Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 12:02


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

29 novembre 2002
 

RENCONTRE  AVEC  L’ÉQUIPE  DE  «SÉRAPHIN»
(Pierre  Lebeau)  et...  Roy  Dupuis
 

Par Anne Corriveau 
 
 


2002-Roy

 


…..… Sur ces paroles de Pierre Lebeau, je me dirige vers la conclusion de mon devoir professionnel. Consciencieuse, mon mandat ne serait pas complet sans une rencontre avec Alexis Labranche.


Où est-il? Dans cette suite magnifique qui me fait face. Bon! Il s'agit de frapper, puis d'entrer. Simple non! Ouais! Mais, c'est tout de même la chambre de Roy Dupuis!
 

Un coup d'oeil rapide à la chambre, au lit, au bain thérapeutique pour finalement remarquer l'acteur debout, bien droit, portant le béret qui raffine son look. Un regard, une poignée de mains et c'est parti. Je laisse tomber ma timidité face à ce beau Brunel et je pose enfin, ma première question.
 

Sans doute à cause des rumeurs, des ragots, j'ai envie de vous demander s'il est plus facile de travailler avec vous à l'aube de la quarantaine qu'au début de votre carrière?
«C'est intéressant ça. (petit sourire en coin). Euh! Je ne sais pas, il faudrait le demander aux gens qui ont travaillé avec moi. J'ai peut-être l'impression que oui. C'est sûr, j'ai eu une période un peu volage, mais je n'ai pas fait trop de gaffes, même dans cette période-là. À l'École nationale, tu apprends la rigueur du métier, l'importance de chaque maillon de la chaîne, l'importance du travail d'équipe, donc du respect de l'autre.»
 

J'ai lu, quand on vous a présenté le rôle d'Alexis, que vous n'étiez pas convaincu de revenir sur une histoire passée?
«En fait, j'ai juste eu un léger doute. Je ne connaissais pas cette histoire-là, j'avais un vague souvenir. Mais, en lisant le scénario, j'ai trouvé que l'histoire avait beaucoup plus de profondeur et qu'elle était beaucoup plus tragique que la série télévisée.»
 

À part Nikita, on vous offre encore des rôles d'hommes romantiques irrésistibles. Est-ce que vous êtes un peu rébarbatif par rapport à ces rôles?
«Pour ce film-là, ça a été plus simple que ça. Je revenais de travailler ailleurs et après Nikita, j'avais eu besoin d'un break. J'ai accepté par plaisir. Ce n'est pas important pour moi d'essayer de faire quelque chose de différent. Ce qui compte c'est que l'histoire et le personnage me plaisent et, que les gens avec qui je vais travailler m'intéressent. Pour l'instant, ce n'est pas quelque chose qui m'achale ou me tourmente.»
 

Il existe un James Bond, mais aussi un Austin Powers. Lequel aimeriez-vous jouer?
(sourire) «Hum! C'est dur à dire! J'aime bien James Bond, mais pour moi, le rôle appartient encore à Sean Connery. Euh! C'est sûr que si on me l'offrait, j'y penserais, mais tu vois, ça me surprendrait beaucoup qu'on me propose James Bond(rires) Et ça me surprendrait beaucoup qu'on me propose Austin Powers aussi.» (rires)
 

Avec ce film vous renouez avec la grande famille du public québécois. Est-ce un bonheur de revenir au grand écran après des années de télé?
«Le travail au cinéma est un peu le même travail qu'à la télé, sauf qu'en général, on a plus de temps. Toutefois, il y a une ampleur différente qu'à la télé. C'est un honneur, un plaisir.»
 


Le personnage d'Ovila a été très présent, peut-on dire qu'il vous a hanté?
«Il me hante encore car, tout le monde fait des rapprochements entre Alexis et Ovila. Par contre, c'est aussi un personnage qui a changé ma vie.»
 

Qui a aussi apporté la popularité. Étiez-vous prêt à embarquer de nouveau dans cette vague médiatique? Vivez-vous mieux avec ça?
«Par rapport aux médias?»


