Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 20:42


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2003/01 - «Séraphin», le film le plus payant


8 janvier 2003


Séraphin,  le  film  le  plus  payant!
 

Par Michelle Coudé-Lord  




En fin d’après-midi hier, Séraphin est devenu le film le plus payant de l’histoire du cinéma québécois, battant ainsi le record au box-office des Boys I et ses recettes de 6,1 millions. C’est ce que nous confirmait hier, avec une fierté évidente, M. Guy Gagnon, le président d’Alliance Film.


Lundi, Séraphin n’avait pas encore dépassé Les Boys I malgré un week-end fort achalandé. La différence entre les deux films québécois les plus aimés était d’à peine 65.000$. Il a fallu attendre les résultats d’un mardi après-midi payant au cinéma pour que Séraphin passe à l’histoire et que ses recettes dépassent les 6,2 millions.


Chez Alliance Film, on croit maintenant possible d’atteindre des recettes de plus de 7 millions, voire même 8 millions, car Séraphin est toujours présent dans 93 salles au Québec et sa popularité aussi grande.


«Je vis un rêve incroyable, déclarait en début de soirée hier, en exclusivité au Journal de Montréal, M. Guy Gagnon. J’espérais dépasser le record d’Elvis Gratton II qui est le 4e film le plus payant de l’histoire du cinéma québécois avec des recettes de 3,7 millions. Mais je ne pensais vraiment pas que mon Séraphin allait battre le record de tous les temps. Ça me fait d’autant plus plaisir qu’il m’a fallu, rappelons-le, livrer une bataille de titans pour vendre l’idée de ce film aux gouvernements. On sait que tant à la SODEC qu’à Téléfilm Canada, on ne croyait pas que c’était une bonne idée de faire revivre une Donalda en 2002.»


Financement


Alliance Film et Cité Amérique n’ont jamais baissé les bras et ont arraché un peu plus de 3 millions aux gouvernements pour la réalisation de Séraphin. Au total, le budget de Séraphin est de 6,5 millions. Non, il n’est pas le film le plus coûteux du Québec. Le film Les Dangereux de Richard Goudreau a coûté 7,2 millions.


Et comment explique-t-on aujourd’hui le succès de Séraphin? Guy Gagnon a sa petite idée. «Les Québécois ont fait de cette histoire d’amour entre Donalda et Alexis leur Roméo et Juliette. Ce film est notre Titanic. Première grande surprise, les jeunes ont couru voir Séraphin et les personnes âgées sont retournées à leur tour au cinéma. On ne peut passer sous silence la force des images de Charles Binamé, réalisateur de Séraphin, et le jeu parfait des acteurs Karine Vanasse, désormais notre nouvelle DonaldaRoy Dupuis et Pierre Lebeau
 

Autre fait marquant à souligner, le film Séraphin fut associé à une opération marketing monstre de 1,5 million. Du jamais vu au Québec. «On a vendu ce film à l’américaine avec des publicités à la télévision extrêmement efficaces», ajoute le président d’Alliance Film.
 

Le film Séraphin hantera longtemps le producteur des Boys et des Dangereux, Richard Goudreau, car en plus d’assister à la chute de son record des Boys, il a vu son film Les Dangereux subir une dure raclée au box-office malgré la présence de Véronique Cloutier et de Stéphane Rousseau. Comme quoi, le malheur des uns fait le bonheur des autres.


Sous-titré  en  anglais  pour  le  marché  canadien


En mars prochain, le film Séraphin sera présenté au Canada anglais. Les cinéphiles canadiens verront la version originale en français sous-titrée en anglais. C’est ce que nous indiquait hier le président d’Alliance Film au Québec, Guy Gagnon. «Les dirigeants d’Alliance Film, tant à Toronto qu’à Vancouver, nous réclament Séraphin. Ils sont extrêmement surpris par cet énorme succès au Québec et leur curiosité les pousse à vouloir le présenter dans les autres provinces canadiennes. Nous croyons que cette belle histoire d’amour peut effectivement intéresser les gens partout au Canada. Ça vaut la peine d’essayer. Et on sait que Roy Dupuis est fort populaire dans les autres provinces canadiennes, donc notre Alexis devrait nous porter chance.»


Séraphin sera donc dans les cinémas du Canada anglais dès le début du mois de mars. Il faut également prévoir au film de Charles Binamé une carrière internationale, car il est clair que la France verra aussi Séraphin. «Des rencontres sont déjà prévues avec notre division internationale pour notre mise en marché du film Séraphin en France...
 


