Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 19:26


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 



7 février 1992



Première  du  film  «Being  at  Home  with  Claude»




Ce long-métrage de fiction en couleur et en noir et blanc est réalisé par Jean Beaudin et produit par Louise Gendron et Doris Girard.
 
Parmi les interprètes, on retrouve Roy DupuisJacques Godin et Gaston Lepage. La première de Being at Home with Claude se déroule dans le cadre des Rendez-vous du cinéma québécois.


Un jeune prostitué montréalais se livre à la police après avoir tué son amant. L'inspecteur qui mène l'enquête tentera de découvrir ce qui a poussé l'homme à l'assassinat.


Dans le film, on déborde un peu du huis clos initial à deux personnages de la pièce de théâtre de René-Daniel Dubois, qui a ici été adaptée pour le grand écran.
 


Source:


 

Claude-b

 


 




Mars 1992


Par Élie Castiel
 


... Et loin d’y porter quelque jugement moral, le cinéaste l’assimile au vécu collectif, lui retirant ainsi sa marginalité. Hétérosexualité et homosexualité deviennent alors des variantes sexuelles, des composantes égales de l’équilibre social. Mais ceci ne semble être que le regard posé par l’auteur de l’œuvre théâtrale et par le cinéaste qui a délibérément choisi d’en tirer une version cinématographique. En plus de quelques flash-backs révélateurs sur la relation entre les deux amants, le film raconte en détails les derniers moments de la lutte verbale entre l’inspecteur et le jeune criminel. Après son crime et quelques jours d’errance à travers la ville, Yves (Roy Dupuis) se livre à la police.
 

Being at Home with Claude est un film qui doit se voir avec les yeux du cœur et l’ouverture de l’esprit. C’est une œuvre profondément humaine sur la réhabilitation de l’être et le portrait d’un jeune marginal qui commence à saisir le sens d’un sentiment jamais éprouvé. Dans cette révélation réside sans doute son pardon.
 

Lorsqu’Yves déclare à l’inspecteur les raisons qui l’ont poussé jusqu’au crime, la vérité éclate dans un discours amoureux. La durée de l’hésitation, l’ambivalence des sentiments, l’excitation des sexes et le plaisir charnel sont exprimés devant un enquêteur rendu presque impuissant à l’écoute d’une confession d’une franchise inattendue. C’est ce qui fait la force du texte de Dubois et de l’adaptation de Jean Baudin.
 

Mais tout cela est rendu possible grâce aussi à la remarquable prestation de Roy Dupuis dont l’intensité dramatique relève de la pure performance. Il confirme, dans Being at Home with Claude, qu’il est l’un des comédiens québécois les plus prometteurs de sa génération. Jean-François Pichette affiche une élégance et un raffinement dans son jeu. Le rôle que remplit Jacques Godin lui permet d’ajouter une variante saisissante à son registre déjà imposant.
 

Qu’a-t-il gardé, Jean Baudin, de la théâtralité de l’œuvre? Pour éviter la pièce filmée, la caméra de Thomas Vamos se meut selon le rythme des personnages. Les mouvements sont brusques, nerveux, parfois imprécis, gauches. Le gros plan sur le visage d’Yves exprime la sensation et la contre-plongée sur un corps immuable ou en déplacement le rend plus vulnérable ou aguerri. Tout en restant fidèle à l’œuvre de René-Daniel Dubois, le réalisateur réussit à transformer la théâtralité en lui conférant des composantes stylistiques et à créer une mobilité qui la place dans un rituel cinématographique d’une rare précision.
 

Et c’est aussi dans le texte que l’on retrouve la force de l’œuvre, un dialogue dont l’hyperréalisme n’est en fin de compte que la représentation d’une réalité sociale.
 

Being at Home with Claude renouvelle à la fois la thématique et le style de Jean Baudin et le place parmi les plus importants cinéastes québécois.
 


Source:
Article magazine Séquences



Claude-a
 


 
 



23 novembre 1992
 

Cinq  Génies  pour  les  films  québécois
 

Par Suzanne Dansereau - PC
 


TORONTO - Les films québécois ont récolté cinq prix - le quart des nominations - au Gala des Prix Génie, hier soir à Toronto. Mais le Québec n'a pas obtenu celui du meilleur film, qui est allé à Naked Lunch de David Cronenberg...
 