Les deux, les médias et le public?
«Oui, j'étais prêt, car, il y a des moments où je suis fier du travail accompli. Toutefois, la célébrité, c'est curieux. Je ne baigne pas comme un poisson dans l'eau là-dedans. Pas encore! Je suis timide de nature, je ne changerai pas. Ma mère m'a tout le temps tordu un bras pour que j'aille jouer du violoncelle devant la visite. J'apprends à dealer avec ça. Dans le fond, c'est ça qui est beau dans le monde. Y'a de toutes sortes de monde! » (rires)
 

Qu'est-ce que vous allez faire pour faire oublier Alexis, un peu comme vous avez dû faire pour faire oublier Ovila?
«Je ne pense pas à faire oublier Alexis. Tant mieux si on ne l'oublie pas, tant mieux si on n'oublie pas Ovila non plus. Si on les compare, tant mieux et tant pis. Ce n'est plus à moi, j'ai fait ce que j'avais à faire.»
 

Est-ce que votre projet de documentaire prend forme?
«Presque, l'idée c'est de savoir si ce qu'on est en train de fouiller est filmable. Présentement la recherche est très large. On est parti de quelque chose d'assez précis, mais je ne peux pas en parler. J'espère qu'un jour je pourrai en parler, ça serait l'fun
 

Et votre implication pour les rivières québécoises: est-ce que l'un est aussi important que l'autre?
«Disons que ça va dans le même sens, mais, ça ne parle pas de la même chose. Ce n'est pas les mêmes sujets. On a l'impression que oui, parce que, ça va dans le même sens. Je ne peux pas.» (sourire)
 

C'est fini, une autre collègue aura la chance de voir ce regard bleu totalement irrésistible pendant cinq minutes. Vivement une autre rencontre avec cet être timide et fragile!
 


Source:

 


 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Rencontres et entrevues
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 10:16


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

Novembre 2002


CHERCHE  ROY  DÉSESPÉRÉMENT


Par Aline Pinxteren 



2002-11-CD


Observer 
Roy Dupuis sur le tournage d’ Un Homme et son Péché, puis, les yeux dans les yeux, tenter vaillamment de l’apprivoiser? Je relève le défi! Mais, attention, l’homme est sauvage, le climat rude et les pièges nombreux...


 
2002/11 - Cherche Roy désespérément


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 


 
 
Source:
Article Magazine Clin d'Oeil 




 


Une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Rencontres et entrevues
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 18:00

Historique complet du film (Articles / Contenus officiels / Photos & Vidéos)



Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 22:56


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.
 


2002-UHP-Donalda  2002-UHP-Seraphin 



- Séraphin -

Un  Homme et  son  Péché

 
 



 


 

Genres/Catégories: Drame / Film d'époque
 
Réalisation: Charles Binamé
 
Scénario: Pierre Billon / Charles Binamé / Antonine Maillet (collaboration) / Lorraine Richard (collaboration)
 
Pays: Canada, Québec
 
Langue: français

Lieu et dates de tournage: Saint-Charles-de-Maindeville (Québec), du 10 septembre au 10 novembre 2001 (4 semaines à l'extérieur, 4 semaines en studio)
 
Année de sortie ou diffusion: 29 novembre 2002  / V.O. française sous-titrée en anglais: mars 2003
 
Durée: 128 min
 
Autres titresSeraphin-Heart of Stone / Séraphin-Un homme et son péché
 
Titre de travailLes Belles histoires des Pays-d'en-Haut / Séraphin / Séraphin Poudrier
 
Direction artistique: Jean Bécotte / Ronald Fauteux (concepteur visuel)
 
Direction de production: Mario Nadeau
 
Interprète musiqueIsabelle Boulay (chanson DEPUIS LE PREMIER JOUR)
 
Mixage: Bernard Gariépy-Strobl / Hans Peter Strobl
 
Images: Jean Lépine

Costumes: Michèle Hamel
 
Montage images: Michel Arcand
 
Montage sonore: Patrick Rousseau
 
MusiqueMichel Cusson / Luc Plamondon (paroles de la chanson DEPUIS LE PREMIER JOUR interprétée par Isabelle Boulay)
 
Photographe de plateauMichel Gauthier
 
Producteur: Guy Gagnon / Louis Laverdière / Viviane Morin / Lorraine Richard (produit par) / Patrick Roy
 
