Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 15:47


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 







 

 

 
 
1996-AL-poster Aire  libre
 


Genres/Catégories: Film de fiction
 
Réalisation: Luís Armando Roche
 
Scénario: Jacques Espagne / Luís Armando Roche
 
Pays: Canada, Québec / France / Venezuela
 
Langues: Espagnol / Français
 
Langue de tournage: Espagnol
 
Année et lieux de tournage: Mars-Avril 1995 / Caracas (Venezuela)

Année de production: 1995
 
Sortie en salle: 1996 / 25 juin 1997 (France)
 
Durée: 1h 36'
 
Autres titres: Out in the Open / Passage des hommes libres / Passage of Free Men
 
Direction artistique: Gérald Römer
 
Costumes: Éva Ivanji
 
Images: Vitelbo Vasquez
 
Montage images: Esperance Ruiz
 
Musique: Federico Ruiz
 
Son: Ismaël Cordeiro / Louis Dupire (Conception)
 
Montage sonore: François Dupire / Alice Wright
 
Producteurs: Suzanne Girard / Morelba Pacheco / Marie-Françoise Roche / Henrique Vera
 
Société de production: Morelba Productions / Producciones 800 C.A. (Venezuela) / Productions Bleu Blanc Rouge (Québec)
 
Distributeur France: Colifilms Distribution
 
Vente à l'étranger: KWA- Kevin Williams Associates

 


Interprétation:
 
Carlos Cruz  (Pedro Montanar)
 
1995-AL-CarlosCruz
Armando Gota

Sacha Hidalgo

Roy Dupuis (Aimé Bonpland)  et  Dora Mazzone  (Ana Villahermosa) 

 

Dimas Gonzalez

Victoria Robert

Christian Vadim  (Baron von Humboldt)
 
Wolfgang Preiss

Orlando Urdaneta
 


Sources:

Québec Audiovisuel

 
  

 

 


Synopsis:


Le film évoque la jeunesse des deux hommes. Lorsque Alexandre Von Humboldt, qui consacre ses dernières forces à rédiger l'aboutissement de ses découvertes, apprend avec surprise la mort de son ami Aimé Bonpland qu’il n’a pas revu depuis 50 ans et qui est retourné sous les tropiques pour compléter ses collections, mais surtout pour étudier les Indiens, les Métis et les Péons et au milieu desquels il vient de s'éteindre, il se souvient de leurs moments de vie commune à la lumière de quelques-uns des faits les plus marquants de leur voyage au Venezuela: leur jeunesse, leur enthousiasme, leur désir de nouvelles connaissances scientifiques et humaines, la prédilection de Bonpland pour le terrain et sa passion pour les femmes, le choix d’Alexandre de se lancer dans la publication de leur voyage et sa recherche des honneurs.


Au tournant du XIXe siècle, ces deux grands scientifiques naturalistes européens, humanistes, démocrates convaincus, partent dans la partie Nord du continent sud-américain à la recherche de nouvelles plantes et de minéraux, mais aussi de la mythique rivière Casiquiare qui ferait communiquer l'Orénoque et l'Amazone. Ils devront affronter la réalité, souvent belle mais aussi impitoyable, de sorte que ce voyage au «Pays des merveilles» se transformera en parcours initiatique qui les marquera à jamais. En plein coeur de la jungle, accompagnés d'un jeune maître d'école vénézuélien, ils se retrouvent vite impliqués dans la politique locale et deviennent des observateurs primaires des crimes commis par les Espagnols sur la population indienne.


«Au-delà du contexte historique, ce film raconte avant tout l'histoire d'une véritable amitié, d'une vraie rencontre entre deux mondes. Mobilisés par la même cause - l'amour des gens et de la nature - Humboldt (Christian Vadim) et Bonpland (Roy Dupuis), partent à la découverte du Nouveau Monde et rencontrent Pedro (Carlos Cruz), le maître d'école. Ces hommes que tout sépare, pas seulement la distance géographique, mais aussi leur culture, se retrouvent et se découvrent des choses en commun qui vont bien au-delà de la distance géographique, de leur culture et de ce qu'ils tiennent pour acquis. Ce qui est beau, c'est cette initiation mutuelle. Et ce qui est formidable, c'est que cette histoire s'est aussi produite sur le plateau, entre les membres d'une équipe franco-vénézuélienne qui ont su se découvrir dans l'accomplissement du film.» (Morelba Pacheco, productrice)
 

«Certains éléments de ce film sont inspirés de faits historiques, les personnages du Baron Von Humboldt et du Dr Bonpland, ainsi que leurs carnets de voyages, ayant réellement existé.» (Québec Audiovisuel)

 


1995-AL-c
Photo:



199-AL-cover


 
 


 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 1996-2000
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 14:30


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 

1993-Blanche 

 
1993-Blanche 
 
1993-Blanche 
 

Blanche



Genres/Catégories: Drame historique / Étude des moeurs / Télésérie romantique


Réalisation: Charles Binamé


Scénario: Andrée Pelletier / Louise Pelletier


Pays: Canada, Québec


Langue: français


Durée: 13 épisodes de 60 min


Année de sortie ou diffusion: 23 septembre 1993


ProducteurMichel Gauthier


Producteur délégué: Monique H. Messier / Lorraine Richard


Source originale: Roman d'Arlette Cousture, Le Cri de l'Oie blanche)


Images: Thomas Vamos


Prise de son: Louis Collin / Claude Hazanavicius / Pierre Tessier


Montage: Michel Arcand (Image) / Louis Collin (Sonore)


MusiqueRichard Grégoire


Direction artistique: Ronald Fauteux


Costumes: Michèle Hamel


Production: Cité-Amérique


Distribution: Cité-Amérique International
 



Résumé:

Blanche est la suite de la populaire série Les Filles de Caleb. Blanche (Pascale Bussières) est la fille d'Émilie Bordeleau, celle qui est née dans la neige dans la série précédente. On la retrouve une vingtaine d'années plus tard alors que la pauvreté sévit à Montréal et que, dépitée de n'avoir pu accéder à la profession de médecin en ces temps réservée exclusivement aux hommes, devenue infirmière, elle se rend en Abitibi soigner les habitants de ce territoire nouvellement colonisé. C'est là qu'elle rencontre Clovis (Patrice L'Écuyer), l'homme dont elle tombera follement amoureuse.




Interprétation:


Dorothée Berryman  (Jack Paradise, 2003)

Jean-François Blanchard

Jennifer Boivin

Céline Bonnier

Raymond Bouchard (Duhaime)

Reynald Bouchard

Geneviève Brouillette (Marie-Ange Pronovost)

Robert Brouillette (Paul Pronovost)

Pascale Bussières (Blanche Pronovost)

Jean-Raymond Châles

Marie-Ève Champagne

Michel Charette (Thibeault)

Benoît Dagenais

Martin Dion

Hugo Dubé (Joachim Crête) (Les Filles de Caleb, 1990 / Being at Home with Claude, 1992 / Maurice Richard - Histoire d'un Canadien, 1999 / Monica la Mitraille, 2004)

Marilys Ducharme (Blanche Pronovost, jeune)

Roy Dupuis (Ovila Pronovost)

Michel Forgues

Marie-Thérèse Fortin

Roger Garceau

Amulette Garneau

Rémy Girard (Mari de Marie-Ange)

Françoise Graton

Elise Guilbault (Femme médecin)

Jonathan Join

Patrice L'Ecuyer (Clovis) (L'Héritage, 1987 / Bye, Bye 1991 / L'homme idéal, 1996)

David La Haye (Napoléon) (Dans le Ventre du Dragon, 1989 / Urgence, 1996)

Martin Larocque

Jean-Sébastien Larouche

Dominique Leduc (Adélaïde Lefebvre)

Marie-Claude Lefebvre

Hélène Loiselle

Jacques Lussier (Henri Douville)

Albert Michel (Jeune médecin)

Pierre Monet-Bach

Pascale Montpetit (Marie-Louise) (C'était le 12 du 12 et Chili avait les blues, 1994)

Swann Morin

Marina Orsini (Émilie Bordeleau)

Caroline Ouellette

Lorraine Pintal

Gérard Poirier

Luc Proulx

Anne-Marie Provencher

Guy Provost

Lénie Scoffié

Valérie Valois

Noémie Yelle




Récompenses:


FIPA d'Or de la meilleure télésérie. Cannes. 7e Festival int. de programmes audiovisuels. 1994

«Gold Medal» de la meilleure série dramatique. New York. 1993 Award Comp. for TV Programming and Promotion

- Prix Gémeaux de la meilleure série dramatique. Montréal. 9e Édition des Prix Gémeaux. 1994

- Prix Gémeaux de la meilleure réalisation à Charles Binamé. Montréal. 9e Édition des Prix Gémeaux. 1994

- Prix Gémeaux du meilleur maquillage à Louise Mignault. Montréal. 9e Édition des Prix Gémeaux. 1994

Prix Gemini (7 catégories) Montréal 1994
 


Sources:
 

http://collections.cinematheque.qc.ca/filmo_repertoire.asp?tpl=repertoire&id=14410


 






 

 


18 août 1992


«Les  Filles  de  Caleb»,  tome  deux,  en  tournage
 

Par Paule des Rivières
 


On a ri, on a pleuré et les commanditaires en ont redemandé. Avant même qu'elles ne disparaissent du petit écran, il était évident que Les Filles de Caleb n'avaient pas dit leur dernier mot. Dans une semaine donc commence le tournage des dix épisodes de Blanche, inspirée du tome deux du best-seller d'Arlette Cousture.
 