... Le film Being at Home with Claude, de Jean Beaudin, mettant en vedette Roy Dupuis etJacques Godin, a remporté un seulGénie, celui de la meilleure musique (Richard Grégoire). Godin était en nomination mais pas Dupuis, snobé par ses pairs...
 

... La Sarrasine de Paul Tana était le film québécois qui avait eu le plus de nominations, soit 10, suivi de Léolo et Being At Home With Claude avec neuf nominations chacun...
 

... Finalement, malgré un départ prometteur, les films québécois n'auront pas été très honorés - seulement cinq prix sur une vingtaine - lors de cette 13e remise des Prix Génie.


En guise de consolation, on parle de plus en plus sérieusement de produire la soirée des Génies à Montréal l'an prochain.

 

Source:
© 1992 - Archives Le Devoir
 

 
1992/02 - Première du film «Being at Home with Claude»
1992/02 - Première du film «Being at Home with Claude»
1992/02 - Première du film «Being at Home with Claude»
1992/02 - Première du film «Being at Home with Claude»
1992/02 - Première du film «Being at Home with Claude»
1992/02 - Première du film «Being at Home with Claude»
1992/02 - Première du film «Being at Home with Claude»
1992/02 - Première du film «Being at Home with Claude»
 
 
 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 1991-1995 Being at Home with Claude
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 21:33


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 
Repost 0
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 21:56


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.
 

1990-Le-march-du-couple-b



LE  MARCHÉ  DU  COUPLE



Genres/Catégories: Comédie documentaire


Réalisation: Gérard Le Chêne (sous le pseudonyme Alain d'Aix) / Louis Fraser / Nathalie Barton (sous le pseudonyme Morgane Laliberté)


Pays: Canada, Québec

Langue: français


Année de sortie ou diffusion: 1990


Durée: 57 min 11 sec


Scénario: Alain d' Aix / Manon Barbeau / Denys Saint-Denis


Images: Philippe Lavalette


Montage images: Alain Sauvé


Montage sonore: Louise Côté

Musique: Michel Donato / Karen Young
 
Prise de son: Gabor Vadnay


Producteur: Nathalie Barton / Guy Bergeron
 
Société de production: INFORMACTION (QUÉBEC) / OFFICE NATIONAL DU FILM DU CANADA (en coproduction)


 


RésuméCréateur de jeux multiples, Tristan, inspiré par les articles qu'écrit son amie Juliette, invente le Monopoly de l'amour. C'est l'occasion d'une recherche pleine de drôlerie, dans les ateliers de préparation à la vie à deux, l'industrie du mariage et de la solitude, les cours de drague, le salon du célibataire, les agences de rencontres... Une comédie documentaire sur les couples de la fin du vingtième siècle où sans l'amour souvent perce le désarroi...



Interprétation: Denis Bouchard / Léa-Marie Cantin / Annie Major-Matte / Marie Charlebois / Roy Dupuis (Bartender) / Suzanne Hurtubise / André Lacoste / Sylvie Major / Corrado Mastropasqua / Cédric Noël




Sources:

http://collections.cinematheque.qc.ca/filmo_repertoire.asp?tpl=repertoire&id=28883

http://onf-nfb.gc.ca/fra/collection/film/?id=4779

   



 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 1987-1990
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 20:00


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.
 


1989-Jsus-de-Montral

 


15  mai 1989



Première  du  film  «Jésus  de  Montréal»




Ce long-métrage de fiction en couleur est réalisé par Denys Arcand et produit par Roger Frappier, Pierre Gendron et Gérard Mital. Parmi les interprètes, on retrouve Lothaire Bluteau, Catherine Wilkening et Rémy Girard.


«Jésus de Montréal», dont le début du tournage s'était fait dans le plus grand secret, est présenté en compétition officielle au Festival de Cannes où il se mérite le Prix du jury et le Prix du Jury oecuménique, en plus de sortir simultanément en France, à Montréal et à Québec.


Ce film raconte l'histoire de Daniel, un homme désireux de mettre en scène la Passion en y incarnant Jésus. Daniel part à la recherche d'acteurs prêts à tout quitter pour se joindre à lui. Il trouvera Constance, Martin, Mireille et René.