Source:



 

    

 

27 janvier 2003


Les  dessous  de  «Séraphin»


Par Michelle Coudé-Lord
 


Tête-à-tête avec le cinéaste Charles Binamé qui nous raconte son «aventure» du film Séraphin, aujourd'hui le plus gros succès au box-office de l'histoire du cinéma québécois.



Une  Ferrari



... Et Roy Dupuis dans le rôle d'Alexis, un choix naturel n'est-ce pas?
«Non, un pur hasard. Je ne pensais pas à lui. J'avais tourné avec Roy la série Blanche et le film Chili. Il était alors un homme en colère, alors que pour moi, Alexis, baptisé par Charles-Henri Grignon le «cœur d'or», est un fils de la liberté. J'ai donc passé des auditions et un soir, après une pièce de théâtre, j'ai revu Roy. Je lui ai proposé d'aller prendre un café.


La rencontre a duré 5 heures et je me suis aperçu que Roy s'était libéré de ses peurs. Il habitait enfin son corps d'homme et rayonnait. À partir de ce moment, il est devenu naturellement mon Alexis. C'est un grand acteur. Je le compare à une Ferrari. J'ai hâte qu'on le voie dans des rôles très différents. Sur un plateau il est très impliqué, il questionne, il cherche. Tout le monde croit qu'il joue naturellement alors qu'il est en démarche constante avec le réalisateur»...
 


Source:
Article Le Journal de Montréal 



 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 19:14


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

14 décembre 2002


«Séraphin»:  un  impossible  amour
 

Par Michèle Lemieux 




2002-12-14-7J-2

 


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 



Source:

Article Magazine 7 Jours




 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 18:24


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 




 

 

2 décembre 2002


Binamé  nous  fait  oublier  la  série  télévisée
 

Par Michelle Coudé-Lord 
                  



L’émotion, voilà ce que l’on retient du film de Charles Binamé Séraphin – Un Homme et son Péché.


Il faut aller voir ce film, ne serait-ce que pour voir une jeune Karine Vanasse criante de vérité en Donalda et un Roy Dupuis en Alexis grandeur nature, qui nous embarquent totalement dans leur histoire d’amour déchirante. Tout y est crédible. On y croit vraiment! Le réalisateur Charles Binamé a su tourner les scènes avec justesse et émotion, au point de nous faire oublier le Séraphin du petit écran.


Les gens diront: pourquoi parler en 2002 de Séraphin, cette œuvre de Claude-Henri Grignon déjà bien ancrée dans notre mémoire collective? Les producteurs Guy Gagnon et Lorraine Richard, d’Alliance Atlantis Vivafilm et de Cité Amérique, n’avaient qu’une réponse: pourquoi pas faire revivre au cinéma ce grand classique?


Ils se sont mis à la tâche avec acharnement pour relever ce défi. Et ils ont gagné. Le financement, au départ, fut une route longue et ardue: Téléfilm Canada et la Sodec ne croyaient pas, au début, à une telle aventure dans les pays d’en haut. On n’a qu’à voir le résultat pour conclure qu’ils ont bien fait de changer d’idée. Le film a coûté 6,2 millions de dollars, l’un des plus chers jamais tournés au Québec après Les Boys et Les Dangereux.
 

Du  grand  Binamé


D’abord, il faut applaudir la réalisation de ce film. Charles Binamé voulait à tout prix rééditer cette histoire et il a su transmettre sa passion.


Ensuite, le casting est irréprochable: Benoît Brière (Jambe de Bois), dont la complicité avec Roy Dupuis (Alexis) est palpable; Rémy Girard, tout aussi crédible en père Laloge; Yves Jacques, en notaire Le Potiron, et Robert Lalonde, en docteur Cyprien; Marie Tifo, en Délima Greenwood, la sœur de Séraphin, impressionnante comme toujours malgré sa brève apparition; Céline Bonnier, en Nanette Laloge, la confidente de Donalda, si douce et si belle qu’on la voudrait aussi pour amie.
 

Séraphin…  puissant


Puis, il y a bien sûr le Séraphin de 2002, Pierre Lebeau, qu’on appelle maintenant au Québec «notre Depardieu»! Le comédien mérite tous les honneurs. Il est puissant, et l’approche du réalisateur, fort intéressante, nous le présente ainsi, tout d’un bloc. Rien à voir avec le Séraphin au dos voûté de la télévision. Celui de Charles Binamé est passionné d’argent et de belles créatures. Mais on sent aussi le déséquilibre chez cet homme qu’on craint dans tout le village.
 