Le tournage débute en Mauricie mais l'équipe se déplacera beaucoup plus que lors du premier tournage, notamment pour se retrouver en Abitibi où M. Duhaime (qu'incarnera Raymond Bouchard) accueillera les nouveaux colons. Plusieurs scènes seront tournées à Montréal également. La multiplication des lieux de tournage augmente du même coup considérablement le nombre de figurants. Ils seront au moins de 1000. Elle augmente aussi les coûts puisque 20 épisodes des Filles de Caleb avaient coûté 13 millions$ et 10 épisodes de Blanche coûteront 9,8 millions$.
 

Téléfilm Canada, Radio-Canada - qui diffusera la série à l'automne 1993 -, Ro-na Dismat et Provigo (qui vient prendre la place de Steinberg comme commanditaire), le ministère des Finances du Québec, Alliance International et Cité-Amérique, qui produit la série, ont réuni les deniers nécessaires à la production.
 

À la réalisation, Charles Binamé remplace Jean Beaudin. M. Binamé dirigera, outre les comédiens de la première série, Rémy Girard, qui incarnera Georges, le mari de Marie-Ange, qui est la soeur de Blanche. David La Haye jouera Napoléon Frigon, l'amoureux de Blanche. Pascale Montpetit sera Marie-Louise Larouche, l'amie de Blanche. Le rôle titre, on le sait, revient à Pascale Bussières.
 

Mais les mordus pourront, s'ils comprennent l'anglais, se tourner vers CBC dès cet automne car le réseau présente Les Filles de CalebMarina Orsini et Roy Dupuis ont doublé eux-mêmes leur voix, dans l'espoir de minimiser le choc du doublage, auquel les Canadiens anglais, tout comme les Américains, sont très rébarbatifs, pour ne pas dire franchement hostiles.
 

Les Filles de Caleb, que trois millions de Québécois ont regardée en 1990, a été vendue dans 10 pays, excluant la France, où l'accent québécois faisait tiquer trop de monde. Mais Cité-Amérique est à mettre la dernière main à une entente avec la France, pour la présentation de la série là-bas. Les Français ne voulant rien entendre de l'accent québécois, il y aura doublage, mais la série sera doublée ici, ce que le producteur considère comme une victoire. Car l'industrie du doublage en France est puissante et n'accepte pas facilement de céder la place à d'autres. «De cette manière, on garde le contrôle du ton de la série», commentait hier le porte-parole de Cité-Amérique.
 

Source:
Archives Le Devoir -  www.ledevoir.com 
 

 

 
1993-Blanche-pic-02     1993-Blanche-pic-01 
 
 

 




18 septembre 1993


«Blanche»  devrait  répéter  l'exploit  des  «Filles  de  Caleb»


Par Pierre Cayouette



Jeudi prochain (23/09/93), à 20h, les téléspectateurs n'auront plus besoin des circuits de Tel-Aide. Plus personne ne sera choqué ou traumatisé. Plus personne n'aura besoin d'un psychologue ou d'un psychiatre pour regarder la télévision... Car les Garçons de Saint-Vincent et leurs supérieurs pédophiles auront enfin quitté l'écran pour faire place à la remarquable télésérie Blanche.



Deux défis considérables attendaient les producteurs cette nouvelle télésérie, Cité-Amérique et la SRC. Il leur fallait d'abord oublier la pression engendrée par le succès gigantesque des Filles de Caleb. Trois millions de Québécois avaient regardé la télésérie: difficile de répéter pareil exploit. Il fallait aussi créer une héroïne du petit écran qui respecte la nature discrète et très subtile du personnage du roman d'Arlette Cousture. Il fallait et il faudra enfin faire oublier le mythique couple Marina Orsini (Émilie) - Roy Dupuis (Ovila).



Sur la foi des deux épisodes (le premier et le troisième) présentés à la presse cette semaine, il ne fait aucun doute que les producteurs ont su relever ces nouveaux défis. Blanche fera assurément des ravages. La télésérie devrait atteindre sinon surpasser les cotes d'écoute phénoménales des Filles de Caleb. Et, comme le prédisait récemment Michèle Fortin, responsable de la programmation à Radio-Canada, rafler une brochette de prix Gémeaux.



Ce sera assurément un succès parce que les producteurs y ont mis l'argent nécessaire. Pour réaliser les 11 épisodes d'une heure, ils ont dépensé 9,8 millions$, un budget à la mesure des 120 décors, 160 rôles parlants et 1500 figurants.