Producteur délégué: Luc Martineau
 
Société de distribution: ALLIANCE ATLANTIS (CANADA)
 
Société de production: CITÉ-AMÉRIQUE (QUÉBEC)
 
Source originale: Claude-Henri Grignon (d'après son roman UN HOMME ET SON PÉCHÉ)
 


Résumé: Sainte-Adèle, Québec, en 1889. Donalda Laloge et Alexis Labranche sont amoureux. Avant le départ d’Alexis pour les chantiers, ils se promettent de s’épouser au printemps suivant. Mais le destin frappe la famille Laloge. Le père de Donalda se retrouve acculé à la faillite. Séraphin Poudrier, le maire du village, avare notoire, propose une solution au marchand général: en échange de son aide, il demande la main de Donalda. Cette dernière accepte d’épouser Séraphin pour sauver l’honneur de son père et sortir les siens de la misère. Le printemps ramène un Alexis pressé de retrouver sa bien-aimée. Mais le choc de la terrible nouvelle provoque les pires colères et les plus amères déceptions. Pourtant, rien ne saura éteindre l’amour de Donalda et Alexis...
 


Interprétation:

Pierre Lebeau  (Séraphin Poudrier)

 
UHP 01
 


Roy Dupuis  (Alexis Labranche) et Karine Vanasse  (Donalda Laloge)
 




 

 


Rémy Girard  (Père Laloge)

UHP 05



Robert Brouillette  (Bidou Laloge)

UHP 10



Céline Bonnier  (Nanette Laloge)

UHP 11



Benoît Brière  ( Jambe de bois)

UHP 09



Anne-Marie Cadieux  (Olympe Le Potiron)

UHP 07



Yves Jacques  (Notaire Le Potiron)

UHP 06



Pierrette Robitaille  (Mme Malterre)

UHP 16



Julien Poulin  (Père Ovide)

UHP 08



Normand Chouinard  (Curé Raudin)

UHP 12



Robert Lalonde  (Docteur Cyprien)

UHP 14



Louise Portal  (Delphine Lacoste)

UHP 15



Marie Tifo  (Délima Greenwood)

UHP 13



Marie-Michelle Garon  (Arthémise)

Arthémise



Catherine Trudeau  ( Simone)

Luc Proulx  ( Hector Brochu)

 

 
Source:



 

VOIR  TOUTES  LES  PHOTOS  DU  FILM
EN 
 DIAPORAMA  GRAND  FORMAT  SUR:

 



Synopsis:


Tiré du célèbre roman de Claude-Henri Grignon, l’un des grands classiques de la littérature québécoise, UN HOMME ET SON PÉCHÉ met en scène des personnages devenus de véritables figures mythiques de l’inconscient collectif québécois: Séraphin Poudrier (Pierre Lebeau), l’avare rongé par l’amour dévorant qu’il voue à son or maudit; Donalda Laloge (Karine Vanasse), sa jeune et belle épouse, soumise mais prise au piège d’un amour impossible pour un autre homme; Alexis Labranche (Roy Dupuis), l’amoureux éconduit, déchiré de voir sa bien-aimée mariée par devoir à son ennemi juré et condamnée à une vie de misère malgré la richesse de son époux. A travers le drame de ces trois personnages, Charles Binamé brosse aussi le portrait de toute une époque difficile, faite d’interdits, où la bienséance, le respect des traditions et la charité chrétienne comptaient plus que tout.
 