Les spectateurs s’attarderont au regard de Séraphin, à son visage meurtri par des démons intérieurs, et ils seront séduits notamment par une des scènes fortes du film alors qu’il se bat, dans les bois, contre Alexis.


Pierre Lebeau dit ne pas avoir eu peur de jouer au cinéma un personnage longtemps détesté par toute une génération. Et il a parfaitement raison, car si on ne l’aime pas, on se surprend parfois à le trouver presque sympathique.
 

L’amour…


Quant à Karine Vanasse et Roy Dupuis, les grands héros de ce film, ils nous rendent tous deux avec passion cette histoire d’amour si déchirante. Roy Dupuis avait sûrement un Alexis qui dormait en lui tellement il est vrai dans ce rôle.
 

Karine  Vanasse


Quant à Karine Vanasse, cette jeune première du cinéma, elle a hérité d’un véritable moment de grâce. Marie Tifo, d’ailleurs, lui prédit déjà une carrière exceptionnelle. La comédienne est superbe et, oui, vous allez pleurer avec elle.


Décidément, ce Séraphin de Charles Binamé est une très grande histoire d’amour. Le jeune public sera-t-il de la partie? Est-ce cool ou out d’accompagner ses parents pour redécouvrir de «vieilles» histoires qui parlent d’amour et de terres défrichées par nos ancêtres? Nul doute que Séraphin saura réunir la famille le temps d’un film exceptionnel, entre deux coups de baguette magique de Harry Potter.


Séraphin – Un Homme et son Péché est une très belle réussite. Un film rendu avec passion, amour et vérité.



Source:
Le Journal de Montréal 

 
 
 
 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 18:14


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
10 novembre  2002 / Karine Vanasse à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
10 novembre  2002 / Karine Vanasse à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
10 novembre  2002 / Karine Vanasse à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
10 novembre  2002 / Karine Vanasse à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
10 novembre  2002 / Karine Vanasse à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché

10 novembre 2002 / Karine Vanasse à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché


2 décembre 2002


Propos  et  confidences  de  Karine  Vanasse
 

Par Paul Villeneuve 




... Karine Vanasse a de nombreuses anecdotes à raconter au sujet de sa participation au film Un Homme et son Péché. Au cours de l’interview qu’elle nous a récemment accordée, la jeune actrice nous en a confiées quelques-unes dont nous vous faisons part ici...
 

Le  premier  baiser


Karine Vanasse se souvient très bien de la toute première scène qu’elle a tournée sur le plateau d’Un Homme et son Péché.


«C’était la première scène que l’on tournait pour le film, soit celle du baiser entre Alexis et Donalda. C’était d’ailleurs bien que ce soit la première scène puisqu’il y avait quand même une certaine timidité. Je n’avais rencontré Roy qu’une seule fois avant, pour une lecture. Mais après cette scène, il n’y avait plus de gêne», déclare-t-elle en riant.


Karine dit être contente de cette scène-là parce que l’on y sent bien la magie du premier baiser...
 


Source:
Le Journal de Montréal 

 
 


Et qu'en pense la directe intéressée 13 ans plus tard ?
Voici une petite vidéo à ne surtout pas manquer !!




 

http://fr.video.sympatico.ca/accueil/watch/karine-vanasse-nous-confie-cest-comment-dembrasser-roy-dupuis/4109302735001


 



 

 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 17:42


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 

    

 

26 novembre 2002

 

Roy  Dupuis  dans  la  peau  d'Alexis  Labranche
 

Par Paul Villeneuve 
                        



Roy Dupuis déclare qu’il a accepté de jouer dans Séraphin – Un Homme et son Péché… pour son bon plaisir. L’acteur conserve d’ailleurs un excellent souvenir de sa participation au tournage du film de Charles Binamé. «Travailler avec Pierre Lebeau, Karine Vanasse et Benoît Brière (que je trouve génial) fut vraiment un plaisir», précise-t-il.


Roy Dupuis a lu le scénario du film et il a aimé l’histoire. «Je trouve ça l’fun qu’on se permette encore de raconter de belles histoires. C’est sûr qu’on a besoin de films de tous genres, mais pour une fois qu’on avait une belle histoire qui nous appartient, j’étais ravi d’en faire partie», souligne-t-il.
 