Dès les premières minutes de la télésérie, on goûte toute la splendeur et toute la finesse des images du directeur photo Thomas Vamos. On retrouve avec le même bonheur la musique de Richard Grégoire. La continuité est assurée. Mais il y a plus.



Si les Québécois avaient eu un coup de coeur pour Marina Orsini dès le début des Filles de Caleb, il est à prévoir qu'ils succomberont tout autant à Pascale Bussières (Blanche).



On avait pu, à ce jour, la voir dans La vie fantôme de Jacques Leduc en 1992, un rôle qui lui avait permis de rafler le Prix de l'interprétation féminine au Festival des Films du Monde de Montréal, et dans quelques téléromans.



Cette fois, son talent éclatera au grand jour, au profit d'un plus vaste public. Autant Émilie Pronovost était exubérante, bouillante, autant Blanche Pronovost est réservée, intérieure, sensible.



Superbement guidée par le réalisateur Charles Binamé, Pascale Bussières joue avec finesse, émotion et authenticité. Son doux visage, comme le note Thomas Vamos, dégage une profondeur, une intériorité et une mobilité fascinantes.



La télésérie raconte l'histoire de Blanche, fille d'Émilie Pronovost. L'action se déroule entre les années vingt et les années quarante. On y trouve un fidèle portrait des valeurs de l'époque. Pour les femmes, la question fondamentale, le choix entre la carrière et le foyer, s'y pose pour la première fois.



Blanche ne veut pas faire la même vie que sa mère. Follement amoureux d'elle, Napoléon Frigon (David La Haye), étudiant en droit, lui trace pourtant un scénario alléchant: une vie consacrée à élever de nombreux enfants. Elle refuse, animée par l'ambition tenace d'entreprendre des études universitaires en médecine.



Le discours que livrera Monseigneur Bégin (Roger Garceau) sur la nécessité pour la femme de demeurer à la maison la laissera de glace. Blanche s'installe à Montréal. Elle tente en vain d'entrer à la très masculine faculté de médecine. Le mépris du responsable des admissions l'ébranlera fortement. En revanche, elle sera admise à l'école d'infirmières après un malheureux séjour dans une école où l'on forme des secrétaires parfaites.



La série sera l'occasion d'intéressantes découvertes pour le grand public. Pascale Montpetit, que l'on a pu voir au théâtre dans Ines Pérée et Inat Tendu en 1991 et dans le film H, fera des malheurs dans son rôle de Marie-Louise Larouche, une fille simple, directe, dégourdie et, surtout, extrêmement attachante.



Il faudra attendre au septième épisode avant de voir Patrice L'Écuyer dans le rôle de Clovis Lauzé, un grand romantique amoureux de Blanche.
 



Source:
Archives Le Devoir - www.ledevoir.com

 



 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans Blanche
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 14:07


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


Roy Dupuis, le héros... de toute une décennie!

 


2012-7J-Retrospective-1
«Roy Dupuis
venait à peine de sortir de la peau du bel Ovila dans Les Filles de Caleb qu'il prenait l'allure d'un journaliste branché dans Scoop. Dans cette télésérie comme dans la précédente, il est vite devenu l'idole de ces dames!»

 

 


Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 


 

Source:

Article Magazine 7 Jours

 

 


 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans Scoop
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 13:26


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 

8 décembre 1994


«Scoop»:  entre  la  réalité  et  la  fiction


Par Paule des Rivières



Ceux qui travaillent dans le milieu journalistique savent que l'univers de Scoop relève davantage de la fiction que de la réalité. Pourtant, c'est parce qu'ils menaçaient de trop s'approcher de la réalité que la Société Radio-Canada a conseillé aux auteurs de la série, Fabienne Larouche et Réjean Tremblay, de modifier leur scénario ou de retarder la présentation des derniers épisodes de Scoop IV, qui débute en janvier.



Les scénaristes avaient imaginé un référendum sur l'avenir du Québec. Mais le service du contentieux de Radio-Canada, craintif, leur a fait remarquer que les épisodes portant partiellement sur le référendum risquaient d'avoir lieu en même temps que le vrai référendum dans la vraie vie, et qu'il valait donc mieux, ou changer le scénario, ou retarder la présentation des épisodes.



«La fiction se serait passée en même temps que la réalité, soulignait, hier, Fabienne Larouche», en refusant de parler de censure et en disant que les parties s'étaient entendues pour modifier le scénario. «Nous allons plus loin et ce sera, je crois plus intéressant.»
 