Sainte-Adèle, Québec, 1889. Donalda Laloge tombe amoureuse d'Alexis Labranche, un séduisant et romantique défricheur qui promet de l'épouser lorsqu'il sera de retour des chantiers dans quelques mois. Mais le destin frappe la famille Laloge. Le père de Donalda se retrouve acculé à la faillite. Séraphin Poudrier, le maire du village, avare notoire, propose alors une solution au commerçant malheureux: en échange d'une solide aide financière, il lui demande la main de sa fille. Tous les efforts du Père Laloge pour sauver sa cadette de ce mariage sont vains et, la mort dans l'âme, Donalda, ne peut qu'accepter d'épouser cet homme vieux, laid et sans coeur - qui profite de la pauvreté des paysans pour s'emparer des terres situées sur le tracé d'une nouvelle ligne de chemin de fer - pour sauver l’honneur de son père et sortir les siens de la misère. Le printemps ramène un Alexis pressé de retrouver la femme qu'il aime. Mais le choc de la terrible nouvelle provoque les pires colères et les plus amères déceptions. Donalda ne peut s'empêcher de le revoir en cachette pour lui réaffirmer son amour éternel, mais se refuse à lui. Forcée d’avouer la vérité à son mari et sachant le danger qui la menace, elle ne peut se résoudre à briser le pacte qui protège sa famille et obligera Alexis à fuir la région.

 

Mais ni la jalousie hargneuse de Séraphin, ni ses odieuses manigances ne parviendront jamais à les séparer vraiment. Malgré les conventions et l’austérité de l’époque, Donalda et Alexis continueront à s’aimer... jusqu’au dernier souffle de la belle héroïne qui finira par succomber à une grave maladie.

  

 
2002-Sans-titre-3

2002-Sans-titre-1

2002-Seraphin04

S-Capture-29

S-Capture-26
 

2002-Capture-52


Seraphin02

S-raphin-JDM

Seraphin-06

 



 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 21:19


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 
 

2002-11-7J     2003-05-S%C3%A9raphin-Roy04

 

22 avril 2004

 

«Séraphin - Un Homme et son Péché»  remporte  la  Bobine d'or  au  Gala des Prix Génie 2004
 



Montréal - L'Académie canadienne du cinéma et de la télévision est fière de décerner la Bobine d'or au film le plus lucratif de l'histoire du cinéma canadien, Séraphin - Un Homme et son Péché. Remise en collaboration avec Téléfilm Canada, la Bobine d'or sera décernée lors du 24e Gala des Prix Génie qui aura lieu le 1er mai prochain à Toronto.
 

Rappelons que la période d'admissibilité de cette édition des Prix Génie se situe entre le 21 octobre 2002 et le 20 octobre 2003, période pendant laquelle cette production québécoise a perçu les plus importantes recettes au box-office au Canada et battu des records d'assistance.


En plus de rafler la Bobine d'orSéraphin - Un Homme et son Péché est six fois finaliste aux Prix Génie, dans les catégories Interprétation féminine dans un premier rôle (Karine Vanasse), Interprétation masculine dans un rôle de soutien (Roy Dupuis), Meilleure chanson originale (Depuis le premier jour, paroles de Luc Plamondon, musique de Michel Cusson), et également dans les catégories Meilleurs costumes, Meilleure direction artistique et Meilleure musique originale.
 

«Nous sommes contents de voir que Séraphin - Un Homme et son Péché a connu un tel succès en salle», souligne Maria Topalovich, présidente-directrice générale de l'Académie. Il s'agit d'un exploit important et nous sommes heureux de célébrer cette réussite avec l'équipe».
 

«Nous sommes enchantés de décerner la Bobine d'or de cette année à Séraphin - Un Homme et son Péché qui a fracassé tous les records établis au box-office en récoltant 9,6 millions de dollars sur le marché canadien au cours de la période d'admissibilité», ajoute Richard Stursberg, directeur général de Téléfilm Canada. «Séraphin - Un Homme et son Péché reflète bien le succès extraordinaire qu'a connu le cinéma québécois, au pays et à l'étranger, au cours de la dernière année. Il illustre bien aussi que lorsque nous faisons des films destinés directement à nos auditoires, qui parlent de leur histoire et de leur culture, nous pouvons obtenir des résultats formidables».
 

Au Québec, le Gala des Prix Génie sera retransmis le samedi 1er mai à 20 h, sur les ondes de MusiMax et Bravo!Bell ExpressVu assurera la diffusion interactive du gala.
 



Source:




 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 21:09


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


 

29 janvier 2003

 

«Séraphin»  domine  la  course  aux  Jutra
 

Par Odile Tremblay 
 



Déjà enfant chéri du public, Un Homme et son Péché, de Charles Binamé, se révèle aussi comme le préféré de l'industrie cinématographique québécoise. Les associations professionnelles ont mis Séraphin dix fois en nomination pour les prix Jutra, avant Québec-Montréal, Le Marais et La Turbulence des fluides.
 