Plus  intense


L’acteur reconnaît néanmoins qu’il avait été sceptique lorsqu’on lui avait proposé le rôle. «Je me demandais ce qu’on pourrait encore bien faire avec cette histoire-là, mais en lisant le scénario, je me suis rendu compte que je ne la connaissais pas. J’étais quand même jeune lorsque j’avais vu des épisodes du téléroman, mais le scénario ne correspondait pas du tout aux souvenirs que j’en avais conservés. Je ne savais pas que c’était aussi profond. Dans l’histoire télévisuelle, il y avait une légèreté, que l’on retrouve à certains moments dans le film, mais cette histoire de Séraphin est plus intense que j’aurais pu l’imaginer».


Roy Dupuis croyait tellement au projet qu’il fut l’un des acteurs qui l’ont défendu auprès des institutions qui financent notre cinéma.
 
 
Une  vie  dure


Le fait que l’action du film se déroule à la fin du XIXe siècle n’a représenté aucun attrait particulier pour l’acteur.


«Non... c’est tout simplement l’histoire qui m’intéressait, peu importe l’époque au cours de laquelle elle aurait pu se dérouler. Il est quand même important que cette histoire ait lieu au début de la colonisation dans les Laurentides. C’est bien que les gens sachent d’où l’on vient et comment ce pays-là a été pensé, bâti», précise-t-il.


Roy Dupuis reconnaît que la vie, à cette époque, était dure. «Elle était plus dure qu’aujourd’hui, physiquement en tout cas. Moralement, socialement, je ne sais pas. Mais sur ces deux derniers plans, elle est probablement aussi dure aujourd’hui. Il semble y avoir plus de gens dépressifs aujourd’hui qu’à l’époque. Peut-être parce que le sens de la famille, de la communauté, du besoin des autres pour survivre est moins présent aujourd’hui», souligne-t-il.
 

Rassasié


Pour Roy Dupuis, c’est toujours un peu difficile, la première fois, de voir un film dans lequel il a joué. «Je ne me laisse pas embarquer par l’histoire. Il faudrait donc que je le revoie pour dire ce que j’en pense comme film... mais j’ai un bon feeling. La belle et grande histoire est encore là».


La beauté visuelle du film n’a par contre pas échappé à l’acteur. «Jean Lépine, le directeur de la photo, a fait du très beau travail et j’ai aussi eu beaucoup de plaisir à travailler avec lui. Jean a une belle attitude. Il est un gars d’équipe», souligne-t-il.


Roy Dupuis ne peut pas vraiment identifier des scènes précises dans lesquelles il a préféré jouer, mais il déclare que les scènes les plus émotives sont évidemment les plus satisfaisantes. «Quand on passe à travers de ces scènes-là et que l’on est content de ce qui vient de se passer, on en sort rassasié», précise-t-il.


L’acteur considère que ce fut notamment un cadeau pour lui de jouer avec Benoît Brière«Benoît a un talent incroyable. Il est là, toujours présent. Nous avons partagé une très belle complicité. Je retravaillerais avec lui, comme avec la plupart des gens avec qui j’ai travaillé, n’importe quand».


En terminant, Roy Dupuis se garde bien de dire ce qu’il aimerait que les gens ressentent en sortant de la salle après la projection de Séraphin – Un Homme et son Péché«Je leur laisse ça à eux. Je ne veux pas leur imposer ma vision du film. Le film leur appartient maintenant», conclut-il.


En terminant, Roy Dupuis a tenu à remercier les gens de St-Charles-de-Mandeville, dont l’accueil à l’endroit de l’équipe du film a été chaleureux. Ce qui est maintenant fait.
 



Source:
Le Journal de Montréal 
 

 

 
 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 16:51


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 


Séraphin sur 122 écrans

Le film Séraphin - Un Homme et son Péché, qui prendra l'affiche vendredi (29/11), sera projeté sur 122 écrans du Québec. Il s'agira d'un nombre record de copies pour un film québécois.

 
2002/11 - Séraphin d'hier à aujourd'hui

26 novembre 2002

 

Séraphin  d'hier  à   aujourd'hui


Par Paul Villeneuve 
 



Après avoir marqué l’imaginaire de plusieurs générations de Québécois, il n’est pas étonnant que le plus infâme des avares de notre littérature se retrouve, aujourd’hui, encore raconté au grand écran. Ce triste personnage, vous l’aurez deviné, est bien sûr Séraphin Poudrier, «héros» du roman Un homme et son péché, de Claude-Henri Grignon (1894-1976), publié aux Éditions du Totem en 1933.
 