Source:
Archives Le Devoir -
www.le devoir.com




 1995-01-SccopIV

 Janvier 1995

 




Scoop IV


Réalisation: Pierre Houle (Épisodes 1 à 7) / Alain Chartrand (Épisodes 8 à 13) 
 
Scénario: Fabienne Larouche / Réjean Tremblay
 
Année de sortie ou diffusion: Janvier 1995
 
Durée: 13 épisodes de 60 min
 


Interprétation:
 

Avec aussi:
 
Geneviève Angers  (Isabelle Girard)

Nathalie Breuer  (Virginie Roberge, maîtresse du juge Gingras)

Rashell Casimir  (Aicha Traoré, fiancée de Philippe Charlemagne)

Marie-Josée Caya  (Sylvie Vézina)

Andrée Champagne  (Maude, soeur de Yolande Rousseau)

Pierre Chagnon  (Bruno Sanderson, garde du corps d'Émile Rousseau)

Catherine Colvey  (Maureen Foster, éditorialiste à L'Express)

Jacques Desrosiers  (Juge Simon Gingras)

Denise Filiatrault

Chantal Fontaine  (Odile, cousine de Stéphanie Rousseau)

Benoît Girard

Pierre Gobeil

Jacques Godin

Danielle Godin  (Marielle)

Claude Grisé

Rita Lafontaine

Roger Léger (Marcel Brisset, président du syndicat de L'Express)  (Roche Papier Ciseaux, 2013)

Claude Lemieux

Hubert Loiselle

Benoît Marleau

Pascale Montpetit

Julien Poulin  (Journaliste au sport à La Nouvelle)

Danielle Proulx

Pierre Rivard  (Rodger Lacroix, caricaturiste au Scoop)

Michael Rudder

Gisèle Schmidt

Yves Soutière  (Philippe Charlemagne, éditorialiste du Scoop)

Lionel Villeneuve  (Dr Marius Trottier, médecin d'Émile Rousseau)
 

Source:

2007-07-7J


 
 


2 octobre 1995


Par Mario Cloutier - PC




Montréal - Hier soir, six émissions ou séries ont remporté trois prix au 10e Gala des Prix Gémeaux, animé encore une fois par Normand Brathwaite: Scoop IV, Montréal P.Q., Les grands Procès, Miséricorde, M'aimes-tu? et Zap II...



... L'Académie canadienne du cinéma et de la télévision a aussi doublement souligné le talent du comédien Rémy Girard en lui décernant deux prix d'interprétation.



Par ailleurs, les membres de l'Académie ont fait preuve d'une belle cohérence en récompensant les auteurs des téléromans et séries primés. Victor-Lévy Beaulieu a été honoré pour l'écriture du meilleur téléroman, Montréal P.Q., alors que le couple Fabienne Larouche/Réjean Tremblay a reçu un Gémeau pour le texte de la meilleure série dramatique, Scoop IV.



Source:
Archives Le Devoir - www.ledevoir.com
 

 

   
 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans Scoop
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 13:15


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


8 janvier 1994


Roy  Dupuis:  amis  et  collègues  lui  rendent  hommage


Par Jean-François Brassard 

 


1994-01-StarPlus-3 



Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 


 

Source:

Article Magazine STAR PLUS

 

 


 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans Scoop
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 13:00


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


1991-92-Scoop
 

Scoop  III
 

Réalisation: Pierre Houle (Épisodes 1 à 8) / Johanne Prégent (Épisodes 9 à 13)
 
Scénario: Fabienne Larouche / Réjean Tremblay
 
Année de sortie ou diffusion: 13 janvier 1994
 
Producteur: Christian Gagné / Louise Gendron / Daniel Proulx
 
 

Interprétation
 
Avec aussi:
 
- Anne Casabonne  (La junkie)

- Pierre Valcour

- Gilles Cloutier

- Jean-Pierre Pérusse


____________________________________________________________________

 

12 janvier 1994


«Scoop  III»  ou  le  monde  selon  Tremblay


Entre la fiction et la réalité, la frontière est bien mince


Extraits de l’article de Pierre Cayouette




À scoop, scoop et demi! Le président et chef de la direction de Quebecor, Pierre Péladeau, a récemment offert à Réjean Tremblay le poste d'éditeur du Journal de Montréal. Le célèbre journaliste l'a confirmé, hier, à l'occasion du visionnement de presse de la série Scoop III...
 

... Nous voici maintenant à Scoop III. La télésérie amorcera sa troisième saison demain soir, 20h, à Radio-Canada, et devrait, une fois de plus, fracasser des records de cotes d'écoute. Les auteurs, Réjean Tremblay et Fabienne Larouche, maîtrisent plus que jamais une formule désormais éprouvée.
 

Premier précepte: minimiser la distance entre le réel et la fiction.