Rappelons que la soirée des Jutra, qui couronne les artisans du cinéma québécois et qui compte cinq ans bien sonnés, se déroulera le dimanche 23 février au théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. Elle sera diffusée en direct sur les ondes de Radio-Canada et rendra hommage à Rock Demers. Le président de la Grande Nuit du cinéma, le réalisateur Jean-Claude Labrecque, a tenu à rendre hommage au public québécois pour son soutien. «Il y a peu d'années, le cinéma québécois n'arrivait pas facilement sur les écrans», se souvient-il. En 2002, la part de marché du cinéma québécois a augmenté à 12,5 % alors qu'elle se situait à 9,6 % en 2001, en grande partie à cause du film de Binamé, qui recevra d'ailleurs le Billet d'or du film québécois le plus populaire.
 

Binamé  ignoré
 

Il a beau dominer le peloton, Séraphin avait l'air d'un navire sans capitaine hier aux nominations des Jutra. De fait, le nom de Charles Binamé n'a pas été retenu pour la course au Meilleur réalisateur. Atom Egoyan a vécu la même chose aux prix Génie, où son Ararat, pourtant parti en tête, est aussi exclu de la section du Meilleur réalisateur. Bizarre!
 

Un Homme et son Péché atterrit dans les catégories Meilleurs film, son, direction artistique, direction de la photographie, musique, actrice (Karine Vanasse), acteur (Roy Dupuis et Pierre Lebeau), actrice de soutien (Céline Bonnier) et acteur de soutien (Rémy Girard).
 

Les longs métrages qui convoitent le titre du Meilleur film québécois sont, outre Séraphin, Le Collectionneur de Jean Beaudin, Le Marais de Kim Nguyen et Québec-Montréal de Ricardo Trogi...
 
 

Source:
Article Le Devoir - www.ledevoir.com
 
 
 
Photo: http://agencequebecpresse.photoshelter.com/

Photo: http://agencequebecpresse.photoshelter.com/


24 février 2003
 

«Séraphin»  reçoit  six  Jutra
 

Par Odile Tremblay 
 



Deux grands vainqueurs se partagent les prix du cinéma québécois de l'année. Les autres productions se contentent des restes. Luc Picard remporte tout de même le prix du Meilleur acteur de soutien pour Le Collectionneur, de Jean Beaudin.
 

Fallait-il s'en étonner? Le champion québécois des recettes au guichet, le héros assis sur son or, Séraphin lui-même (qui d'autre?), a remporté le gros des statuettes hier soir lors de la 5e soirée des Jutra animée par Sylvie Moreau au Théâtre Maisonneuve et diffusée à Radio-Canada.
 

La fête du cinéma québécois (qui rendait hommage au producteur Rock Demers) a couronné l'avare favori du public (7,7 millions en recettes au guichet), mais aussi Québec-Montréal, comédie de moeurs aigre-douce, vrai coup de fraîcheur de l'année, repartant avec de prestigieux trophées (dont Meilleur film, Meilleure réalisation). Ces deux films ont dominé la course, raflant à quatre mains 10 des 18 statuettes et ne laissant que des miettes aux concurrents...
 

.. Six statuettes (sur dix nominations) sont allées à Séraphin - Un Homme et son Péché, par lequel Charles Binamé a revisité l'épopée des Pays-d'en-Haut: celle de la Meilleure actrice à Karine Vanasse en Donalda la sacrifiée; celle du Meilleur acteur à Pierre Lebeau en hargneux Séraphin; et celles de la Meilleure direction artistique, des Meilleures images, de la Meilleure musique (à Michel Cusson, méritée) et du Meilleur son.
 

À lui aussi le billet d'or Desjardins couronnant le film ayant récolté les plus fortes recettes au guichet en 2002. Séraphin, le favori de la foule, désormais avalisé par les votes de l'industrie, peut lancer un sonore «Viande à chien!» de contentement, en engrangeant les prix et les recettes...
 