À  la  radio


Bien reçu par la critique, ce roman qui dépeignait les mœurs paysannes vers la fin du XIXe siècle dans la région des Laurentides fut, six années plus tard, adapté pour la radio. Le premier épisode du feuilleton radiophonique Un homme et son péché fut diffusé sur les ondes de Radio-Canada le 11 septembre 1939. Les auditeurs ont alors pu entendre les voix de Séraphin (Hector Charland), Donalda (Estelle Mauffette), Alexis (Albert Duquesne) et de tous les autres personnages de leur entourage. L’émission était alors diffusée à raison de trois épisodes/semaine, d’une durée de 15 minutes chacun. La popularité de l’émission, qui serait diffusée à la radio de Radio-Canada durant vingt-quatre années, soit jusqu’en 1963, fut bientôt en ondes cinq jours/semaine.


Le 25 février 1963, CKVL commença à son tour à diffuser le feuilleton, mettant cette fois en vedette Jean-Pierre Masson, Andrée Champagne et Gabriel Gascon, que les téléspectateurs connaissaient déjà pour les avoir découverts dans le téléroman Les Belles Histoires des pays d’en haut. L’émission a tenu les ondes de CKVL jusqu’en 1965.
 

À  la  télé


Successivement réalisé par Bruno Paradis, Fernand Quirion et Yvon Trudel, le téléroman Les belles Histoires des pays d’en haut, qui compta 495 épisodes, fut diffusé à Radio-Canada du 8 octobre 1956 au 25 mai 1970. Ce qui en fait l’émission la plus populaire jamais présentée à notre petit écran. Depuis le 22 septembre dernier, Radio-Canada diffuse des épisodes des Belles Histoires les dimanches à 16 heures.
 

Au  grand  écran


Les personnages d’Un homme et son péché se sont par ailleurs retrouvés au grand écran bien avant aujourd’hui. Mettant en vedette Hector Charland, Nicole Germain et Guy Provost, le long métrage Un Homme et son Péché prit l’affiche le 28 janvier 1949. Une année plus tard, soit le 17 février 1950, on présenta la deuxième adaptation cinématographique du roman, tout simplement intitulée Séraphin. Le film mettait encore une fois en vedette Hector Charland, Nicole Germain et Guy Provost. Claude-Henri Grignon y jouait même un rôle secondaire.


Et voici que Québec-Amérique nous propose maintenant Séraphin – Un Homme et son Péché, qui prendra l’affiche partout au Québec à compter du 29 novembre...
 



Source:
Le Journal de Montréal 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 16:03


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 


19 novembre 2002
 

Une  expérience  unique  pour  les  comédiens
 

Par Michelle Coudé-Lord
 


Première, hier soir au théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, du film très attendu Séraphin – Un Homme et son Péché, de Charles Binamé, dont le tournage a commencé brutalement le jour même où New York était attaqué, le 11 septembre 2001!

 
2002/11 - Première de Séraphin / Une expérience unique pour les comédiens
2002/11 - Première de Séraphin / Une expérience unique pour les comédiens
2002/11 - Première de Séraphin / Une expérience unique pour les comédiens
2002/11 - Première de Séraphin / Une expérience unique pour les comédiens
2002/11 - Première de Séraphin / Une expérience unique pour les comédiens
2002/11 - Première de Séraphin / Une expérience unique pour les comédiens
2002/11 - Première de Séraphin / Une expérience unique pour les comédiens
 

Hier soir, Pierre Lebeau se rappelait comment il s’est senti ce jour-là. «Troublé et mal en dedans.» Ce qui ne l’a pas empêché d’embarquer totalement dans cette histoire de Séraphin Poudrier en 2002! Le comédien était soudainement fort heureux de ne pas avoir écouté certains de ses amis qui lui avaient conseillé de ne pas toucher à ce rôle pouvant faire mal à sa carrière... «Ils craignaient que je sois marqué du sceau de gros méchant. Or, pour moi, ce personnage sombre, troublant et très souffrant est un des moments forts de ma carrière d’acteur. Et je me dis que les gens sont capables de faire la part des choses. Je ne crois pas que Karine Vanasse (Donalda) reçoive des paniers de provisions chez elle et que, moi, certaines personnes veuillent me donner une raclée après avoir vu le film.»
 


Le  «pouvoir»


Le couple vedette de la soirée, Roy Dupuis (Alexis) et Karine Vanasse (Donalda), parlait d’une expérience très forte de tournage.