Les points de repère à la réalité abondent. Il y a L'Express (la grosse Presse), La Nouvelle (le Journal de Montréal) et Le Scoop, nouveau quotidien dirigé par deux célèbres transfuges de L'Express, Stéphanie Rousseau (Macha Grenon) et Paul Vézina (Raymond Bouchard), où oeuvrent désormais les plus belles plumes du concurrent.


Locaux modernes et somptueux, jeunes journalistes dynamiques et ordinateurs à la fine pointe de la nouvelle technologie, Le Scoop éprouve toutefois de sérieuses difficultés financières. Le journal n'est pas rentable et perd 150.000$ par semaine malgré un tirage honnête de 68.000 exemplaires.
 

Tiens, tiens...Tout comme les deux précédentes séries, Scoop III a toujours comme trame de fond l'affrontement perpétuel entre deux conceptions du journalisme. Un océan sépare les belligérants des deux camps. C'est l'Amérique contre l'Europe. D'un côté, il y a l'école américaine: il faut des news-getters, des journalistes affamés qui courent après les nouvelles, faits divers ou autres, des journalistes obsédés par les primeurs. À l'opposé, il y a ceux qui se réclament de l'école européenne: place à l'analyse, à la quête du sens, au commentaire. Place aux intellectuels... Ce combat, dans Scoop, c'est Paul Vézina (Raymond Bouchard) contre Claude Dubé (Paul Savoie). Dans la réalité, c'est Yvon Dubois contre Michel Roy.
 

Malgré la présence de tous ces jeunes loups, Le Scoop n'est pas rentable pour autant. «Y'a personne qui est plus fort que l'institution», dira Paul Vézina... Faut-il y voir un message du futur éditeur Tremblay?


Distance quasi inexistante entre la réalité et la fiction, disions-nous. Dans Scoop III, les auteurs Tremblay et Larouche se penchent sur la situation autochtone. Nous sommes parachutés sur une réserve où une mafia - Raiders ou Warriors?- s'adonne à la contrebande de cigarettes et d'alcool. Ce commerce illicite sert évidemment à l'achat d'armes. Michel Gagné (Roy Dupuis) débusquera la corruption qui perpétue la situation. Il le fera avec l'aide de Billy Eagle (Jean-Pierre Pérusse), un Amérindien aux allures très vertueuses. Mais quels intérêts au juste sert ce noble Amérindien?
 

De la contrebande des autochtones, les auteurs nous entraînent ensuite dans l'univers des polyvalentes. Stéphanie Rousseau (Macha Grenon), la rédactrice en chef du Scoop, se fait embaucher comme institutrice dans une école secondaire. Elle entend bien sûr connaître de l'intérieur ce milieu avant de rédiger ses reportages. Les lecteurs assidus de La Presse y retrouveront la version télévisuelle d'une série d'articles de Michèle Ouimet parus dans le quotidien de la rue Saint-Jacques récemment. «Relaxe ton sexe», lancera un gamin à son professeur. Où va la jeunesse?, demandera le téléspectateur.
 

Dans la même veine, Scoop III nous fait découvrir le Montréal des piqueries. Sorte de Mère Teresa du journalisme, Stéphanie Rousseau évitera cette fois la fermeture d'un refuge pour jeunes en difficulté privé de subventions gouvernementales.
 

Toutes ces intrigues, directement inspirées de l'actualité récente, ne suffisent pas. «Il faut du cul», dirait Paul Vézina. Ainsi, Claude Dumoulin (René Gagnon) - mi-Foglia, mi Guy Deshaies - s'éprend de la directrice administrative du Scoop (Sophie Lorain). Ils feront la chose dans une décapotable (l'idée est de Fabienne Larouche, a-t-elle insisté, hier). Passion oblige, leur histoire finira mal.
 

Il y aura aussi, dans Scoop III, de superbes moments de tendresse. Rémi Chagnon (Germain Houde) donnera à tous les hommes une magistrale leçon de tendresse. Vendredi matin prochain, des milliers d'hommes offriront à leur conjointe une robe de chambre chaude... L'idée est de Réjean Tremblay, a-t-il insisté.
 

Réalisée à grands coûts - plus de 675.000$ l'épisode - par Pierre Houle (les huit premières tranches) et Johanne Prégent, la télésérie Scoop III promet de grands moments de télévision. Du moins s'il faut s'en fier aux épisodes I et III présentés hier à la presse.
 

Scoop III est encore plus dense, plus rythmé, plus juste que les deux premiers. Superbes de justesse, Raymond Bouchard et Rémy Girard y livrent des numéros d'acteurs inoubliables.
 

