Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 19:26


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2002/03 - The Last Chapter/Le Dernier Chapitre

 

THE  LAST  CHAPTER  /  LE  DERNIER CHAPITRE
 
 

Genres/Catégories: Action / Télésérie dramatique

Réalisation: Richard Roy
 
Scénario: Luc Dionne
 
Producteur: Claudio Luca
 
Pays: Canada
 
Autres titres: The Last Chapter

Langues: français / anglais

Lieu de tournage: Montréal / Toronto

Durée: 6 épisodes de 45 min

Année de sortie ou diffusion: 6 mars 2002 (SRC) / 23 avril 2002 (CBC)

Musique: Michel Cusson
 


 
Interprétation:
 

Roy Dupuis  (Ross Desbiens)  et  Céline Bonnier  (Wendy Desbiens)
 
Marina Orsini  (Karen Durelle)

Michael Ironside  (Bob Durelle)

Fanny La Croix  (Sarah Durelle)

Morgan Freeman  (Jonathan Durrelle)

Dan Bigras  (Roots Racine)

Michel Forget  (Bill Guénette)  (Maurice Richard - Histoire d'un Canadien, 1999)

Maxim Roy  (Jennifer MacKenzie)

Frank Schorpion  (Zip O'Connors)  (Monica la Mitraille, 2004)

Andreas Apergis  (Bippy McGruder)

Jean Pierre Bergeron  (Philip Gabriel)  (Les Doigts croches, 2009)

Lorne Brass  (Danny Lazarus)

George Buza

Giancarlo Caltabiano  (Paul O'Connors)

Louis-Philippe Dandenault  (Steve Stewart)

Jean Deschênes  (Mêlé)

Don Fiore  (Pietro Giacalone)

Robert Jadah  (Alan)

Richard Lemire  (Snapper)

Francis-Xavier McCarthy  (Glen O'Sullivan)

Richard Zeman  (Ricky Jones)

Francis X. McCarthy  (Glen O'Sullivan)
 


Récompenses:

 - 2002 / Prix MetroStar Rôle masculin dans une télésérie québécoise: Roy Dupuis

 
 
Sources:

 

 

Synopsis:


La série raconte l'histoire d'une bande de motards qui tente d'étendre son territoire en Ontario. On suit le parcours de Bob Durelle (Michael Ironside), le riche et puissant chef des Triple Sixers avide de toujours plus de pouvoir, et de son ami Ross Desbiens (Roy Dupuis), chef de bande affirmé lui aussi, mais qui aspire plutôt à une vie rangée. Ils finiront par se faire la guerre, détruisant du même coup leurs familles et les liens profonds qui les unissaient.


 
La minisérie dramatique de six heures, réalisée en coproduction par les réseaux anglais et français de Radio-Canada, a été tournée simultanément dans les deux langues et diffusée sur les deux réseaux. Seuls quelques personnages (dont Michael Ironside) ont été doublés pour la version française. Quelque 4,7 millions de téléspectateurs ont regardé au moins une partie du premier épisode sur l’un ou l’autre des deux réseaux.

 
Elle a aussi valu à Céline Bonnier le Prix Gémeaux 2002 de la Meilleure interprétation féminine dans un rôle de soutien.
 


LC-d

LC-a

Snapshot(0)

LC-f

Snapshot(1)

LC-29-E6

Snapshot(3)

LC-19-E4

Snapshot(9)

LC-20-E4

 

 
 


VOIR  AUSSI  LES  PHOTOS  DU  FILM
EN  DIAPORAMA  GRAND  FORMAT  SUR
:


LC-08-E2https://picasaweb.google.com/THELASTCHAPTER


 

 


 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans The Last Chapter
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 19:14


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


 



Eh oui... Après avoir serré dans ses bras les chanceuses Marina Orsini des Filles de Caleb (suivi de Blanche), Macha Grenon de ScoopCéline Bonnier de Million Dollar Babies (depuis lors également devenue sa compagne de vie pendant une quinzaine d'années) et Peta Wilson de Nikita, c'est au tour de la délicieuse Karine Vanasse de pouvoir goûter aux lèvres «du fauve», d'un des hommes désormais les plus adulés de la planète depuis que l'irrésistible Michael Samuelle a fait le tour du monde.

Et personne ne s'en plaindra vu l'interprétation fabuleuse que cette toute jeune actrice (qui, à 17 ans déjà, ramenait chez elle un premier trophée de Meilleure actrice) nous livre dans Séraphin (un film monumental tant par l'histoire que par les paysages de toute beauté qu'on y découvre) dont on se demande vraiment pourquoi il n'a pas fait de sortie en France, sinon au cours de deux festivals (Cannes, en 2003 et Paris, en 2004). Allez comprendre...


 


Mais qu'en pense la directe intéressée 13 ans plus tard ?
Voici une petite vidéo à ne surtout pas manquer !!




 

http://fr.video.sympatico.ca/accueil/watch/karine-vanasse-nous-confie-cest-comment-dembrasser-roy-dupuis/4109302735001



 

 

Arrêt  sur  image


KarineVanasse-SOMais quittons maintenant la tendre Donalda pour une brève rencontre avec Karine Vanasse, faite femme, qui d'actrice est déjà passée à productrice (Polytechnique, 2009) et animatrice de gala (Prix Jutra 2009), en espérant qu'elle rende rapidement opérationnel son site officiel... et que le contenu soit à la hauteur de cette ravissante photo d'elle. Dans l'attente, une bonne biographie la décrivant depuis sa petite enfance jusqu'au tournage de Séraphin - Un Homme et son Péché est disponible sur cette page.

 


Capture-56 Capture-53 Capture-35 
 

2002 - Table ronde autour du tournage de Un Homme et son Péché à laquelle participaient tous les acteurs du film, guidés par Charles Binamé.
 
 
 
 
KarineVanasse 600S'amorce alors pour elle une carrière internationale; on peut lire un bon résumé, concis, de sa carrière sur LE CINÉMA.CA 
 
Et pour ceux (ou celles) qui souhaiteraient approfondir, un très bel article lui est également consacré sur ELLE QUÉBEC 
 
Nous ne la retrouverons plus au côté de Roy Dupuis..., mais bien sur les écrans français; c'est déjà ça! Alors, quittons-la sur ce très beau vidéo-clip qui nous la montre telle que nous l'avons connue dans Séraphin: fraîche et naturelle. À moins que vous ne la préfériez en femme fatale: dans ce cas, la superbe photo ci-jointe aura, je pense, de quoi vous satisfaire.


Good  luck, Karine, que la vie soit toujours douce et généreuse avec vous telle que vous l'avez été dans ce merveilleux film qui nous a fait tant pleurer.

 
           



Cette vidéo est propriété du site  http://cabinec.com/invites/karine-vanasse


 





 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Roy... & partenaires!
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 18:00


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


12 janvier 2002

 

«Le  dernier  chapitre»

Dans  l'univers  trouble  des  motards

 

Par Jean Bouchard

 


2002-01-12-7J 

 


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 


 

Source:

Article Magazine 7 JOURS


 

            
 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans The Last Chapter
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 17:30


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


13 novembre 1999


Le  Rocket,  un  vrai  héros!
 

Par Richard Therrien
 


1999-11-13-TV-Guide-2

 


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 



Source:

Article Pocket-Guide TV Hebdo
 



 
Repost 0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 16:49


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2002/03 - Le Dernier Chapitre: mêmes règles du jeu


9 mars 2002


Les mêmes  «règles  du  jeu»  pour «Le  dernier  Chapitre»  que  pour  sa carrière
 

 
Par Michelle Coudé-Lord
 



Au bout du fil, Roy Dupuis. Il est en vacances en Espagne mais prend le temps de faire la promotion de sa dernière série, Le Dernier Chapitre, dans laquelle il incarne un des personnages-clés, le motard Ross Desbiens. Auparavant, il aurait sûrement dit non à une telle entrevue, qui aurait dérangé son intimité. Aujourd’hui, à 39 ans, l’acteur dit «avoir compris et s’être habitué à cette réalité de son métier et ses règles du jeu».
 

Plus sage le grand Roy Dupuis? Sûrement mieux dans sa peau. On sent presque de la joie dans sa voix, et tout au moins une belle spontanéité. Oui, il a aimé travailler avec le réalisateur Richard Roy dans Le Dernier Chapitre, oui il a découvert un homme extraordinaire en Guy Ouellette, ce policier à la retraite spécialiste des bandes de motards criminels et conseiller de la série. «Il nous a guidés comme un père dans certaines scènes. Un être de vérité et de justice, j’ai apprécié ce contact.»
 

Tout comme il a aimé vivre ce retour au Québec. On le sait tous, la série Nikita, tournée à Toronto et vue dans plusieurs pays du monde, a fait de lui une vedette internationale. Mais Roy Dupuis n’a jamais oublié ses racines. «Le Québec, c’est mon chez-nous. C’est clair pour moi. Mes amours sont aussi au Québec», ajoute-t-il avec une grande certitude dans la voix. Parler davantage de ce sujet créerait un malaise et freinerait certainement l’élan naturel de mon interlocuteur. Parlons plutôt de ce retour marqué à la télé et au cinéma au Québec.
 

Après Le Dernier Chapitre, on pourra voir Roy Dupuis dans le film Un Homme et son Péché de Charles Binamé, en décembre prochain, dans lequel il joue Alexis. Et parmi les tonnes de projets qui atterrissent constamment sur sa table, il y a ce prochain film d’André Forcier. «J’ai hâte d’entrer dans son univers»; le rôle d’un joueur de golf pas banal l’attend, et peut-être le théatre. «Une bonne histoire, c’est tout ce qui m’intéresse. Une histoire qui me parle d’abord, par la suite le personnage viendra en moi.»
 

ET  LES  MOTARDS
 

C’est ainsi que Roy Dupuis a travaillé sa série Le Dernier Chapitre. Il ne s’est pas préoccupé de la réaction des gens parce que le sujet pouvait être, aux yeux de certains, dérangeant étant donné l’actualité que nourrissaient les bandes de motards criminels. «L’histoire dévoile un fait de société, le crime organisé chez les motards. Chaque personnage est un beau défi, celui de ce motard, Ross Desbiens, en est un. Le public ne doit pas oublier que c’est une histoire qu’on leur raconte.»
 

LE  BEAU  RÔLE...
 

Roy Dupuis ne cache pas qu’il est aujourd’hui libre de choisir les plus beaux rôles. «C’est un gros plus, je le sais, avoue-t-il. Je me sens déjà privilégié de faire ce métier, c’est fantastique d’avoir un certain choix. Je peux dire vraiment que j’aime cette vie-là, qui me permet de belles rencontres, d’aller de surprise en surprise. La vie est faite de beaux hasards et le métier d’acteur m’offre souvent des moments magnifiques.»
 

C’est ainsi qu’il espère offrir de beaux moments aux gens qui regarderont Le Dernier Chapitre. «C’était une belle gang, j’ai aimé y travailler.»
 

La dernière fois que Roy Dupuis a été mis en nomination au Québec pour un rôle dans une télésérie, ce fut en 2000 pour avoir interprété Maurice Richard dans Histoire d’un Canadien. Ce nouveau rôle dans cette télésérie de l’auteur à succès Luc Dionne marquera-t-il son grand retour dans le cœur des téléspectateurs québécois, qui n’ont jamais oublié leur Ovila national?
 

Roy Dupuis ne pense jamais à gagner des prix et aux soirées de gala. «Je fais ce métier parce que j’y suis bien. Et franchement, je peux dire en ce moment que la vie est bien belle pour moi.»
 
 

Source:
Le Journal de Montréal

 

 

LC-28-E5   LC-28-E5-b



 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans The Last Chapter
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 16:35


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

«Les 14 et 21 novembre, Radio-Canada présentera, aux Beaux Dimanches, une mini-série de quatre heures sur la vie du Rocket mettant en vedette Roy Dupuis»


1999-11-13-MRichard01
 
 

20 mars 1999

 

«Quels sont les autres projets qui vous occupent ces temps-ci parallèlement au tournage de Nikita?

Il me reste une journée de tournage pour clore ma participation à un documentaire portant sur la vie de Maurice Richard. Il y a un peu plus d’un an, j’ai incarné le Rocket dans la capsule La Minute du Patrimoine, mais cette fois, il s’agit d’un travail plus exhaustif. On fera usage de documents d’archives inédits, mais il y aura aussi un segment que je pourrais qualifier de fictif, c’est-à-dire que des comédiens joueront certaines scènes de la vie de Maurice Richard. Je me suis préparé à mon rôle en visionnant des films retraçant sa vie et sa carrière, et j’ai trouvé ça très intéressant.
 

Avez-vous eu la chance de rencontrer le grand hockeyeur?

Oui, et tout ce que je peux dire, c’est que notre rencontre a été très émouvante. M. Richard est un homme très touchant.»
 
 

(Pierre Plante / Extrait article Magazine 7 Jours - La nouvelle vie de Roy Dupuis)
 

 

 


1er mai 1999
 
 

«S’il accepte un rôle entre-temps, c’est que ce rôle en vaut vraiment la peine. «Il faut que ce soit artistiquement trippant.» Il a récemment pris six jours de vacances pour incarner le Rocket dans un documentaire produit par Robert-Guy Scully.
 

«Maurice Richard est quelqu’un d’important. Il a enterré le qualificatif de "petits Canadiens français" que nous étions. Il est devenu un symbole de réussite. Malgré lui, je crois, il a contribué au réveil de la nation. Il a été responsable d’une des premières révoltes des Québécois. C’est pour ces raisons que j’ai accepté le rôle.»
 
 

(Isabelle Massé / Extrait article Magazine 7 Jours / Roy Dupuis - Notre homme à Toronto)
 

 

 


Novembre 1999
 
 

«Entre nous, ç’a cliqué tout de suite»
 

Dans Maurice Richard, histoire d’un CanadienRoy Dupuis incarne le Rocket lui-même. Sans basses flatteries, le talentueux comédien nous est apparu plus beau que jamais, non seulement physiquement, mais intérieurement. Un peu – beaucoup? – grâce au havre de paix à la campagne dont il a fait l’acquisition voilà quelques années. Également, sans doute, parce que Roy s’est donné le droit au bonheur.
 

Roy Dupuis, que retenez-vous du rôle que vous venez de tenir?

Ce que j’ai bien aimé, ç’a été ma rencontre avec Maurice Richard. La première fois que je l’ai vu, c’était pendant le tournage de La Minute du Patrimoine (1997), donc bien avant celui de la série. C’est Robert-Guy Scully, le producteur, qui me l’a présenté. Il m’avait dit auparavant: «Ne t’en fais pas si Maurice Richard ne parle pas beaucoup. Il est très réservé.» Ç’a pourtant été tout le contraire; entre nous, ç’a cliqué tout de suite. Tout d’abord, on aurait dit que je le connaissais depuis très longtemps. Puis j’ai retrouvé chez lui toute l’énergie dont il a fait preuve au long de sa vie. Maurice Richard est quelqu’un que j’admire parce qu’il a toujours été à sa place. Il n’est pas devenu joueur de hockey pour accéder à une certaine célébrité; il a fait de sa passion son métier…
 

... Comme vous, non?

Peut-être. Mais en ce qui concerne le Rocket, je crois que c’est grâce aux qualités que je viens d’énumérer qu’il représente tant pour nous encore aujourd’hui. C’est quelqu’un de vrai. Pour les petits Canadiens français de l’époque, il a fait du hockey ce que le basketball a représenté pour les Noirs à un certain moment aux États-Unis: ce sport est devenu une façon d’améliorer sa condition sociale.
 
 

(François Hamel / Extrait article Magazine LE LUNDI / Roy Dupuis - Entrevue exclusive)


 

 

1999-m richard02

 

13 novembre 1999
 

Dans  la  peau  du  «Rocket»
 

Par Mario Brisebois
 


«J’ai voulu le rôle de Maurice Richard aussitôt que le producteur Robert-Guy Scully m’a fait part de son projet d’une minisérie.»
 

Ne doutez pas de la sincérité, des propos ni de l’engagement de Roy Dupuis dans la production Maurice Richard - Histoire d’un Canadien, dont la première de deux parties est diffusée demain aux Beaux Dimanches (Radio-Canada à 20h), en période de grands sondages.
 

Même s’il est débordé, travaillant entre douze et seize heures par jour, à Toronto, au tournage de nouveaux épisodes de la série américaine Nikita, le comédien a quand même trouvé le temps sur le plateau pour retourner le message des «Ondes».
 

Ce n’est pas la première fois que Dupuis se retrouve dans la peau d’un personnage qui ne tient pas de la fiction. Rappelez-vous Les Jumelles Dionne (Million Dollar Babies) où il jouait le rôle du père, et Les Filles de Caleb«Peu le savent, mais Ovila a aussi existé», dit-il.
 

Légende  vivante
 

Mais le Rocket, c’est gigantesque! C’est la passion du sport. De fait, c’est un héros et une légende vivante de notre société. Dupuis, fervent du hockey qui ne fait pas exception au large pourcentage d’amateurs qui seront au petit écran dans quelque 24 heures, car lui non plus n’a jamais vu jouer le Rocket, le sait. «Maurice Richard fait partie de notre culture. Ce qu’il a accompli représente quelque chose d’immense. Dans le temps, on nous appelait les "petits Canadiens français". Grâce à lui, le qualificatif "petit" est disparu. Il a été ce que le basket fut pour les Noirs», ajoute Dupuis.
 

Dupuis n’a pas échangé avec le Rocket durant la minisérie. «Notre rencontre est plutôt survenue au moment du tournage de la Minute du Patrimoine, lorsque Robert-Guy Scully m’a choisi une première fois pour incarner le Rocket
 

«Même si je savais, Robert-Guy m’avait prévenu que le Rocket était quelqu’un de discret et même secret. Or, il avait été au contraire très ouvert en gardant l’humilité qu’on lui connaît. On était presque devenus des chums. Cela étant dit, je souhaite qu’il aime ce qu’il verra ces deux prochains dimanches», poursuit-il.
 

En passant, Roy Dupuis ne sait pas s’il pourra regarder la série à Radio-Canada, demain. Il pourrait devoir retourner à Toronto, parce qu’il est trop débordé de travail. Chose certaine, il ne l’était pas trop cette semaine pour parler de son nouveau rôle.
 

Mi-fiction,  mi-documentaire
 

Maurice Richard - Histoire d’un Canadien est mi-fiction, mi-documentaire. Les images sont signées Jean-Claude Lord et Pauline Payette. Ceux qui ont déjà vu ont apprécié, même les connaisseurs. «C’est extrêmement bien fait», jugeait René Homier-Roy, qui s’y connaît en production, à la radio, hier matin.
 


Source:
Le Journal de Montréal
 



 
Repost 0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 16:29


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2002-Le-crime-paie

 

Février 2002


ROY  DUPUIS  TÊTE  D’AFFICHE
 
 
Par Étienne Marquis
 


Le Dernier Chapitre ne sera à l’antenne qu’en mars. Pourtant, l’ambiance trouble de cette série signée Luc Dionne excite déjà la curiosité des téléphiles. Roy Dupuis nous en donne un avant-goût.
 

Dans Le Dernier Chapitre, Roy Dupuis joue le rôle de Ross Desbiens, un homme qui a acquis sa fortune grâce à des activités criminelles; toutefois, il préférerait faire autre chose.
 

«C’est une sorte de tête avec des gros bras, explique l’acteur. Il sait où se placer. Il est le meilleur ami de Bob Durelle, le patron du chapitre de motards. Selon les autorités, Desbiens est récupérable, puisqu’il n’a pas de casier judiciaire. On peut dire qu’il est wise, parce qu’il a quand même fait son argent avec des activités criminelles... Cependant, tout ça ne lui plaît plus tellement et il aimerait sortir de ce milieu. À l’opposé, Bob Durelle souhaite que son chapitre passe des ligues mineures aux ligues majeures.»
 

UNE  SÉRIE  INTENSE
 

L’acteur précise toutefois que, dans cet univers de brutalité, la série examine beaucoup plus la psychologie des protagonistes que les scènes de bataille ou de meurtre. «C’est intense sans être trop violent, parce qu’on met en évidence les joutes de pouvoir entre les motards, la mafia et la police.»
 

Luc Dionne, qui avait saisi le public québécois avec Omertà, a écrit le scénario du Dernier Chapitre. Que pense Roy Dupuis de ces textes? «Ce sont eux qui m’ont décidé à participer à la télésérie. Le Dernier Chapitre comprend six épisodes que j’ai lus d’une traite. Je voulais toujours savoir ce qui allait se passer...»
 

On pourrait croire que sa décision de jouer dans cette production n’a pas été trop difficile à prendre, mais ce n’est pas le cas. «Après Nikita, je n’ai rien fait pendant six mois. J’avais décidé de prendre une pause parce que j’étais fatigué des allers et retours entre Montréal et Toronto. Au départ, quand on m’a proposé Le Dernier Chapitre, j’ai refusé. J’ai quand même lu le scénario et j’ai rappelé une semaine plus tard pour savoir si c’était encore possible de le faire.»
 

Par ailleurs, Roy sera l’une des vedettes de Séraphin, la nouvelle version des Belles Histoires des Pays-d’en-Haut, qui sortira en salle en 2002.

 

Source:
Spécial Téléromans / Entrevue
 




 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans The Last Chapter
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 15:55


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
2002/01 - Le Dernier Chapitre / Roman noir


Janvier 2002


LE  DERNIER  CHAPITRE
 


Par Étienne Marquis
 


ROMAN  NOIR
 

Cette série révèle les dessous d’un monde à la fois brutal et fascinant, souvent à l’opposé de ce que l’on imagine, celui des bandes de motards criminalisées.
 

Dans Omertà, Luc Dionne a décrit les coulisses de la mafia, une organisation puissante qui se donne une légitimité par des actions politiques et sociales malgré des activités criminelles. Avec Le Dernier Chapitre, il démasque le monde des motards, qui n’a que faire des belles apparences.

 
Les Triple Sixers forment l’une des bandes les plus puissantes du monde. Leurs activités criminelles – du prêt usuraire à la prostitution en passant par le trafic de stupéfiants – rapportent des sommes faramineuses. Le groupe a étendu sa toile dans plusieurs pays, dont le Canada, de Vancouver à Halifax. Il y a cependant une exception importante: l’Ontario.
 

COMBINES  ET  ASSASSINATS
 

Bob Durelle (Michael Ironside) se rend à Toronto afin d’y créer un chapitre des Triple Sixers. Or, son vieil ami et associé Ross Desbiens (Roy Dupuis) n’est pas du même avis. Les deux hommes s’entendent néanmoins pour que l’un organise une filiale en Ontario, pendant que l’autre forme une association rivale regroupant les motards dissidents. En divisant pour mieux contrôler le territoire, Durelle et Desbiens espèrent obtenir le monopole du marché de la drogue… et les profits.
 

Leur plan ne résiste cependant pas aux plus extrémistes de leurs associés. Les assassinats se multiplient et, bientôt, ni Durelle ni Desbiens ne peuvent arrêter la montée de violence qu’ils ont déclenchée. Peu à peu, le cercle se referme, et les complices de toujours deviennent ennemis.

 
Pendant ce temps, l’inspecteur Bill Guenette et le mafioso Pietro Giacalone (Michel Forget et Dom Fiore) suivent la situation de près, car cette guerre, si elle s’étend, risque d’éclabousser d’«honnêtes» citoyens.
 

DISTRIBUTION  TOUT  ÉTOILES
 

Le Dernier Chapitre fait une incursion dans un monde de violence, de froids calculs et de savantes machinations. C’est également un regard sur des êtres qui cachent des activités illicites derrière l’apparence de bonnes gens. Et dire qu’on leur donnerait le bon Dieu sans confession... Pour assurer le succès de cette télésérie, on a fait appel à un éventail d’acteurs pour le moins impressionnant, comprenant Marina Orsini, Céline Bonnier, Dan Bigras et même un certain Morgan Freeman. Mais ne vous méprenez pas, car ce Morgan-ci est en fait le garçon qui joue le rôle de Jonathan, le fils de Bob Durelle.
 
 

Source:
7 Jours - Spécial Téléromans




 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans The Last Chapter
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 15:07


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


22 septembre 2001

 

DE  LA  MAFIA  AUX  MOTARDS

 
Par Isabelle Massé
 
 

2001-journal1wd-b




«Dix ans après Les Filles de Caleb, Marina Orsini et Roy Dupuis se retrouvent devant la même caméra... mais pas sous les mêmes draps!»
 

L'impact d'Omertà sur le milieu télévisuel québécois n'est plus à prouver. Le scénario en béton de Luc Dionne a élevé d'un cran la qualité des téléséries ici... et on s'attend désormais à beaucoup de son auteur! Après s'être immiscé dans l'univers des mafieux montréalais, pendant trois saisons, il a cette fois décidé de flirter avec les motards. Les criminels organisés qui ont failli envoyer le journaliste Michel Auger au ciel l'an dernier. Ceux qu'on prend invariablement pour des brutes avides d'argent, de poudre blanche, et qui n'en ont que pour les règlements de comptes.
 

Mais si Luc Dionne a accepté de transgresser encore une fois la loi du silence, c'est pour livrer une histoire plus humaine que brutale, où les relations amoureuses et familiales prennent étonnamment le dessus sur les relations d'affaires.
 

Montrer que même les motards ont un cœur? Toute une commande! Dans Le dernier Chapitre, sa télésérie de six heures qui sera présentée en même temps à Radio-Canada et à CBC en mars 2002, les motards semblent mener une belle vie. Certains ont largement récolté les fruits de leur labeur et vivent dans des châteaux dignes des couvertures de magazines déco. En fait foi la maison de Bob Durrelle, un des personnages principaux qui a pour mandat d'ouvrir un chapitre des Triple Sixers à Toronto, seul territoire que la puissante organisation n'a pas envahi au Canada.
 

«Je montre les motards sous un autre jour, explique Luc Dionne. Et ce, sans porter de jugement sur leur vie. Dans une télésérie sur la F1, par exemple, pourquoi filmerais-je des scènes de course, alors que les réseaux de télévision y arrivent parfaitement toutes les deux semaines en installant leurs caméras partout sur les pistes? Je tiens à montrer des choses intéressantes à l'écran. Les motards sont mariés et ont des enfants. Ils ont deux vies. Ça me fascine. Comment arrivent-ils à les conjuger?»
 

«Vous avez déjà vu des motards dans de telles émissions?» demande Claudio Luca, producteur de la télésérie de 9,5 millions de dollars. «On ne les voit à la télé que lorsqu'ils passent en cour, assistant à des funérailles ou qu'ils se font arrêter. Il existe des motards fortunés. Certains doivent bien profiter des millions récoltés par leur organisation, sinon il ne feraient pas ce métier».
 

Dans Le dernier Chapitre, Roy Dupuis incarne Ross Desbiens, un riche motard qui aimerait toutefois s'éloigner de ce milieu si turbulent. «J'incarne le boss d'un chapitre», explique le comédien. «Un intouchable. C'est le meilleur ami de Bob (Michael Ironside). Un gars brillant qui aime la vie, qui est amoureux de sa blonde, qui n'a tué personne et qui n'a pas de casier judiciaire. Il n'a pas vraiment d'ennemis, car ce n'est pas un motard qui a beaucoup d'ambition. On lui fait confiance. C'est le genre de gars récupérable. Il a fait de l'argent et veut maintenant s'en sortir.»
 

Il effectue un retour devant la caméra aux côtés de Marina Orsini, sa douce moitié des Filles de Caleb. Mais n'espérez par le retrouver dans ses bras... Pardon mesdames! La comédienne incarne plutôt l'épouse de Bob Durrelle. «Karen, mon personnage, arrive à une étape de sa vie où elle désire autre chose. Elle n'en peut plus de vivre dans la peur. Voir son fils de 14 ans sembler suivre les traces de son père la perturbe. Elle est prisonnière dans une tour d'ivoire et elle sent qu'elle perd le contrôle de sa vie. Malheureusement, on ne sort pas aussi facilement de ce milieu qu'on y est entré».
 

«Le Dernier Chapitre est le premier projet que j'ai accepté depuis la fin de Nikita», affirme Roy Dupuis. «J'ai lu le scénario d'un trait... mais j'ai d'abord refusé le rôle qu'on m'a offert. Après Nikita, je me suis remis en question. Certains événements m'ont fait réfléchir pendant six mois. J'ai dit non à pas mal tout. Mais le scénario de Luc Dionne m'est resté en tête pendant une semaine. J'ai rappelé pour savoir si ça tenait toujours. C'était peut-être un signe que je devais m'y remettre.»
 

Doublement, car il joue en même temps dans Un Homme et son Péché. Les deux tournages se chevauchent pendant trois semaines. Celui du Dernier Chapitre se termine le 19 novembre. Même si l'histoire se déroule principalement en Ontario, la plupart des scènes ont été réalisées au Québec. «Mon histoire est basée sur l'émotion, sinon j'aurais fait un documentaire», dit Luc Dionne. «Les motards ont un code vestimentaire, une hiérarchie plus structurée encore que l'armée, une façon particulière de parler et de communiquer, mais tout cela n'est qu'une toile de fond. Dans une bonne dramatique, l'histoire est secondaire. On s'attache davantage aux personnages. On ne se souvient pas de ce que Séraphin Poudrier a fait dans Les Belles Histoires des pays d'en haut, mais on se souvient de l'homme.»
 
 

Source:
La Presse



 

 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans The Last Chapter
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 14:35


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

17 juin 1997
 

Roy  en  Rocket



Un court film est tourné ces jours-ci sur Maurice Richard, interprété par Roy Dupuis.



Le célèbre numéro 9 du Canadien entre ainsi dans la série didactique Minute du Patrimoine, qui découle d'un projet de la Fondation Charles R. Bronfman.
 

Dans ce court métrage, réalisé par François Labonté, un épisode survenu en décembre 1944 montrera comment le personnage de Maurice Richard a acquis une dimension héroïque auprès du public canadien-français.
 

Selon le producteur Robert Guy Scully, une série télévisée sur Maurice Richard est également prévue pour l'an prochain.


Source:
Archives Le Devoir - www.ledevoir.com
 
 

1997-MR-MDP
Cette capsule publicitaire et historique est visible sur
http://www.histori.ca/minutes/minute.do?id=10492


 

«Ce court documentaire racontait le match où le Rocket s'était permis une incroyable performance de cinq buts et trois aides, avec une épaule endolorie et une journée de déménagement derrière lui. Ça se passait le 28 décembre 1944.
 

Dans cette Minute du Patrimoine, on voit Marc Beaucage (qui incarne Elmer Lach, coéquipier de M. Richard à l'époque) avancer vers Maurice Richard, joué par Roy Dupuis, et lui donner un coup de poing sur l'épaule sensible pour lui souhaiter la bienvenue, avant le match. Le Rocket grimace de douleur. Beaucage se retourne et sourit.
 

Maurice Richard avait assisté à une partie du tournage, qui avait duré une douzaine d'heures.»


Source:



 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Documentaires