«C’est une histoire intense, passionnelle, dure et romantique. Il fallait la raconter. De plus, Séraphin est aussi très actuel car jamais nous n’avons été aussi individualistes, axés sur le profit et le gain propre. Nous vivons dans un monde rongé par la maladie du pouvoir et de l’argent. Or, Alexis, c’est tout le contraire. C’est la liberté de l’homme. Il est à mi-chemin entre la civilisation occidentale et autochtone. Alexis est beaucoup moins tourmenté et plus équilibré que mon ancien personnage d’Ovila», a ajouté en souriant Roy Dupuis.


À quelques pas de lui, Karine Vanasse multipliait les entrevues. À 19 ans, ce rôle de Donalda va marquer sa carrière. «Elle est incroyable du début à la fin. À son âge, avoir la chance de jouer un tel rôle est un énorme cadeau. Elle est vouée à une très grande carrière», confie Marie Tifo en se jetant dans les bras de la jeune comédienne. Marie Tifo incarne Délima Greenwood dans ce film: «C’est le Roméo & Juliette des temps modernes. Un grand film romantique populaire.»


Rémy Girard, le père Laloge, parle de l’importance de reprendre les grands classiques québécois. «J’espère que les jeunes viendront voir ce film qui n’a rien à voir avec la télésérie. L’histoire est différente.»


Benoît Brière, qui joue Jambe de bois, abonde dans le même sens. «C’est une histoire d’amour impossible, intemporelle. Un Homme et son Péché mettra un baume sur nos propres histoires d’amour, qui sont moins compliquées.»
 

Maudit  argent…


Une seule chose peut se rapprocher du Séraphin de l’époque: c’est la question d’argent... Charles Binamé, le réalisateur, rappelait hier soir à quel point le tournage fut compliqué à cause des budgets restreints... «On n’a jamais assez d’argent au Québec pour faire de beaux et grands films...» Les 6 M$ du budget ont été obtenus à l’arraché par les producteurs Guy Gagnon, d’Alliance Atlantis, et Lorraine Richard, de Cité Amérique. Tant au fédéral qu’au provincial, les gouvernements ne croyaient pas à un Séraphin des temps modernes...


«On nous disait que le public ne se déplacerait pas pour voir une Donalda...», raconte Guy Gagnon, tout sourires hier en ce soir de première et, surtout, de grande victoire. Après trois gros refus des gouvernements, les millions sont apparus.


«Ils ont compris que ça en valait la peine. Les années passent, mais les histoires d’amour restent et sont éternelles», rappelait avec justesse Louise Portal, Delphine Lacoste dans ce film.
 

Un  Séraphin  qui  affronte  Harry  Potter  le  magicien  sur  les  écrans...


Les producteurs espèrent des recettes de 3 M$! Le budget de promotion est de un million, du jamais vu! «Ça me faisait bien rire qu’aujourd’hui on parlait de pauvres recettes de 28 M$ pour le premier week-end de Harry Potter. De quoi faire retourner dans leur tombe tous les Séraphin du monde entier!», concluait le producteur.



Source:
Le Journal de Montréal 
 
 
Photo © http://www.louisejobin.com/parcours.htm

Photo © http://www.louisejobin.com/parcours.htm

 
 
 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 15:47


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
Roy Dupuis à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
Roy Dupuis à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
Roy Dupuis à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
Roy Dupuis à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
Roy Dupuis à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
Roy Dupuis à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
Roy Dupuis à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
Roy Dupuis à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
Roy Dupuis à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
Roy Dupuis à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché
Roy Dupuis à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché

Roy Dupuis à la table ronde autour du film Séraphin - Un homme et son péché

 


10 novembre 2002
 

Le  «making  of»  d'Un  Homme  et  son  Péché


Par Claude Langlois                                                      




Rarement un «making of» m'aura autant donné le goût de voir un film. Comme dirait l'autre, Raconte-moi... Un Homme et son Péché, que présente Radio-Canada aux Beaux Dimanches ce soir à 19h30, va vous donner le goût irrépressible d'aller voir le film de Charles Binamé qui sort bientôt sur nos écrans, ou je vous rends votre argent.


Film qui n'est pas un condensé des Belles histoires des pays d'en haut qui a passionné tout le Québec pendant seize ans à la télé, mais qui est plutôt l'adaptation du roman «Un homme et son péché» de Claude-Henri Grignon duquel avait été tirée la série et qui, somme toute, est assez différent de ce qu'ont connu les téléspectateurs...


Pari


Vous verrez dans le «making of» de ce soir les comédiens parler avec passion de leur personnage, de leur fierté d'avoir été choisis pour jouer dans cette histoire mythique, en quelque sorte, qui est au cœur de notre culture populaire. Vous serez fascinés de voir la justesse du casting, justement, la qualité générale de la production, la grande sensibilité de la musique de Michel Cusson.


