Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 23:00


Chers visiteurs,

Pour une consultation facile et rapide, je vous invite à naviguer par la page
PLAN  DU  SITE.

Pour recevoir les derniers articles mis en ligne, pensez aussi à vous abonner à la Newsletter.



 
2013/02 - Roy Dupuis / Minimaliste

À la lecture du scénario, Dupuis a tout de suite embarqué dans l’aventure. «J’ai aimé que l’histoire du film commence dans le Grand Nord avec un Amérindien, pour rentrer progressivement à Montréal, une ville devenue aujourd’hui cosmopolite et dans laquelle chacun essaye de s’en sortir comme il peut. C’est une œuvre audacieuse qui possède une véritable poésie» - Roy Dupuis -




17 février 2013



Roy  Dupuis

Minimaliste
 

 

Dans le tout premier film de Yan Lanouette, Roche Papier CiseauxRoy Dupuis campe le rôle de Vincent, un chirurgien radié de sa profession mais contraint à poursuivre sa pratique pour le compte de la mafia chinoise, envers laquelle il a une dette incalculable. Un homme de peu de mots qui colle littéralement à la peau de l’acteur.

 


Par VÉRONIQUE HARVEY

 



Comment décrirais-tu ton personnage dans le film Roche Papier Ciseaux?

Vincent, c’est un gars qui veut disparaître. Il ne veut plus être là, mais il ne veut pas mourir. Il voudrait juste disparaître. Il n’est vraiment pas là où il voudrait être dans sa vie, il a fait de grosses gaffes dans le passé et on lui demande aujourd’hui de faire des choses qui sont intolérables. Ce qui le garde en vie, c’est sa blonde et le fait qu’elle attend un bébé, mais encore là… Il est mal à l’aise avec sa blonde, parce qu’il ne veut pas amener un enfant dans cette réalité-là. Il faut donc qu’il trouve une solution, mais il n’en voit pas. C’est pour ça que je l’ai joué très effacé. Normalement, on va jouer un personnage plus grand que nature, plus important, mais lui, c’est vraiment un personnage très effacé, très intérieur. Il rumine beaucoup.

 

Qu’est-ce qui t’a attiré dans ce personnage?

Je choisis de moins en moins mes films en fonction des rôles qu’on me propose, c’est l’histoire qui m’intéresse. Par exemple, le personnage de Vincent n’est pas flamboyant et extraordinaire, mais cette histoire-là, la façon dont elle est racontée, les images aussi… C’est un scénario que je trouvais très cinématographique. Je trouvais qu’il méritait d’être porté à l’écran et ça me tentait de participer à cette histoire-là.

 

Comment t’es-tu préparé pour ce rôle?

Je joue un chirurgien, donc j’ai regardé quelques vidéos d’opérations sur YouTube et j’ai étudié la manipulation des outils. Mais sérieusement, je pense que c’est le personnage que j’ai joué qui manipulait le plus d’objets. Il est tout le temps en train de tamponner quelque chose, soit se mettre des gants, prendre une seringue, rouler un corps, conduire un char, allumer une cigarette: il est tout le temps en train de faire quelque chose avec ses mains. Comme il ne parle pas beaucoup, ça aidait qu’il ait toujours une action quelconque à faire ou un objet à manipuler.

 

Quel a été ton plus grand défi?

De jouer très effacé, c’est sûr que c’est un défi. D’accepter d’aller là. Un acteur a souvent envie de jouer gros, mais moi, c’est quelque chose que j’aime beaucoup et que je me permets parce que je n’ai plus rien à vendre. Ma place est faite. Si j’avais été un jeune acteur, qui a tout à prouver, peut-être que je n’aurais pas osé jouer aussi minimaliste que ça. Mais je regarde juste ce qui peut servir cette histoire-là et la réalité qui ressort du personnage.

 


Source:

http://virtuel.24hmontreal.canoe.ca 




 

Partager cet article

Repost 0
Published by TeamRDE - dans Roche-Papier-Ciseaux