Source:
Archives Le Devoir - www.ledevoir.com



 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 20:42


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2003/01 - «Séraphin», le film le plus payant


8 janvier 2003


Séraphin,  le  film  le  plus  payant!
 

Par Michelle Coudé-Lord  




En fin d’après-midi hier, Séraphin est devenu le film le plus payant de l’histoire du cinéma québécois, battant ainsi le record au box-office des Boys I et ses recettes de 6,1 millions. C’est ce que nous confirmait hier, avec une fierté évidente, M. Guy Gagnon, le président d’Alliance Film.


Lundi, Séraphin n’avait pas encore dépassé Les Boys I malgré un week-end fort achalandé. La différence entre les deux films québécois les plus aimés était d’à peine 65.000$. Il a fallu attendre les résultats d’un mardi après-midi payant au cinéma pour que Séraphin passe à l’histoire et que ses recettes dépassent les 6,2 millions.


Chez Alliance Film, on croit maintenant possible d’atteindre des recettes de plus de 7 millions, voire même 8 millions, car Séraphin est toujours présent dans 93 salles au Québec et sa popularité aussi grande.


«Je vis un rêve incroyable, déclarait en début de soirée hier, en exclusivité au Journal de Montréal, M. Guy Gagnon. J’espérais dépasser le record d’Elvis Gratton II qui est le 4e film le plus payant de l’histoire du cinéma québécois avec des recettes de 3,7 millions. Mais je ne pensais vraiment pas que mon Séraphin allait battre le record de tous les temps. Ça me fait d’autant plus plaisir qu’il m’a fallu, rappelons-le, livrer une bataille de titans pour vendre l’idée de ce film aux gouvernements. On sait que tant à la SODEC qu’à Téléfilm Canada, on ne croyait pas que c’était une bonne idée de faire revivre une Donalda en 2002.»


Financement


Alliance Film et Cité Amérique n’ont jamais baissé les bras et ont arraché un peu plus de 3 millions aux gouvernements pour la réalisation de Séraphin. Au total, le budget de Séraphin est de 6,5 millions. Non, il n’est pas le film le plus coûteux du Québec. Le film Les Dangereux de Richard Goudreau a coûté 7,2 millions.


Et comment explique-t-on aujourd’hui le succès de Séraphin? Guy Gagnon a sa petite idée. «Les Québécois ont fait de cette histoire d’amour entre Donalda et Alexis leur Roméo et Juliette. Ce film est notre Titanic. Première grande surprise, les jeunes ont couru voir Séraphin et les personnes âgées sont retournées à leur tour au cinéma. On ne peut passer sous silence la force des images de Charles Binamé, réalisateur de Séraphin, et le jeu parfait des acteurs Karine Vanasse, désormais notre nouvelle DonaldaRoy Dupuis et Pierre Lebeau
 

Autre fait marquant à souligner, le film Séraphin fut associé à une opération marketing monstre de 1,5 million. Du jamais vu au Québec. «On a vendu ce film à l’américaine avec des publicités à la télévision extrêmement efficaces», ajoute le président d’Alliance Film.
 

Le film Séraphin hantera longtemps le producteur des Boys et des Dangereux, Richard Goudreau, car en plus d’assister à la chute de son record des Boys, il a vu son film Les Dangereux subir une dure raclée au box-office malgré la présence de Véronique Cloutier et de Stéphane Rousseau. Comme quoi, le malheur des uns fait le bonheur des autres.


Sous-titré  en  anglais  pour  le  marché  canadien


En mars prochain, le film Séraphin sera présenté au Canada anglais. Les cinéphiles canadiens verront la version originale en français sous-titrée en anglais. C’est ce que nous indiquait hier le président d’Alliance Film au Québec, Guy Gagnon. «Les dirigeants d’Alliance Film, tant à Toronto qu’à Vancouver, nous réclament Séraphin. Ils sont extrêmement surpris par cet énorme succès au Québec et leur curiosité les pousse à vouloir le présenter dans les autres provinces canadiennes. Nous croyons que cette belle histoire d’amour peut effectivement intéresser les gens partout au Canada. Ça vaut la peine d’essayer. Et on sait que Roy Dupuis est fort populaire dans les autres provinces canadiennes, donc notre Alexis devrait nous porter chance.»