On parle de tout dans ce film, de l'évangile selon Saint-Marc aux fascistes qui communient tous les jours, en passant par la publicité des eaux de Cologne, le doublage des films d'Hamlet et bien d'autres sujets.


Seulement dix semaines après la sortie de «Jésus de Montréal», les recettes aux guichets dépassent déjà le million de dollar. Apprécié du public, le film tiendra l'affiche pendant plus d'un an à Montréal. Il sera couronné film le plus populaire au Festival de Chicago, de même qu'au Festival de Cinéma international en Abitibi-Témiscamingue.


Quant au réalisateur Denys Arcand, il se méritera le Prix du Permanent, qui vise à souligner le travail d'un réalisateur québécois qui s'est distingué au cours de la dernière année.



Source:

http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/evenements/3491.html

 

    
1989-jdm-02

Avec aussi... ROY DUPUIS, dans le rôle de Marcel Brochu, un jeune inspecteur-adjoint!


 


 


JÉSUS  DE  MONTRÉAL




Réalisation et scénario: Denys Arcand


Pays: Canada, Québec / France


Année de sortie ou diffusion: 17 mai 1989 à Paris, France


Durée: 119 min 25 sec


Langue: français


Autres titresJesús de Montreal / Jesus från Montréal / Jesus of Montreal


Genres/Catégories: Film de fiction / Drame religieux

Producteur: Roger Frappier / Pierre Gendron 


Costumes: Louise Jobin


Direction artistique: François Séguin


Images: Guy Dufaux / Jacques Leduc (images de Montréal)


Montage images: Isabelle Dedieu


Musique: Jean-Marie Benoit / François Dompierre / Yves Laferrière


Photographe de plateau: Pierre Gros D'aillon


Prise de son: Marcel Pothier / Patrick Rousseau


Société de production: Gérard Mital Productions (France) / Max Films (Québec)


Visa: 13 ans et plus




Résumé: Séduit à l'idée de mettre en scène une version moderne de La Passion et d'incarner le personnage de Jésus, Daniel part à la recherche d'acteurs prêts à tout quitter pour le suivre... Se superpose au récit du Christ un discours sur la société de consommation, la création de l'univers et le sens de la vie. «Le film questionne donc autant la place et le rôle de l'acteur, et partant, la place et le rôle de l'art dans notre société qu'il semble remettre en perspective la figure mythique du Christ.» (Gilles Marsolais, 1989)

«Partout où je vais, on me parle de ce film. Je n'oublierai jamais ce tournage de nuit sur le Mont-Royal ni cette projection technique à 3h du matin à Cannes. Habituellement on regarde une bobine pour s'assurer de la bonne qualité de l'image et du son pour la projection du lendemain matin. Cette nuit-là, les projectionnistes ont tenu à regarder tout le film en pleine nuit dans cette grande salle vide. Au retour de la projection, quand le soleil s'est levé le long de la Croisette, je n'étais déjà plus nerveux.» (R. Frappier, 2003)




Interprétation: Marie-Christine Barrault / Lothaire Bluteau / Georges Dufaux / Rémy Girard / Yves Jacques / Ron Lea / Robert Lepage / Pauline Martin / Gilles Pelletier / Paul Tana / Johanne-Marie Tremblay / Catherine Wilkening / Roy Dupuis (Marcel Brochu)
 



Source:

http://collections.cinematheque.qc.ca/filmo_repertoire.asp?tpl=repertoire&id=201



 


 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 1987-1990
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 19:28


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 




 

 

COMMENT  FAIRE  L'AMOUR  AVEC  UN  NÈGRE  SANS  SE  FATIGUER




Réalisation: Jacques W. Benoit


Pays: Canada, Québec / France


Année de sortie ou diffusion: Février 1989


Genres/Catégories: Long métrage / Comédie (d'après le roman de Dany Laferrière)


Durée: 1h 37 min


Langue: français


Autres titresHow to Make Love to a Negro Without Getting Tired


Conception sonore: Claude Langlois


Direction artistique: Gaudeline Sauriol


Direction de production: Jean-Marie Bertrand (France) / Barbara Shrier (Québec)