Bref, à en juger par ce qu'on voit ce soir dans ce «making of» réalisé par Pierre Gagnon et sans même avoir vu le film, on peut déjà conclure que Charles Binamé a réussi son pari en s'attaquant à ce monument de notre imaginaire collectif, et on ne se trompe guère, je crois, en prédisant que son film Un Homme et son Péché sera un grand succès.



Source:
Le Journal de Montréal 




 
 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 14:57


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2001/11 - Séraphin, Donalda et Alexis au grand écran


15 août 2001 



Un  Séraphin  plus…  sensuel


Par Suzanne Gauthier
 

C’est le sexy Roy Dupuis qui campera Alexis Labranche, et c’est à la mignonne Karine Vanasse qu'on aurait confié le rôle de la douce Donalda dans Séraphin, film que Charles Binamé tournera à compter du 10 septembre.
 


Le  bel  Ovila
 

Après avoir fait se pâmer la province avec son personnage d’Ovila dans Les Filles de CalebRoy Dupuis se retrouvera dans la peau du prince charmant de Donalda dans le nouveau Séraphin, Alexis Labranche, ce personnage qui fut entre autres campé par Guy Provost.


Un Homme et son Péché et Les belles histoires des pays d’en haut ne nous ont pas habitués à des scènes sensuelles, mais lorsqu’on a un Roy Dupuis et une Karine Vanasse dans son objectif...
On nous dit donc qu’il y aura au moins un moment qui fera frémir les téléspectatrices québécoises, un fantasme qu’un des deux amoureux fera en rêve!
 

Un  beau  palmarès
 

Mis à part sa participation dans la télésérie Les Filles de CalebRoy Dupuis a de beaux succès à son palmarès: Nikita - Maurice Richard - Les Jumelles Dionne - Scoop, et c’est sans parler de sa participation à des pièces de théâtre et à plusieurs longs métrages.
  

Dans l’immédiat, mis à part Séraphin, qui sera tourné vers la mi-septembre, l’acteur de 38 ans sera aussi de la production du Dernier Chapitre, une télésérie tournée en français et en anglais portant sur les motards, que la SRC et CBC diffuseront l’an prochain.
 

Source:
Le Journal de Québec 

 

 
2001/11 - Séraphin, Donalda et Alexis au grand écran

 

10 novembre 2001
 

Séraphin,  Donalda  et  Alexis  au  grand  écran
 

Par Paul Villeneuve 
 


Sur les hauteurs boisées de Saint-Charles-de-Mandeville se cache un village d’une autre époque avec son église, son presbytère, son magasin général, son auberge, sa forge et ses maisons. Ce village est celui de personnages qui ont marqué l’histoire littéraire, radiophonique, cinématographique et télévisuelle québécoise: Séraphin Poudrier, Donalda Laloge et Alexis Labranche.


Charles Binamé y tourne le long métrage Un Homme et son Péché, dont le scénario s’inspire du roman du même titre signé Claude Henri Grignon, publié en 1933. Ses trois principaux personnages sont incarnés par Pierre LebeauKarine Vanasse et Roy Dupuis.
 


2001-11-seraphin-tournage 
 

Le  triangle
 

La productrice Lorraine Richard (Cité-Amérique) raconte que c’est Guy Gagnon, de la maison de distribution Alliance Atlantis Vivafilm, qui lança, au cours d’un lunch, l’idée que «ce serait l’fun de tourner un film qui serait quelque chose de classique». «Un Homme et son Péché, quand on y pense, est l’un de nos grands classiques», souligne la productrice.


Charles Binamé déclare qu’il a entendu parler de ce projet dès le retour de lunch de Lorraine Richard. La productrice et le réalisateur ont d’abord consacré deux jours de travail à schématiser le projet. «Notre souvenir de cette œuvre était très lié au téléroman, qui a duré quatorze années et qui comptait énormément de personnages. Lorsqu’on veut en faire un long métrage, l’histoire doit par contre être bien concentrée. Le trio est le cœur même de l’histoire. Donalda en est la princesse, Alexis, le chevalier. Et Séraphin, l’ogre. C’est le triangle», souligne Lorraine Richard.
 