Source:
Archives Le Devoirwww.ledevoir.com
        


 
 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans Scoop
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 12:50


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


9 janvier 1993


Tout ce que vous verrez dans «Scoop II» 

 

 

1993-01-09-LeLundi-02    



Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 



Source:

Article Magazine Le Lundi

 




 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans Scoop
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 12:34


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


Janvier - Février 1993


JEUX  DE  PUISSANCE


Par Michel Crépault

 


1993-01-TV-Hebdo-1      



Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 



Source:

Magazine TV Hebdo / Téléromans

 

 
 

Scoop  II



Réalisation: George Mihalka / Pierre Houle


Scénario: Fabienne Larouche / Réjean Tremblay


Année de sortie ou diffusion: 7 janvier 1993


Assistant réalisation: Louis Bolduc (1er) / Pierre Houle (1er)


Producteur: François Champagne / Robert Ménard


Producteur délégué: Micheline Garant / Daniel Proulx


 

 

 

 


Scoop2-d  Scoop2-e  

Résumé:


La série lève le voile sur le milieu journalistique et donne vie à des personnages qui gravitent autour de la salle de rédaction d'un grand quotidien québécois: L'Express. Il évoque la vie de deux jeunes journalistes passionnés et ambitieux. Autant nos héros vont se battre pour le droit à l'information, autant ils auront à assumer les drames et conflits que provoque la publication d'un article.

 




 



 

 

 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans Scoop
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 12:00


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 



22 avril 1995


Venezuela, dans la moiteur d'«Aire libre»


Dans la jungle, un film retrace la vie de deux scientifiques du XVIIIe siècle.


Par CLAUDE PEREIRA


 

Caracas, de notre correspondant - L'avion Hercule des forces armées vénézuéliennes s'arrache lourdement de la piste centrale de Puerto Ayacucho, le dernier aéroport tout au sud du Venezuela. Au-delà, en Colombie toute proche, les narcos et les soldats de l'ELN (Armée de libération nationale, procastriste) règnent en maîtres: les premiers se partagent les centaines de millions de dollars de la coke, les seconds les faveurs idéologiques des populations martyrisées par trente années de guérilla et de contre-guérilla.

 

Assis à même le sol de la carlingue, les militaires d'un détachement vénézuélien rejoignent Caracas après avoir tenté de retrouver la colonne de guérilleros qui a étranglé et éviscéré, il y a une semaine, huit de leurs compagnons pendant leur sommeil. Ces spécialistes de la lutte «anti-subversive» seront, à leur tour, accusés, dans quelques jours, d'avoir abominablement torturé des paysans de la région pour leur faire avouer le refuge des «rebelles» (voir Libération du 28 mars). Mais pour l'heure, ils somnolent, le visage encore maquillé de cendre. Entassés dans le coin opposé de l'appareil, une vingtaine de passagers, d'apparence nettement plus bigarrée (shorts, tee-shirts et casquettes bariolés), se disputent les places près des hublots pour saluer du regard les dernières lumières de la tour de contrôle.

 

C'est toute l'équipe d'«Aire libre», un film du Vénézuélien Luis Armando Roche (prononcer Rotché) qui, en cette fin de mois de mars, profite de la rotation militaire pour regagner la «civilisation» après deux semaines de tournage en pleine jungle.

 

«Nous ne sommes pas mécontents de repartir», commente sobrement Luis Armando Roche. «Nous n'avions pas prévu la recrudescence des incursions de la guérilla colombienne en territoire vénézuélien. On a eu chaud dans tous les sens du terme. Ici la température ne descend jamais au-dessous de 40%, et la voracité des moustiques est légendaire. Heureusement que l'armée vénézuélienne nous a donné un coup de main et qu'elle nous ramène tous sains et saufs à Caracas...»

 

Les deux héros de son film, le baron allemand Alexander von Humboldt et le Français Aimé Bonpland, qui furent parmi les premiers Européens à fouler le sol de cette jungle inhospitalière, en 1799, pouvaient-ils se douter que ces contrées seraient, presque deux cents ans plus tard, le théâtre d'affrontements aussi sanglants?

 

«C'est précisément ce que j'ai voulu raconter», poursuit Roche en caressant son crâne chauve ourlé d'une couronne de cheveux blancs. «Aujourd'hui, nous sommes confrontés au problème du massacre des Indiens, de la cocalisation, des garimperos, ces chercheurs d'or illégaux qui détruisent flore, faune et êtres humains sur leur passage. Tout ce que justement Humboldt et Bonpland voulaient préserver. À l'époque, ils étaient l'un et l'autre des scientifiques de renom. Ils étaient venus au Venezuela pour observer, pour découvrir. Une approche tout à fait opposée à celle d'un Christophe Colomb qui, lui, se posait en conquérant.»