Séraphin sera donc dans les cinémas du Canada anglais dès le début du mois de mars. Il faut également prévoir au film de Charles Binamé une carrière internationale, car il est clair que la France verra aussi Séraphin. «Des rencontres sont déjà prévues avec notre division internationale pour notre mise en marché du film Séraphin en France...
 


Source:



 

    

 

27 janvier 2003


Les  dessous  de  «Séraphin»


Par Michelle Coudé-Lord
 


Tête-à-tête avec le cinéaste Charles Binamé qui nous raconte son «aventure» du film Séraphin, aujourd'hui le plus gros succès au box-office de l'histoire du cinéma québécois.



Une  Ferrari



... Et Roy Dupuis dans le rôle d'Alexis, un choix naturel n'est-ce pas?
«Non, un pur hasard. Je ne pensais pas à lui. J'avais tourné avec Roy la série Blanche et le film Chili. Il était alors un homme en colère, alors que pour moi, Alexis, baptisé par Charles-Henri Grignon le «cœur d'or», est un fils de la liberté. J'ai donc passé des auditions et un soir, après une pièce de théâtre, j'ai revu Roy. Je lui ai proposé d'aller prendre un café.


La rencontre a duré 5 heures et je me suis aperçu que Roy s'était libéré de ses peurs. Il habitait enfin son corps d'homme et rayonnait. À partir de ce moment, il est devenu naturellement mon Alexis. C'est un grand acteur. Je le compare à une Ferrari. J'ai hâte qu'on le voie dans des rôles très différents. Sur un plateau il est très impliqué, il questionne, il cherche. Tout le monde croit qu'il joue naturellement alors qu'il est en démarche constante avec le réalisateur»...
 


Source:
Article Le Journal de Montréal 



 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 19:14


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

14 décembre 2002


«Séraphin»:  un  impossible  amour
 

Par Michèle Lemieux 




2002-12-14-7J-2

 


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 



Source:

Article Magazine 7 Jours




 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 18:24


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 




 

 

2 décembre 2002


Binamé  nous  fait  oublier  la  série  télévisée
 

Par Michelle Coudé-Lord 
                  



L’émotion, voilà ce que l’on retient du film de Charles Binamé Séraphin – Un Homme et son Péché.


Il faut aller voir ce film, ne serait-ce que pour voir une jeune Karine Vanasse criante de vérité en Donalda et un Roy Dupuis en Alexis grandeur nature, qui nous embarquent totalement dans leur histoire d’amour déchirante. Tout y est crédible. On y croit vraiment! Le réalisateur Charles Binamé a su tourner les scènes avec justesse et émotion, au point de nous faire oublier le Séraphin du petit écran.


Les gens diront: pourquoi parler en 2002 de Séraphin, cette œuvre de Claude-Henri Grignon déjà bien ancrée dans notre mémoire collective? Les producteurs Guy Gagnon et Lorraine Richard, d’Alliance Atlantis Vivafilm et de Cité Amérique, n’avaient qu’une réponse: pourquoi pas faire revivre au cinéma ce grand classique?


Ils se sont mis à la tâche avec acharnement pour relever ce défi. Et ils ont gagné. Le financement, au départ, fut une route longue et ardue: Téléfilm Canada et la Sodec ne croyaient pas, au début, à une telle aventure dans les pays d’en haut. On n’a qu’à voir le résultat pour conclure qu’ils ont bien fait de changer d’idée. Le film a coûté 6,2 millions de dollars, l’un des plus chers jamais tournés au Québec après Les Boys et Les Dangereux.
 

Du  grand  Binamé


D’abord, il faut applaudir la réalisation de ce film. Charles Binamé voulait à tout prix rééditer cette histoire et il a su transmettre sa passion.


Ensuite, le casting est irréprochable: Benoît Brière (Jambe de Bois), dont la complicité avec Roy Dupuis (Alexis) est palpable; Rémy Girard, tout aussi crédible en père Laloge; Yves Jacques, en notaire Le Potiron, et Robert Lalonde, en docteur Cyprien; Marie Tifo, en Délima Greenwood, la sœur de Séraphin, impressionnante comme toujours malgré sa brève apparition; Céline Bonnier, en Nanette Laloge, la confidente de Donalda, si douce et si belle qu’on la voudrait aussi pour amie.
 