Générique additionnel: Claude Dubois / Charlie Parker


Images: John Berrie


Mixage: Jean-Paul Loublier


Montage images: Dominique Roy


Musique: Manu Dibango


Photographe de plateau: Yves Binette / Takashi Seida


Prise de son: Serge Beauchemin


Producteur: Ann Burke / Henry Lange / Richard Sadler


Producteur délégué: Ann Burke


Scénario: Dany Laferrière / Richard Sadler


Scripte: Brigitte Germain


Financement: Centre national de la Cinématographie (France) / Ministère de la Culture et des Communications (Québec) / Société générale des Industries culturelles (Québec) / Téléfilm Canada / Télévision Quatre Saisons (Québec)


Société d'exportation: Aska Film International (Québec)


Société de distribution: Aska Film International (Québec)


Société de production: Dédalus (France) / Films Stock International (Québec)


Sortie DVD: 16 août 2011




1989-Comment-faire-lamour

 

Résumé: Le défilé de jolies femmes dans l'appartement de deux noirs oisifs suscitera l'envie et la suspicion d'un trio de revendeurs de drogue...


Deux jeunes noirs dénommés Vieux et Bouba habitent un deux-pièces surchauffé situé en plein coeur de Montréal, au Carré Saint-Louis. Vieux, jeune homme plein de charme, rêve de devenir écrivain. En attendant, il fréquente les filles des bars du Quartier latin. Rien en commun avec l'excentrique Bouba, adepte du Coran, passionné de jazz et maître de la «drague immobile». Les deux compères partagent cependant un sens critique et une désinvolture à toute épreuve. Leur insolence provoquera, à leur insu, la colère de plusieurs individus. Mais qu'importe, comme dirait Vieux, puisque c'est l'été, qu'il y a beaucoup de bière, de blanches et pas de dictateur...



Interprétation:

Susan Almgren

Isaach de Bankolé

 

1989-Comment-faire-lamour

Roberta Bizeau

Nathalie Coupal

Myriam Cyr
 
Roy Dupuis  (Pusher N° 2)

 


Marie-Josée Gauthier


Alexandra Innes

Dominique James

Maka Kotto  (Urgence, 1996 / Mémoires affectives, 2004)

Isabelle L'Écuyer

Jacques Legras

Julien Poulin  (Dans le ventre du dragon, 1989 / Monica la Mitraille, 2004)

Tracy Ray

Nathalie Talbot

Patricia Tulasne  

 

Source:

http://collections.cinematheque.qc.ca/filmo_repertoire.asp?tpl=repertoire&id=7702



 

 

Capture-21


Capture-22


Capture-23


Capture-26


Capture-34

 

 

 


 

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 1987-1990
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 21:10


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 
 

27 juin 2012


DANS  LE  VENTRE  DU  DRAGON
La  version  restaurée  à  Fantasia
 


La version restaurée et numérisée en HD du film Dans le ventre du dragon sera proposée en grande première le 2 août prochain au Festival international de films Fantasia, fruit d’une collaboration avec le projet Éléphant: mémoire du cinéma québécois.
 

Ce long métrage d’Yves Simoneau, sorti en 1989, marie comédie, science-fiction et sensations fortes, et met en vedette Rémy Girard, Michel Côté, David La Haye, Pierre Curzi, Andrée Lachapelle et Marie Tifo, notamment.
 

«Imaginez l’ambiance sur le plateau avec tous ces grands acteurs réunis, a dit récemment Yves Simoneau. Une formidable et irrésistible armada! (...) À chaque fois que je repense à ce film, un sourire me monte aux lèvres. De l’insouciance, de l’audace, des complices – que peut-on demander de mieux pour créer un peu de folie!»
 

Pendant Fantasia, dont la 16e édition se tiendra du 19 juillet au 7 août, les acteurs principaux assisteront à la projection spéciale et prendront part à une table ronde le 2 août. Le réalisateur Yves Simoneau sera du lot, une heure durant, aux côtés de Rémy Girard, Michel Côté, Pierre Curzi, Andrée Lachapelle, David La Haye et Marie Tifo. Rendez-vous à compter de 16h30 au bar Reggie’s de l’université Concordia (1455, boul. de Maisonneuve Ouest, niveau mezzanine). La projection suivra à 19h30 au Théâtre Hall Concordia.
 