 

«Ces deux jeunes explorateurs (ils avaient 29 et 25 ans) étaient tous les deux des héritiers en ligne directe du siècle des lumières. De vrais écolos avant la lettre, observe encore le metteur en scène. Leur voyage initiatique au Venezuela dura quatre ans et déboucha sur de nombreuses notes scientifiques. Humboldt en tira la rédaction d'un volumineux Voyage dans les régions équinoxiales du Nouveau Continent en cinq tomes. C'est de cet ouvrage que nous nous sommes inspirés très librement pour écrire notre script, le scénariste français Jacques Espagne et moi.»

 

«Aire libre» ne retrace que les toutes premières semaines du périple des deux scientifiques européens: la découverte de Puerto La Cruz, le port de la mer des Caraïbes, puis les premières explorations vers le fleuve Orénoque, Puerto Ayacucho et enfin Curupao, près de Caracas, où se déroule la suite du tournage, quelques jours plus tard. Les Indiens d'antan ont depuis longtemps cédé la place à des criollos, bruyants descendants de Colomb. À quelques jets de pierre d'un hôtel de passe édifié au bord de l'autoroute, le Pueblo de Curupao semble pourtant encore comme préservé du monde moderne. C'est là, dans les pas de Humboldt et Bonpland, que Luis Armando Roche a planté ses caméras.

 

Sur la rivière toute proche, de puissants projecteurs éclairent la jungle. Assis sur un gros rocher, Christian Vadim sue à grosses gouttes. C'est lui qui joue le rôle de l'Allemand Humboldt. Celui du Français Bonpland est tenu par le Canadien Roy Dupuis.

 


AL-26




«Ces transferts de nationalités font finalement un bon casting», assure Marie-Françoise Roche, épouse du réalisateur et productrice déléguée. Elle est elle-même française, mais son apport constitue la part vénézuélienne du budget. «Aire libre» est en effet une coproduction entre le Venezuela, le Canada et la France.

 

Louis Armando Roche a fini sa sieste. Ici c'est sacré, même pendant un tournage. Il s'approche de ses comédiens pour les aider à s'imprégner de la scène suivante. «En fait, Humboldt était homosexuel, révèle-t-il malicieux, une facette de sa personnalité que ses hagiographes ont voulu gommer. Moi, il me paraît intéressant de traiter cet aspet de leur longue amitié amoureuse. C'est ce qui justifie la qualité de leur recherche commune. Leur dernière pensée, à chacun, au moment de leur mort, fut pour l'autre... Mais je sais que je vais faire grincer quelques dents.»

 

Après leur séjour vénézuélien, Humboldt rentra en Europe, tandis que Bonpland continuait ses explorations en Amérique latine. Il mourut très âgé, et toujours célibataire, en Argentine. Humboldt apprit son décès en 1858, à Berlin, où il vivait dans un dénuement proche de la misère. «Ce sera la première scène d'«Aire libre», ajoute Roche, et pour incarner le baron vieillissant, j'ai choisi un acteur allemand tout à fait étonnant, Wolfgang Preiss, lui-même âgé de 85 ans. Un pan de l'histoire du cinéma à lui tout seul puisqu'il fut notamment l'interprète de Fritz Lang pour son docteur Mabuse.»

 

Le montage d'«Aire libre», qui a coûté 2 millions de dollars, sera achevé en septembre. « C'est dire que nous serons prêts pour les festivals de Montréal, de Toronto, de Berlin et de Cannes», s'amuse, dans un français parfait, Luis Armando Roche, pétri de culture européenne. Jusqu'à présent il n'y a que Biarritz qui lui ait rendu hommage, l'année dernière, pour son précédent film, Le cinéma c'est moi. »




Source:

http://www.liberation.fr/culture/1995/04/22/venezuela-dans-la-moiteur-d-air-libre-dans-la-jungle-un-film-retrace-la-vie-de-deux-scientifiques-du_128743

 

 

 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 1996-2000
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 09:30


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


11 avril 1992


Les intrigues de «Scoop II» enfin dévoilées !

 

 

1992-04-11-Télé-lundi-4



Cet article fait partie d'une collection papier privée de 625 pages de journaux & magazines anciens (1990-2013) qui est actuellement en vente sur E-Bay.


Ci-dessous, un petit aperçu de ce qu'elle contient: 



Source:

Article Magazine Télé-Lundi




 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans TÉLÉ-séries-films-romans Scoop

Présentation

  • : ROY DUPUIS EUROPE
  • ROY DUPUIS EUROPE
  • : ROY DUPUIS, exclusivement vôtre. Pour vraiment tout savoir sur cet extraordinaire acteur et comédien québécois.
  • Contact

Recherche