Séraphin…  puissant


Puis, il y a bien sûr le Séraphin de 2002, Pierre Lebeau, qu’on appelle maintenant au Québec «notre Depardieu»! Le comédien mérite tous les honneurs. Il est puissant, et l’approche du réalisateur, fort intéressante, nous le présente ainsi, tout d’un bloc. Rien à voir avec le Séraphin au dos voûté de la télévision. Celui de Charles Binamé est passionné d’argent et de belles créatures. Mais on sent aussi le déséquilibre chez cet homme qu’on craint dans tout le village.
 

Les spectateurs s’attarderont au regard de Séraphin, à son visage meurtri par des démons intérieurs, et ils seront séduits notamment par une des scènes fortes du film alors qu’il se bat, dans les bois, contre Alexis.


Pierre Lebeau dit ne pas avoir eu peur de jouer au cinéma un personnage longtemps détesté par toute une génération. Et il a parfaitement raison, car si on ne l’aime pas, on se surprend parfois à le trouver presque sympathique.
 

L’amour…


Quant à Karine Vanasse et Roy Dupuis, les grands héros de ce film, ils nous rendent tous deux avec passion cette histoire d’amour si déchirante. Roy Dupuis avait sûrement un Alexis qui dormait en lui tellement il est vrai dans ce rôle.
 

Karine  Vanasse


Quant à Karine Vanasse, cette jeune première du cinéma, elle a hérité d’un véritable moment de grâce. Marie Tifo, d’ailleurs, lui prédit déjà une carrière exceptionnelle. La comédienne est superbe et, oui, vous allez pleurer avec elle.


Décidément, ce Séraphin de Charles Binamé est une très grande histoire d’amour. Le jeune public sera-t-il de la partie? Est-ce cool ou out d’accompagner ses parents pour redécouvrir de «vieilles» histoires qui parlent d’amour et de terres défrichées par nos ancêtres? Nul doute que Séraphin saura réunir la famille le temps d’un film exceptionnel, entre deux coups de baguette magique de Harry Potter.


Séraphin – Un Homme et son Péché est une très belle réussite. Un film rendu avec passion, amour et vérité.



Source:
Le Journal de Montréal 

 
 
 
 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 18:14


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
10 novembre  2002 / Karine Vanasse à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
10 novembre  2002 / Karine Vanasse à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
10 novembre  2002 / Karine Vanasse à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
10 novembre  2002 / Karine Vanasse à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
10 novembre  2002 / Karine Vanasse à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché

10 novembre 2002 / Karine Vanasse à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché


2 décembre 2002


Propos  et  confidences  de  Karine  Vanasse
 

Par Paul Villeneuve 




... Karine Vanasse a de nombreuses anecdotes à raconter au sujet de sa participation au film Un Homme et son Péché. Au cours de l’interview qu’elle nous a récemment accordée, la jeune actrice nous en a confiées quelques-unes dont nous vous faisons part ici...
 

Le  premier  baiser


Karine Vanasse se souvient très bien de la toute première scène qu’elle a tournée sur le plateau d’Un Homme et son Péché.


«C’était la première scène que l’on tournait pour le film, soit celle du baiser entre Alexis et Donalda. C’était d’ailleurs bien que ce soit la première scène puisqu’il y avait quand même une certaine timidité. Je n’avais rencontré Roy qu’une seule fois avant, pour une lecture. Mais après cette scène, il n’y avait plus de gêne», déclare-t-elle en riant.


Karine dit être contente de cette scène-là parce que l’on y sent bien la magie du premier baiser...
 


Source:
Le Journal de Montréal 

 
 


Et qu'en pense la directe intéressée 13 ans plus tard ?
Voici une petite vidéo à ne surtout pas manquer !!




 

http://fr.video.sympatico.ca/accueil/watch/karine-vanasse-nous-confie-cest-comment-dembrasser-roy-dupuis/4109302735001


 



 

 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché