Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 15:54


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.

 

 





12 février 2007
 

UN  RECORD  D'ASSISTANCE  POUR  LA  11e  ÉDITION
20.000 festivaliers au rendez-vous
 

Par Stéphane Bégin
 


..... «La présentation du film improvisé de Francis Leclerc et diffusé sur l'écran de neige a été une idée totalement géniale. Les gens ont trouvé ça très sympathique».....
 

Les acteurs Roy Dupuis et Sylvain Marcel ont participé à la réalisation du film Revenir de Francis Leclerc, qui a été imaginé, tourné et réalisé en l'espace de 48 heures.
 

L'écran de neige, installé près de l'autogare Racine, a d'ailleurs permis à bien des gens d'effectuer une première activité hivernale cette année.
 

En plus de cette nouveauté, les organisateurs ne cachent pas que la participation du porte-parole, Sylvain Marcel, de la présence du comédien Roy Dupuis et celle du réalisateur Francis Leclerc ne sont pas étrangères au succès de l'événement.
 

Au cours des derniers jours, les responsables du festival auront donc permis la projection de 110 courts métrages dans le ciné-parc urbain. Les réalisateurs, les acteurs et les producteurs ont bénéficié de 11 vitrines pour exposer leur savoir-faire.
 


Source:
Le Quotidien

 

 
2007/02 - «Revenir» / 11e Festival Regard sur le court métrage
2007/02 - «Revenir» / 11e Festival Regard sur le court métrage


9 février 2007

 


COURT  MÉTRAGE  IMPROVISÉ
Parmi  les  contraintes,  monsieur  le  maire!
 

Par Daniel Côté
 


Peut-être qu'il le découvrira en lisant le journal ce matin. Toujours est-il que le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a rendez-vous avec le cinéaste Francis Leclerc aujourd'hui. Il a en effet été sélectionné par le public rassemblé hier soir, à la microbrasserie La Voie Maltée de Jonquière, pour faire de la figuration dans le film improvisé conçu dans le cadre du Festival Regard sur le court métrage au Saguenay.
 

Pour les non-initiés, rappelons que cette création doit être mise en boîte d'ici à sa première diffusion, samedi à 17h. Comme l'a mentionné le réalisateur au cours d'une brève entrevue accordée au Quotidien, le tournage aura lieu aujourd'hui, possiblement jusqu'aux petites heures. Il procédera ensuite au montage de cette mini-production à laquelle plusieurs comédiens prêteront leur concours.


Le plus connu est sans doute Roy Dupuis, qui a assisté au vote pendant lequel le public a établi quelles contraintes devra respecter Francis Leclerc. Peut-être que le maire lui donnera la réplique, avec un peu de chance? L'équipe comprend aussi le porte-parole du Festival, Sylvain Marcel, de même que Rosa ZacharieMélanie Potvin et Véronique Bouchard.
 

Pluie  de  contraintes
 

«Moi aussi, j'ai une contrainte. J'ai accepté de venir à la condition que Francis joue dans le film», a lancé Roy Dupuis au cours de son bref passage à la tribune, devant plus de 200 personnes ayant envahi les moindres replis de la microbrasserie. En entrevue, un peu plus tard, il a souligné l'importance du court métrage, un format qui lui est plus familier à titre de spectateur que d'interprète.


«J'en ai fait seulement un, il y a longtemps, mais quand je me rends dans les festivals, c'est ça que je vais voir, a-t-il mentionné. C'est la seule façon de visionner des courts métrages et je trouve ça dommage. Comme d'autres l'ont déjà affirmé, je souhaite qu'on en présente aussi dans les salles commerciales, avant le programme principal.»


En plus du maire, Francis Leclerc devra montrer un personnage vêtu à la manière des années 80. Le public veut également qu'il tourne à l'aéroport de Bagotville et à la Fromagerie Boivin de La Baie, en plus de présenter une cascade, d'utiliser une trame de facture country, de se servir d'une masse et d'une trottinette, de faire entendre un gazou et de caser la phrase suivante: «Comment tu pèses, pas de dents?»
 

Loin de s'en inquiéter, Francis Leclerc accueille avec joie cette pluie de balises. «Les contraintes sont là pour nous aider. Déjà, l'idée de tourner dans un aéroport me parle beaucoup», confie-t-il. Quant à la perspective de passer devant la caméra, elle l'amuse plus qu'autre chose. «Ça fait longtemps que Roy veut me filmer en tant qu'acteur. J'ai accepté de le faire pour lui», fait observer le réalisateur de Mémoires affectives.
 


Source:
Le Quotidien
http://www.cyberpresse.ca/article/20070209/CPACTUALITES/702090573/5204/CPARTS

 
 
2007-02-revenir-03 2007-02-revenir-04 


 
______________________________________________________________________

 

11 février 2007

 

Défi  improvisé  avec  Roy  Dupuis  et  le  maire  Tremblay
Francis  Leclerc  livre  «Revenir»
 

Par Daniel Côté
 


CHICOUTIMI - À n'en pas douter, le ciné-parc le plus fréquenté à la grandeur du Canada, hier, se trouvait à Chicoutimi.
 

Il faut dire que c'était soir de gala, ou quelque chose d'approchant. À la tombée du jour, en effet, les cinéphiles rassemblés devant l'écran de neige voisin de l'autogare Racine ont visionné, en première mondiale, le film improvisé conçu par le réalisateur Francis Leclerc à l'invitation du Festival Regard sur le court métrage au Saguenay.
 

Il avait eu 48 heures pour créer un film de A à Z, de l'élaboration du scénario au montage final. L'oeuvre en question, intitulée «Revenir», devait aussi intégrer un ensemble de contraintes déterminées par le public, jeudi dernier. Parmi elles, il y avait la présence du maire de Saguenay, Jean Tremblay, en tant que figurant.
 

On l'a vu sortir d'un édifice pendant que deux personnages incarnés par Roy Dupuis et Sylvain Marcel se dirigeaient à l'intérieur. Ils se sont salués. «La scène se passe dans une fromagerie, mais on l'a tournée vendredi matin, près du bureau du maire. Il s'est fait attendre, mais ça s'est bien passé», a confié Francis Leclerc à Progrès-Dimanche.
 

Retour  imprévu
 

Présenté devant au moins 200 personnes, au début d'un programme réunissant des courts métrages du collectif 3REG Création, le film improvisé raconte l'histoire de Patrick (Sylvain Marcel), un fromager qui après quatre ans voit retontir son ex, une Française devenue religieuse (Rosa Zacharie). Ça tombe le jour de l'anniversaire de son fils, une fête pendant laquelle on entend un gazou, ce qui constituait une autre des nombreuses contraintes imposées au réalisateur.


Il devait aussi intégrer la phrase suivante: «Comment tu pèses, pas de dents?» Elle a été prononcée pendant un match de hockey interrompu par un type chargé de gratter la patinoire. Celui-ci était interprété par le réalisateur dont l'apparition, sa première à l'écran, a été saluée par des rires. On sait que Roy Dupuis avait accepté de participer au projet à la condition que son ami travaille pour la première fois devant la caméra. Celui-ci a tenu promesse, mais ne sera pas invité de sitôt à l'Actor's Studio.
 

Fatigué,  mais  satisfait
 

Il faisait froid lors de la projection, mais contrairement à vendredi, le vent était faible. Signe que les cinéphiles avaient prévu le coup, on a entendu d'étranges applaudissements à la fin du film de Francis Leclerc. Les bruits étouffés de leurs gants et mitaines ont accentué le sentiment d'étrangeté généré par cette séance sous zéro.
 

Lors de son bref passage sur la scène, le réalisateur a dévoilé qu'il s'était imposé une contrainte supplémentaire, soit l'utilisation du chandail des Saguenéens. Quant à son film, voici comment il l'a dépeint: «Ça ressemble à du Kieslowski dans sa période documentaire, mais comme s'il avait parlé à David Lynch 30 minutes avant».
 

Ayant complété le montage deux heures plus tôt, il a découvert la version finale en même temps que tout le monde. Au terme de la projection, sa première impression a été positive malgré le manque de sommeil qui lui donnait l'apparence d'un invité français victime du décalage horaire sur le plateau de Tout le monde en parle.
 

Lui qui créait des films improvisés en l'espace de trois heures, à ses débuts, a vanté ses collaborateurs, en particulier les interprètes. Malgré le délai serré ils ont été dévoués, faisant jusqu'à cinq prises lorsque cela s'imposait. «J'aime le fait que le jeu des comédiens soit si égal. Vraiment, ça a été un beau travail d'équipe», s'est réjoui Francis Leclerc.
 

Source:
Article Progrès-Dimanche

 

2007-02-revenir-01 2007-02-revenir-02 



______________________________________________________________________

 

6 février 2007

 

Roy  Dupuis  participera  au  Festival  «REGARD  sur  le  court  métrage»  au  Saguenay
 

Par Eric Robert



Le  festival  dévoile  la  distribution  du  film  improvisé



Les organisateurs du Festival REGARD sur le court métrage au Saguenay ont dévoilé hier les comédiens et comédiennes qui contribueront au film improvisé qui sera réalisé pendant le Festival par le réalisateur Francis Leclerc.



Le comédien Roy Dupuis, la réalisatrice et comédienne Rosa Zacharie, le porte-parole de la présente édition de REGARD, Sylvain Marcel, le comédien français Sébastien Morin ainsi que deux comédiennes de la région, Mélanie Potvin et Véronique Bouchard, feront partie de la distribution du film de Francis Leclerc.



En plus d'avoir peu de temps pour réaliser ce film, l'équipe devra respecter des contraintes de lieux, de personnages, d'accessoires, de répliques. Ces contraintes seront choisies par le public le jeudi 8 février lors du 5 à 7 d'ouverture à La Voie Maltée à Jonquière qui précédera l'ouverture officielle du Festival à 20h à la Salle François-Brassard de Jonquière.
 


Le public pourra découvrir le résultat de cette course contre la montre le samedi 11 février en avant-première sur le tout nouvel écran de neige du Festival, lors d'une projection en plein air débutant à 17h à la Place de la Gare à Chicoutimi.



Francis Leclerc et toute son équipe présenteront également leur film le même soir à l'Auditorium Dufour lors de la séance de projection de 21h 30.
 


En plus d'avoir réalisé plusieurs courts métrages et vidéo-clips, Francis Leclerc est également connu pour ses longs métrages Une jeune fille à la fenêtre (2001) et Mémoires affectives (2004), ce dernier remportant le Prix Jutra du Meilleur film et trois Prix Génie en 2005....



.... Notons que le film improvisé est une des traditions du Festival REGARD depuis 2000. Ce film se veut un cadeau exclusif que réalisateurs, comédiens offrent au public saguenéen. Cette activité contribue également à la renommée de REGARD auprès d'autres festivals et événements cinématographiques....
 


Source:
LA VIE RURALE
Repost 0
Published by Michèle - dans Films 2006-2010