Le film, qui n’a jamais été proposé en format DVD, sera disponible à partir du 3 août sur Éléphant/illico canal 900, de Vidéotron. «Tourné en 1989, Dans le ventre du dragon a été numérisé en HD, à partir du négatif original et de la bande magnétique 35 mm du mixage, a précisé Claude Fournier, codirecteur du projet Éléphant: mémoire du cinéma québécois. La correction couleur du film, désormais sur fichier numérique, a exigé une quarantaine d’heures de travail. Le négatif, ayant été bien conservé, le film a exigé peu de restaurations: dépoussiérage, effacement de quelques rayures et stabilisations occasionnelles de plans, au point de collure.»
 

La projection du film Dans le ventre du dragon ouvrira la section «Fantastique week-end du court-métrage québécois», une fin de semaine thématique de Fantasia consacrée aux courts-métrages de la Belle Province. Plus de 100 courts métrages et les films des finissants de l’INIS, édition 2012, figurent au programme.
 


Source:

 


VOIR LA BANDE ANNONCE: 

1989-DLVDD-Youtube


 





Dans  le  ventre  du  dragon
 


Genres/Catégories: film fantastique
 
Réalisation: Yves Simoneau
 
Scénario: Marcel Beaulieu (et dialogues) / Pierre Revelin (et dialogues) / Yves Simoneau (et dialogues)
 
Pays: Canada, Québec
 
Année de sortie ou diffusion: 1989
 
Durée: Long métrage / 100 min 27 sec
 
Langue: français
 
Autres titres: In the Belly of the Dragon / No ventre do dragão
 
Assistant réalisation: Marie-Christine Lavoie / Louis-Philippe Rochon
 
Direction artistique: Normand Sarrazin
 
Direction de production: Muriel Lizé-Pothier
 
Effets spéciaux: Jean-Marc Cyr
 
Maquillage: Pierre Saindon (chef-maquilleur et vieillissement d'Andrée Lachapelle) / Diane Simard / Micheline Trépanier
 
Mixage: Michel Descombes
 
Montage images: André Corriveau
 
Montage sonore: Paul Dion
 
Musique: Richard Grégoire
 
Photographe de plateau: Claudel Huot
 
Prise de son: Michel Charon / Paul Dion
 
Producteur: Michel Gauthier / Yves Simoneau (associé) / André Viau (associé)
 
Régie: Mario Nadeau
 
Scripte: Johanne Boisvert
 
Coiffure: Réjean Goderre
 
Costumes: Michèle Hamel (création)
 
Images: Alain Dostie
 
Financement: Société générale des Industries culturelles (Québec) / Radio-Canada / Téléfilm Canada
 
Société de production: Films Lenox (Québec) / Productions Québec-Amérique (Québec) / Société générale des Industries culturelles (Québec) / Radio-Canada / Téléfilm Canada
 
 

Résumé:

Le jeune Lou (David La Haye) distribue des circulaires avec un curieux tandem, Steve (Rémy Girard) et Bozo (Michel Côté). Pour varier un peu et gagner quelques sous, il accepte de se soumettre à des expériences sur divers médicaments dans un laboratoire dirigé par le docteur Lucas (Marie Tifo). Lou découvre trop tard que les pilules qu'on lui fait prendre ont pour effet d'accélérer le vieillissement. Inquiets, Steve et Bozo se mettent à sa recherche et pénètrent dans les sous-sols du laboratoire où ils font d'étranges découvertes. Pendant ce temps, Lou se prépare à s'enfuir avec une femme (Andrée Lachapelle) qui a trop longtemps servi de cobaye.
 


Mélange de comédie et de science-fiction traitant d'expériences pharmaceutiques menées sur des cobayes humains. Méconnaissable en magnat du médicament, Jean-Louis Millette (Directeur du laboratoire) y compose un personnage qui donne froid dans le dos en dépit de son côté caricatural. Les maquillages ajoutent une touche spectaculaire à son physique particulier.



1989-Dans-le-ventre-du-drag



Récompenses: Consacré comme le film s’étant le plus démarqué (Outstanding Film of the Year) au London Film Festival.
 