 
Les  personnages
 

On avait donc conclu que le long métrage s’approcherait beaucoup du roman, dont l’action se déroule sur un an et un jour. Dans le film, on la situe deux années avant l’inauguration du «p’tit train du Nord». Tout le monde attend le train. Antonine Maillet a collaboré à la première version du scénario. Par la suite, Pierre Billon et Charles Binamé ont pondu la version définitive à partir du travail qui avait été fait.


Dans le long métrage, le public retrouvera une douzaine d’autres personnages qui ont fait la popularité du téléroman. Parmi ceux-ci: le père Laloge (Rémy Girard), Bidou (Robert Brouillette), Nanette (Céline Bonnier), le père Ovide (Julien Poulin), Jambe de bois (Benoît Brière), Délima (Marie Tifo) et le curé Raudin (Normand Chouinard). On y découvrira par ailleurs un nouveau personnage en la personne de l’enseignante Delphine Lacoste (Louise Portal). Dans le film, le marchand général ne sera plus Todore Bouchonneau, mais bien le père Laloge, qui se retrouve en mauvaises affaires par la faute de son fils Bidou. Séraphin en profitera alors pour offrir son «aide» en échange de la main de la belle Donalda.


Avec un budget d’un peu plus de six millions de dollars, on aura tourné Un Homme et son Péché en 38 jours. Il restera deux jours de tournage pour les scènes d’hiver. La sortie de Un Homme et son Péché est prévue pour décembre 2002.
 
 
«Bouleau  noir!»  -  revoici  Alexis
 

Après Gabriel Gascon et Guy Provost, c’est maintenant Roy Dupuis qui incarne le personnage d’Alexis Labranche, amoureux éconduit de Donalda.
 

«Alexis is back in town», lance Roy Dupuis qui, ce jour-là, tournait une scène où Alexis revient justement du bois. «L’histoire débute au printemps, mais je ne veux pas trop la raconter. Moi, je n’aime pas qu’on me raconte un film avant que je l’aie vu», souligne-t-il.


L’acteur a des souvenirs, en couleurs, des Belles Histoires.


«C’est loin, même que je ne me souviens pas d’avoir vu le téléroman en noir et blanc. Je me souviens d’ailleurs plus ou moins des personnages. Lorsqu’on m’a approché pour jouer le rôle d’Alexis, je ne savais donc pas trop à quoi m’attendre. Après avoir lu le scénario et que Charles m’a dit ce qu’il voulait en faire, j’ai été intéressé», déclare Roy Dupuis.
 
 
Plus  dramatique
 

L’acteur affirme que c’est l’histoire même de Un Homme et son Péché qui l’a séduit. «Je trouve que c’est une très belle histoire, beaucoup moins diluée que dans la télésérie», précise l’acteur.
 

Selon Roy Dupuis, le film sera beaucoup plus dramatique, intense. «On verra de grandes scènes dramatiques dans le film et je pense que les gens seront surpris. J’ai été ému par ces personnages presque plus gros que nature. Et tout ça est bien écrit, juste un peu au-dessus de la réalité, presque poétique parfois, avec le langage de l’époque qui est toujours le fun à retrouver quand c’est bien fait», souligne-t-il.
 

Roy Dupuis avait travaillé avec Charles Binamé pour le film C’était le 12 du 12 et Chili avait les blues ainsi que pour la télésérie Blanche«C’est plaisant de retrouver Charles. Nous nous entendons bien et c’est un beau tournage», souligne-t-il.
 

Roy Dupuis partage la plupart de ses scènes avec la jeune actrice Karine Vanasse«Karine est une très belle actrice. Et je précise. Quand je dis belle, je ne veux pas juste dire esthétiquement ou physiquement», conclut Roy Dupuis.

 

Source:
Le Journal de Montréal 

 

 

2001-11-journaldemontreal



 

 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Séraphin - Un Homme et son Péché
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 12:45


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 

Dans cette émission culturelle, diffusée le 10 septembre 2000, Roy Dupuis, aux côtés de Luc Picard, Isabelle Richer et Guylaine Tremblay rend hommage aux grands auteurs québécois.

 

 

«Quand on a réussi à attirer quelque 1,1 million de téléspectateurs pour Culture en direct, ça démontre qu'il y a un intérêt assez marqué» [pour la culture]
 

(Marc-André Côté / Les journées de la culture
Article Le Devoir du 23 septembre 2000)

 
 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Émissions télévisées

Présentation

  • : ROY DUPUIS EUROPE
  • ROY DUPUIS EUROPE
  • : ROY DUPUIS, exclusivement vôtre. Pour vraiment tout savoir sur cet extraordinaire acteur et comédien québécois.
  • Contact

Recherche