de la pauvreté des paysans pour s'emparer des terres situées sur le tracé d'une nouvelle ligne de chemin de fer - pour sauver l’honneur de son père et sortir les siens de la misère. Le printemps ramène un Alexis pressé de retrouver la femme qu'il aime. Mais le choc de la terrible nouvelle provoque les pires colères et les plus amères déceptions. Donalda ne peut s'empêcher de le revoir en cachette pour lui réaffirmer son amour éternel, mais se refuse à lui. Forcée d’avouer la vérité à son mari et sachant le danger qui la menace, elle ne peut se résoudre à briser le pacte qui protège sa famille et obligera Alexis à fuir la région.

 

Mais ni la jalousie hargneuse de Séraphin, ni ses odieuses manigances ne parviendront jamais à les séparer vraiment. Malgré les conventions et l’austérité de l’époque, Donalda et Alexis continueront à s’aimer... jusqu’au dernier souffle de la belle héroïne qui finira par succomber à une grave maladie.

  

 
2002-Sans-titre-3

2002-Sans-titre-1

2002-Seraphin04

S-Capture-29

S-Capture-26
 

2002-Capture-52


Seraphin02

S-raphin-JDM

Seraphin-06

 



 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 21:19


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 
 

2002-11-7J     2003-05-S%C3%A9raphin-Roy04

 

22 avril 2004

 

«Séraphin - Un Homme et son Péché»  remporte  la  Bobine d'or  au  Gala des Prix Génie 2004
 



Montréal - L'Académie canadienne du cinéma et de la télévision est fière de décerner la Bobine d'or au film le plus lucratif de l'histoire du cinéma canadien, Séraphin - Un Homme et son Péché. Remise en collaboration avec Téléfilm Canada, la Bobine d'or sera décernée lors du 24e Gala des Prix Génie qui aura lieu le 1er mai prochain à Toronto.
 

Rappelons que la période d'admissibilité de cette édition des Prix Génie se situe entre le 21 octobre 2002 et le 20 octobre 2003, période pendant laquelle cette production québécoise a perçu les plus importantes recettes au box-office au Canada et battu des records d'assistance.


En plus de rafler la Bobine d'orSéraphin - Un Homme et son Péché est six fois finaliste aux Prix Génie, dans les catégories Interprétation féminine dans un premier rôle (Karine Vanasse), Interprétation masculine dans un rôle de soutien (Roy Dupuis), Meilleure chanson originale (Depuis le premier jour, paroles de Luc Plamondon, musique de Michel Cusson), et également dans les catégories Meilleurs costumes, Meilleure direction artistique et Meilleure musique originale.
 

«Nous sommes contents de voir que Séraphin - Un Homme et son Péché a connu un tel succès en salle», souligne Maria Topalovich, présidente-directrice générale de l'Académie. Il s'agit d'un exploit important et nous sommes heureux de célébrer cette réussite avec l'équipe».
 

«Nous sommes enchantés de décerner la Bobine d'or de cette année à Séraphin - Un Homme et son Péché qui a fracassé tous les records établis au box-office en récoltant 9,6 millions de dollars sur le marché canadien au cours de la période d'admissibilité», ajoute Richard Stursberg, directeur général de Téléfilm Canada. «Séraphin - Un Homme et son Péché reflète bien le succès extraordinaire qu'a connu le cinéma québécois, au pays et à l'étranger, au cours de la dernière année. Il illustre bien aussi que lorsque nous faisons des films destinés directement à nos auditoires, qui parlent de leur histoire et de leur culture, nous pouvons obtenir des résultats formidables».
 

Au Québec, le Gala des Prix Génie sera retransmis le samedi 1er mai à 20 h, sur les ondes de MusiMax et Bravo!Bell ExpressVu assurera la diffusion interactive du gala.
 



Source:




 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 21:09


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


 

29 janvier 2003

 

«Séraphin»  domine  la  course  aux  Jutra
 

Par Odile Tremblay 
 



Déjà enfant chéri du public, Un Homme et son Péché, de Charles Binamé, se révèle aussi comme le préféré de l'industrie cinématographique québécoise. Les associations professionnelles ont mis Séraphin dix fois en nomination pour les prix Jutra, avant Québec-Montréal, Le Marais et La Turbulence des fluides.
 

Rappelons que la soirée des Jutra, qui couronne les artisans du cinéma québécois et qui compte cinq ans bien sonnés, se déroulera le dimanche 23 février au théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. Elle sera diffusée en direct sur les ondes de Radio-Canada et rendra hommage à Rock Demers. Le président de la Grande Nuit du cinéma, le réalisateur Jean-Claude Labrecque, a tenu à rendre hommage au public québécois pour son soutien. «Il y a peu d'années, le cinéma québécois n'arrivait pas facilement sur les écrans», se souvient-il. En 2002, la part de marché du cinéma québécois a augmenté à 12,5 % alors qu'elle se situait à 9,6 % en 2001, en grande partie à cause du film de Binamé, qui recevra d'ailleurs le Billet d'or du film québécois le plus populaire.
 

Binamé  ignoré
 

Il a beau dominer le peloton, Séraphin avait l'air d'un navire sans capitaine hier aux nominations des Jutra. De fait, le nom de Charles Binamé n'a pas été retenu pour la course au Meilleur réalisateur. Atom Egoyan a vécu la même chose aux prix Génie, où son Ararat, pourtant parti en tête, est aussi exclu de la section du Meilleur réalisateur. Bizarre!
 

Un Homme et son Péché atterrit dans les catégories Meilleurs film, son, direction artistique, direction de la photographie, musique, actrice (Karine Vanasse), acteur (Roy Dupuis et Pierre Lebeau), actrice de soutien (Céline Bonnier) et acteur de soutien (Rémy Girard).
 

Les longs métrages qui convoitent le titre du Meilleur film québécois sont, outre Séraphin, Le Collectionneur de Jean Beaudin, Le Marais de Kim Nguyen et Québec-Montréal de Ricardo Trogi...
 
 

Source:
Article Le Devoir - www.ledevoir.com
 
 
 
Photo: http://agencequebecpresse.photoshelter.com/

Photo: http://agencequebecpresse.photoshelter.com/


24 février 2003
 

«Séraphin»  reçoit  six  Jutra
 

Par Odile Tremblay 
 



Deux grands vainqueurs se partagent les prix du cinéma québécois de l'année. Les autres productions se contentent des restes. Luc Picard remporte tout de même le prix du Meilleur acteur de soutien pour Le Collectionneur, de Jean Beaudin.
 

Fallait-il s'en étonner? Le champion québécois des recettes au guichet, le héros assis sur son or, Séraphin lui-même (qui d'autre?), a remporté le gros des statuettes hier soir lors de la 5e soirée des Jutra animée par Sylvie Moreau au Théâtre Maisonneuve et diffusée à Radio-Canada.
 

La fête du cinéma québécois (qui rendait hommage au producteur Rock Demers) a couronné l'avare favori du public (7,7 millions en recettes au guichet), mais aussi Québec-Montréal, comédie de moeurs aigre-douce, vrai coup de fraîcheur de l'année, repartant avec de prestigieux trophées (dont Meilleur film, Meilleure réalisation). Ces deux films ont dominé la course, raflant à quatre mains 10 des 18 statuettes et ne laissant que des miettes aux concurrents...
 

.. Six statuettes (sur dix nominations) sont allées à Séraphin - Un Homme et son Péché, par lequel Charles Binamé a revisité l'épopée des Pays-d'en-Haut: celle de la Meilleure actrice à Karine Vanasse en Donalda la sacrifiée; celle du Meilleur acteur à Pierre Lebeau en hargneux Séraphin; et celles de la Meilleure direction artistique, des Meilleures images, de la Meilleure musique (à Michel Cusson, méritée) et du Meilleur son.
 

À lui aussi le billet d'or Desjardins couronnant le film ayant récolté les plus fortes recettes au guichet en 2002. Séraphin, le favori de la foule, désormais avalisé par les votes de l'industrie, peut lancer un sonore «Viande à chien!» de contentement, en engrangeant les prix et les recettes...
 


Source:
Archives Le Devoir - www.ledevoir.com



 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché

Présentation

  • : ROY DUPUIS EUROPE
  • ROY DUPUIS EUROPE
  • : ROY DUPUIS, exclusivement vôtre. Pour vraiment tout savoir sur cet extraordinaire acteur et comédien québécois.
  • Contact

Recherche