 


Interprétation: 
 
Steve Banner

Léa-Marie Cantin

Suzanne Champagne

Angèle Coutu

Pierre Curzi  (Les Filles de Caleb, 1990 / C'était le 12 du 12 et Chili avait les blues, Million Dollar Babies, 1994 / Les Invasions barbares, 2003) 

Michel Côté

Benoît Dagenais

Pierre Dalpé

Roy Dupuis  (Jean-Marie)

Lucien Francoeur
 

Rémy Girard  (Jésus de Montréal, 1989 / Scoop, 1992 / Million Dollar Babies, 1994 / L'Homme idéal, 1996 / Free Money, 1998 / Séraphin - Un homme et son péché, 2002 / Les Invasions barbares, 2003 / Monica la mitraille, 2004 / Maurice Richard, 2005 / Je me souviens, 2009)
 

Robert Gravel

David La Haye

Marc Labrèche

Andrée Lachapelle  (Jésus de Montréal, 1989 / Scoop, 1992 / Cap Tourmente, 1993)

Monique Mercure

Jean-Louis Millette

Gaétan Nadeau

Sylvie Potvin

Julien Poulin

Pierrette Robitaille

Michel Thériault

Marie Tifo

Pierre Verville
 


Source:
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 1987-1990
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 21:49


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 




 

 

Gaspard  et  fils

 

Genres/Catégories: Film de fiction inspiré de la nouvelle Bennie et fils / Comédie
 
Réalisation: François Labonté
 
Scénario: Monique Proulx
 
Pays: Canada, Québec
 
Année de sortie ou diffusion: 3 septembre 1988
 
Durée: Long métrage / 90 min
 
Langue: français
 
Autres titres: Gaspard and Son / Gaspard Chouinard / Max and Son
 
Titre de travail: L'Esprit de famille / Gaspard / Ulysse et fils
 
Direction artistique: Jean-Baptiste Tard
 
Images: Michel Caron
 
Montage images: Jean-Guy Montpetit
 
Musique: Denis Larochelle
 
Prise de son: Dominique Chartrand
 
Producteur: Claude Bonin / Suzanne Hénaut
 
Scripte: Monique Champagne
 
Société de production: Films Vision 4 (Québec)

 


1988-G&Fils
 

1988-G&Fils-2 1988-G&Fils-3


Résumé: L'histoire d'une relation tumultueuse entre un septuagénaire détestable, Gaspard (Jacques Godin), et son fils Claude (Gaston Lepage), vieux garçon maniéré et grincheux, propriétaire d'une librairie, avec qui il cohabite depuis dix ans et dont il empoisonne l'existence. Claude veut placer son père en maison de retraite, mais Gaspard le réveille en pleine nuit pour lui annoncer qu'il a gagné 6 millions de dollars à la loterie et qu'il a égaré le billet. Claude accepte de partir à la recherche du billet gagnant. La course commence. Au terme d'un long périple qui de Montréal passera par New York et le Venezuela ainsi que de nombreuses péripéties au cours desquelles les héros rencontrent une foule de personnages bizarres, Gaspard et Claude découvriront l'affection qui les lie.
 



Interprétation:
 
Jacques Godin  (Being at Home with Claude, 1992)

Gaston Lepage  (Les Invasions barbares, 2003 / Je me souviens, 2009)

Monique Miller (Hélène et Alexis / Jésus de Montréal, 1989)

Julien Poulin  (Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer, 1989 / Dans le ventre du dragon, 1989 / Scoop IV, 1995 / Séraphin - Un homme et son péché, 2002 / Monica la Mitraille, 2004)

Yves Desgagnés

Monica Verge 

Roy Dupuis

Dean Jamieson Brisson

Mimi d'Estée (1908-2004)

Claude Laroche

Luc Boivin


Source:
 



1988-Gaspard-et-Fils

Gaspard  et  Fils  fut présenté au FIFF en 1988 (Festival international du Film Francophone de Namur - Belgique)
 



 
Repost 0
Published by TeamRDE - dans Films 1987-1990
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 19:52


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.
 

 



Lance  et  Compte  /  Tous  pour  un  (Téléfilm)

 

Marina Orsini n'est pas la seule à avoir interrompu le tournage des Filles de Caleb pour les besoins de Tous pour un.
 

Roy Dupuis, le bel Ovila d'Emilie Bordeleau, a lui aussi troqué son rôle du début du siècle pour celui de Maxime Morel, le fauteur de troubles au sein des Draveurs.
 

Lance et compte est une télésérie sportive québécoise écrite par Réjean Tremblay, Louis Caron et Jacques Jacob, réalisée par Jean-Claude Lord puis Richard Martin, et diffusée entre 1986 et 1988 sur Radio-Canada. Des suites ont été diffusées en 2002 sur TQS et en 2004 et 2006 sur TVA. Une septième saison sera présentée à l'automne 2009. (Wikipédia)

 
 
     Capture-109-pic Capture-49-pic



Les  téléfilms  de  «Lance  et  compte»
 
 
Les téléfilms ont pris l'affiche sur le réseau TVA en septembre 1990 après le refus de Radio-Canada de présenter cette nouvelle série au concept trop différent de ce qu'elle souhaitait.


L'ordre de diffusion des téléfilms Lance et compte est différent de l'ordre chronologique laissant place à certains anachronismes. L'ordre chronologique étant: Tous pour un, Le Choix, Le Crime de Lulu, Envers et contre tous, Le Moment de vérité et Le Retour du chat. Aux dires de plusieurs observateurs telle que Lise Cousineau ou Marc Cassivi, les téléfilms demeurent le maillon faible de la série.
 

Ces 6 téléfilms donnent la vedette à certains personnages de la télésérie LANCE ET COMPTE sur le hockey.
 

Dans LE RETOUR DU CHAT, Pierre Lambert, blessé depuis deux ans et boudé par le National, s'entraîne de pied ferme pour revenir en force au jeu.
 

Dans LE MOMENT DE VÉRITÉ, l'ex-entraîneur Jacques Mercier, devenu analyste à la télévision, rejette son fils dont il vient de découvrir l'homosexualité.
 

De son côté, Marc Gagnon relève, dans TOUS POUR UN, le défi de diriger les Dragons de Trois-Rivières, la pire équipe de la Ligue junior, à qui il insufflera un formidable esprit d'équipe.
 

Maintenant femme d'affaire émérite, Linda Hébert mettra-t-elle sa sécurité et sa réputation en jeu en aimant au grand jour, ENVERS ET CONTRE TOUS, un joueur de hockey de 22 ans?
 

Jim Duchêne, la nouvelle coqueluche du National, cèdera-t-il, dans LE CHOIX, aux dangereux mirages du show-business?
 

LE CRIME DE LULU, prétend un joueur des Pee-Wee, c'est d'avoir tenté de le séduire. Le journaliste Lucien Boivin prouvera son innocence, mais à quel prix...

 
 
     Capture-60-pic Capture-61-pic
 
 
Réalisation: Richard Martin
  
Scénario: Jacques Jacob / Réjean Tremblay
  
Production: Claude Héroux
 
Pays d’origine: Canada, Québec
 
Genre: Téléfilm
 
Langue: français
  
Images: Bernard Chentrier
  
Son: Henri Blondeau
  
Montage: Michel B. Bordeleau (Sonore) / Jean-Marie Drot (Image)
  
Musique: Normand Dubé / Guy Trépanier
  
Direction artistique: François Lamontagne
 
 

Résumé:

Marc Gagnon (Marc Messier) est forcé de démissionner de son poste d'entraîneur-chef par le successeur de Gilles Guilbeault au titre de directeur-général Maurice Pinard. Son ancien coéquipier et ami Mac Templeton est appelé à le remplacer, ce qui n'est pas sans créer de discorde avec Gagnon. Il se voit alors offrir le poste d'entraîneur de la pire équipe de la ligue de hockey junior majeur du Québec, les Draveurs de Trois-Rivières. Gagnon doit convaincre le talentueux mais troublé Maxime Morel (Roy Dupuis) et ses coéquipiers de jouer en équipe pour gagner. Mais lorsque Gagnon sort enfin l'équipe du bas du classement, il doit prendre une décision importante.
 
 
 

Interprétation:
 

Marc Messier  (Marc Gagnon)

Marina Orsini

Roy Dupuis  (Maxime Morel)

Denis Bouchard

Louis-Georges Girard

Eric Hoziel

Michel Daigle

Vincent Bilodeau

Valérie Valois

Robert Marien

Jean-Pierre Bergeron  (Les Doigts croches, 2009)

Michel Mongeau
 

Source:
      
        

 

 



 

 




 
 
Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 19:22


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.


 



 

 

 


Avec un grand A / Hélène et Alexis  (Épisode en 2 parties)
 
 
Genres/Catégories: Drame / Télésérie en 2 épisodes
 
Réalisation: Nicole Faucher 
 
Scénario: Janette Bertrand 
 
Pays d'origine: Canada
 
Durée: 52 min 30 sec
 
Année de sortie ou diffusion: 24 février 1989
 
Langue: Français
 
Musique: Guy Cloutier
 
Société de production: Radio-Québec

 

Interprétation:
 
Roy Dupuis  (Claude) 

Nicole Filion  

Marie Michaud  

Monique Miller

Mahée Paiement  

Marcel Sabourin  (L'autre maison / 2013)
 


Sources:
 
 
 
 

HA-02-b

Synopsis:
 

Dans cet épisode de la série Avec un grand A, Janette Bertrand nous plonge dans l'univers d'une famille plus ou moins fonctionnelle dont la mère est alcoolique (Hélène).


Alexis, l'époux (Marcel Sabourin), invite les enfants à aller au chalet familial afin de convaincre Hélène de suivre une cure de désintoxication. Au cours de la discussion pour le moins déchirante, tous déversent leur coeur et exorcisent la douleur, le désespoir et les problèmes causés par l'alcoolisme d'Hélène, et la vérité est pour le moins douloureuse.
 

Hélène refuse d'admettre son alcoolisme. Devant l'insistance de sa famille, elle accepte peu à peu de faire face à son problème et d'entreprendre une cure de désintoxication.


En plus de l'écriture, Janette Bertrand voit à la distribution des rôles de la série Avec un grand A et dirige elle-même les acteurs qui, souvent, comme Monique Miller dans cette dramatique, offrent des interprétations magistrales de personnages en crise.


 

HA-03-b
 

 


Extrait  d'un  article  «coup  de  gueule»  d'un  journaliste  de  La  Presse:
 


25 février 1989
 
L'alcool  coule  sans  bon  sens  [à  la télévision]
 
Par Raymond Bernatchez
 


«C'est à boire, à boire, à boire, c'est à boire qu'il nous faut, oh, oh, oh, oh!». (Air connu).
 

Parlant d'alcool, le premier volet d' Hélène et Alexis, diffusé hier soir dans le cadre de la série Avec un grand A, était très réussi.
 

L'auteur, Janette Bertrand, a posé le problème d'une femme, Hélène (Monique Miller), une femme alcoolique qui a bousillé la vie de sa petite famille et qui est en train de se détruire elle-même. Son mari (Marcel Sabourin), ses enfants, et son amie intime tentent de la convaincre de suivre une cure de désintoxication. Hélène boit constamment, cache des bouteilles partout dans la maison, mais n'admet pas qu'elle est alcoolique.
 

Janette Bertrand a écrit un bon texte, elle a bien situé le problème, et Monique Miller joue d'une façon remarquable.
 

Dans le premier épisode, hier soir, Hélène était dans une position précaire. Nous saurons la semaine prochaine ce qu'il adviendra d'elle. Dans Hélène et Alexis l'alcool coule également à flot mais pas gratuitement. Il y a une logique dans tout cela. Comme avec le personnage de Roger dans Des dames de coeur.
 

Le problème se pose lorsque l'alcool coule sans bon sens à la télé, comme si c'était de la limonade, du kool-aid ou de la petite bière d'épinette. C'est cela qui irrite dans L'Héritage.
 

Source:
© 1989 La Presse / Arts et spectacles - Télévision




 
Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 17:40


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 


Le  Grand  Jour



Genre: Scénario adapté pour la télévision (téléfilm)

Réalisation: Jean-Yves Laforce

Scénario: Michel Tremblay

Pays: Canada, Québec

Année de sortie ou diffusion: 9 octobre 1988

Autres titres: Une vraie belle noce

Producteur: Radio-Canada
 



Interprétation:

Geneviève Angers

Angèle Coutu

Roy Dupuis  (Garçon d'honneur)

Louisette Dussault

Gildor Roy

Lise Roy




 
Repost 0

Présentation

  • : ROY DUPUIS EUROPE
  • ROY DUPUIS EUROPE
  • : ROY DUPUIS, exclusivement vôtre. Pour vraiment tout savoir sur cet extraordinaire acteur et comédien québécois.
  • Contact

Recherche